Ton amour me guérit, ou peut-être qu'il me tue - Slavina
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

Ton amour me guérit, ou peut-être qu'il me tue - Slavina

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Dim 4 Nov - 21:55




Ton amour me guérit, ou peut-être qu'il me tue

5 novembre ; 18h58

J'ai organisé cette escapade sur un coup de tête, et à présent que l'heure du rendez-vous est arrivée, je crois que je suis légèrement anxieuse. Et si ça ne lui plaisait pas ? Et si c'était trop ? Et si ça l'effrayait ? Autant de questions que je n'avais pas besoin de me poser avant, et qui hantent désormais chacune de mes décisions. On a pourtant passé la matinée ensemble avant que je ne doive filer, j'avais des rendez-vous dans l'après-midi et comme il m'a prévenue tard hier soir qu'il avait sa journée, je n'ai pas eu l'occasion de les annuler. Ce matin, dans ses bras, dans le secret de nos draps, j'étais sereine et convaincue que tout irait bien. Mais comme toujours dès lors qu'il s'éloigne de moi, mes certitudes volent en éclats et je ne suis plus très sûre de ce que j'ai le droit d'entreprendre ou non... Mais j'essaye malgré tout, parce que je veux recoller les morceaux éparpillés de notre histoire, parce que je veux guérir mes blessures, le retrouver comme avant... Si seulement c'est possible.

J'ai réservé la chambre premium au Malak Regency Hotel, et j'ai demandé à Slavenko de m'y rejoindre à 19h tapantes. J'ai peur qu'il ne puisse pas venir, que les Tigrovi le rappellent parce qu'ils auraient finalement besoin de lui, alors j'essaie de ne pas trop m'impatienter, de ne pas trop espérer aussi. C'est à ça que ressemble ma vie aujourd'hui, je passe mon temps à réfréner mes espoirs, mes désirs... La chambre est magnifique, et ma tenue est volontairement assortie à la couleur purpurine des fauteuils. J'ai cette robe avec la fermeture éclair sur le devant, que j'avais mis pour l'un de nos tous premiers rendez-vous et qui l'avait rendu fou. S'en souviendra-t-il seulement ? Pour une fois je ne me suis pas contentée de ne rien mettre en-dessous, non. J'ai fait les choses correctement, en tout cas j'ai essayé... Bas, porte-jarretelles, la totale, un ensemble en dentelle pourpre qui tranche sur ma peau d'albâtre, parce que je sais que ça lui plaît. Mais surtout, j'ai acheté des accessoires, des tas d'accessoires qui attendent sagement dans une malle en bois que j'ai apportée au pied du lit.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 10:46
Je n'ai pas eu Nina pour moi toute la journée comme son dernier sms me le suggérait hier soir mais j'ai étouffé la déception dans une dernière étreinte avant de la laisser filer. Après ça, je me suis habillé et je suis allé bosser, trouvant un extra de dernière minute - en dehors des Tigrovi - parce que vu l'amende que je dois payer - surtout pour indiscipline envers Damir et mon manque manifeste de remords sur le sujet - j'ai intérêt à me bouger le cul.

Quand Nina m'envoie ce sms, je pense simplement qu'elle veut que je vienne la chercher après un rendez-vous de travail, je ne me doute pas du tout de sa surprise malgré ce qu'elle m'a dit hier. Je débarque à l'hôtel en tenue de boulot, pantalon de treillis noir, rangers, pull noir, une veste complète la tenue, il  fait plutôt beau pour une journée de Novembre, grand soleil et 18° degrés, c'est plutôt agréable.

Dans le hall je fronce les sourcils, plissant le regard parce que je passe à la lumière vive du dehors à celle tamisée de l'hôtel. Je n'aperçois pas Nina mais un groom se dirige droit vers moi. "Monsieur Drazavic ?" "heu ouai..." "Madame Sykes vous attend chambre 412,l'ascenseur est par ici, si vous voulez bien vous donner la peine."  Je cille, mitigé sur le fait que ma femme et moi n'avons même plus le même nom et sur le fait qu'elle m'attende dans une chambre parce que je suis bien loin de me douter ce qu'elle a préparé comme surprise ! Je monte et je suis même légèrement sur la défensive quand je toque à la porte de la chambre. J'ai eu une après-midi chargée en adrénaline et la méfiance inhérente à mon boulot est encore bien présente.  

_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 11:02

Je dois sans doute être un peu maso, parce que c'est le genre de rendez-vous qui, entre nous, a toujours été quitte ou double. Soit ça nous répare et on en sort plus complices que jamais, soit la promiscuité nous fait imploser et on se détruit. Mais je suis prête à tenter le coup. D'une part parce que j'ai toujours eu le goût du risque, ensuite parce que je n'en peux plus de nos hésitations mutuelles, que nos étreintes soient la seule chose naturelle entre nous, qu'on soit là tous les deux à marcher sur des œufs sans oser se réapproprier réellement l'autre. Je prie pour qu'il vienne, vraiment, et comme l'horloge défile je commence à être sérieusement anxieuse, à tel point que les coups contre la porte me font sursauter.

Je me précipite vers la porte, le claquement de mes talons amorti par la moquette claire et impeccable, et je l'ouvre à la volée, m'immobilisant dans le mouvement quand j'aperçois Slavenko. Je suis un peu surprise par sa tenue comme par son air anxieux, je lui ai donné l'adresse d'un hôtel et je pensais qu'il comprendrait le message mais ce n'est visiblement pas le cas. Je retiens mon souffle en m'écartant de la porte pour qu'il puisse entrer, et je la referme derrière lui. J'avais prévu tout un laïus pour l'accueillir, mais maintenant qu'il me fait face je perds mes mots et les phrases s'emmêlent dans mon esprit. J'aurais dû prévoir une antisèche, écrire mon discours sur ma paume ou une connerie du genre, sérieusement ! Je cligne des yeux en essayant de rassembler mes esprits, incapable de faire le moindre pas vers lui. Il avait tellement l'air sur ses gardes que je n'ai pas osé me jeter à son cou et maintenant je me trouve empotée ! Je finis, pourtant, par trouver le courage de souffler en fuyant son regard, le mien parcourant la chambre comme pour illustrer mes propos : Je ne veux pas... Je fronce les sourcils, relève les yeux vers lui. Je ne veux plus que tu hésites, que tu n'oses pas venir vers moi, que tu aies l'impression que je ne suis plus à toi... Que tu aies peur de prendre ce qui t'appartient. Je suis à toi. Je suis à toi si tu le veux encore. Normalement, mon discours de femme fatale expliquait le lien entre appartenance et chambre d'hôtel, mais il semblerait que la femme fatale se soit délitée sous son regard, là, tout de suite.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 12:27
La porte s'ouvre brutalement et je me retrouve nez à nez avec une Nina grandie sur ses talons hauts et dont la tenue sexy me coupe le souffle et la parole. Mes pupilles se dilatent légèrement et mon cœur s'accélère d'instinct, même si le cerveau lui patauge toujours dans la semoule. Comme elle s'écarte j'entre, examinant rapidement le cadre autour de nous avant de revenir aussitôt poser mon regard entre le grave, l'inquiet et le subjugué sur Nina parce que bon sang, dans cette tenue elle est d'un sex-appeal à couper le souffle ! Son petit discours mal rodé me fait me décrocher la mâchoire, une vague de lave brulante me réchauffant brusquement les entrailles.  Il n'en fallait pas plus pour me sortir de ma stupeur.

Je me jette littéralement sur Nina, me voutant en l'attrapant dans mes bras, la soulevant par la taille jusqu'à moi de telle sorte qu'on fait la moitié du chemin avant que nos bouches ne se fracassent l'une contre l'autre. Il n'y a pas vraiment de douceur, la passion balayant le reste dans un grondement né de la tempête des sentiments en moi. J'avance à l'aveugle jusqu'à ce qu'on bascule sur un truc,  le bout d'un canapé où une fois que Nina y est, je la surplombe en défaisant sa fermeture éclair, en tirant sur ma veste, en l'embrassant, dans le chaos le plus total de gestes qui s'enchainent 

_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 13:21
Il ne parle pas. Il ne parle pas et je commence à sérieusement baliser. On se voit beaucoup moins depuis l'histoire avec Stanislas, et chaque jour j'ai peur qu'il rentre en me disant que ça ne fonctionne pas, que c'est trop compliqué à gérer. Ça y est, ce que je redoutais le plus est en train de se produire et j'ai l'air de la pire des idiotes avec ma robe, dans cette chambre d'hôtel hors de prix ! Mais il bouge soudain, me soulève dans ses bras et je décolle du sol à l'instant où sa bouche se fracasse contre la mienne. Je plonge mes mains dans ses cheveux, perds le souffle dans ce baiser où je mets mon âme à ses pieds. Je halète, gémis contre sa bouche que je dévore à en perdre la raison. Il tire sur ma robe, en écarte les pans pour libérer ma poitrine habillée de dentelle que je regrette soudain d'avoir achetée. Il y a tant de tissu entre nous que ça me rend folle de frustration !

Je n'ai soudain plus la moindre patience, et je renonce à l'idée de me contrôler un seul instant. Je ne le laisse pas m'ôter mes fringues, il n'en a pas besoin, ma culotte est fendue et je garde même mes escarpins. Je tire fébrilement sur son treillis, mes gestes hâtifs et imprécis rendant la tâche de le libérer plus difficile. J'enroule mon bras libre autour de son cou pour l'attirer plus fort vers moi, ma main l'entourant pour le guider entre mes cuisses. Il se loge dans mon ventre d'un coup de rein sec qui m'arrache un cri de soulagement, et je ferme les yeux sous le rush brutal qui me frappe de le sentir gonfler entre mes cuisses. Je prends son visage en coupe entre mes mains, viens chercher sa bouche pour un baiser langoureux où je bois so' souffle. Slavo, Slavo... Chaque mouvement me grille les nerfs un peu plus fort et je me tends vers lui, désespérée parce que je sens déjà l'orgasme monter et que je ne veux pas avoir à me séparer de lui.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 14:05
 On culbute sur le canapé, pris de frénésie mutuelle, ne nous calmant un peu que lorsque nos corps se joignent avec la brutalité qui nous est coutumière. Je suis dans une position particulièrement inconfortable, un genou posé sur l'angle du canapé, mes mains appuyées de par et d'autre de Nina, en équilibre précaire, mon pantalon frottant nos cuisses désagréablement et pourtant je m'en moque, ça n'a jamais été aussi bon qu'en cet instant précis où elle encadre mon visage pour baiser si voluptueux que je perds mon âme - le self contrôle s'étant déjà fait la malle depuis un moment. Je m'écrase sur elle, en elle, prise de possession qui ralentit au moment même où nos langues se caresses, où nos souffles se boivent et se raréfient tout à la fois. Nos bassins ondulent, se heurtent et je me consume d'une drôle de façon, comme si le temps s'était arrêté alors qu'on est au contraire dans une spirale infernale qui ne nous prends que quelques minutes pour atteindre l'orgasme. Bizarre vue de l'esprit.

Je glisse trop vite hors d'elle et je me retrouve à genoux au sol entre ses cuisses écartées. Je niche mon visage contre son ventre, humant brusquement sa peau et nos odeurs mêlées. Je tête sa peau avidement, m'enfouis, avec cette sensation que mon cœur va exploser. Je finis par relever les yeux, le menton appuyé contre elle, désirant avec ferveur ses mains dans mes cheveux, et d'une voix trop rauque, trop nouée, je lui dis ce que je n'ai jamais cessé de penser malgré moi même quand je faisais semblant d'espérer qu'elle refasse sa vie et soit heureuse sans moi "Ja volim te i ti si moja, ti si moja, Nina."

_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 15:20

Je suis incapable de lâcher sa bouche, je m'accroche à ses lèvres comme si elles étaient ma seule source d'oxygène, et je suis convaincue que c'est le cas. Le souffle me manque pourtant trop vite, trop fort pour que je l'embrasse encore, et je me contente de gémir contre sa langue en gardant ma main plaquée sur sa nuque. Je n'ai pas le temps de sentir venir la lame de fond qui me transperce de part en part, la fulgurance de l'étreinte me prend par surprise et je m'arc-boute sous son poids, la tête renversée en arrière, le corps secoué de spasmes violents. Il s'arrache à moi et j'en glapis de désespoir, quand bien même il se niche entre mes jambes écartelées. Je secoue la tête, agrippe ses épaules pour l'attirer contre mon corps, le laissant se vautrer sur moi, sur le canapé bien trop étroit pour nous accueillir tous les deux.

On s'est quittés ce matin et j'ai la sensation de le retrouver après des semaines d'errance dans le désert. Le plus douloureux, c'est que j'ai la même sensation à chacune de nos étreintes, parce que je ne parviens pas à réellement m'accrocher à lui, à avoir enfin la sensation qu'on s'est retrouvés. J'ai l'impression qu'on se perd sans cesse, encore et encore, et c'est en train de me ronger de l'intérieur. Je mords sa bouche avec fureur, ne parvenant pas à redescendre déjà tant je suis montée haut et fort. J'ai besoin d'être à toi. J'ai besoin que tu le dises encore. Je veux la marque de tes doigts sur mes hanches, de tes dents sur mes seins... Je m'interromps pour un baiser plus voluptueux où je me noie, encore. Je veux la trace de ton passage partout sur ma peau, je veux te sentir tout le temps.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 15:48
Je n'arrive pas à répondre parce qu'on est en train de se manger, que j'ai le souffle court, l'esprit noyé de sensations, que ma poitrine est en train d'exploser, que mon ventre palpite trop fort, que je suis perdu dans un océan d'émotions qui me font chavirer. Je m'écroule sur elle, mes mains cherchant fébrilement sa peau, ma bouche encore la sienne, grognant, grondant de sa fureur amoureuse à laquelle j'aspire. Dieu que je suis heureux, douloureusement heureux ! Mon cœur éclate d'amour et je saisis ses cheveux à pleine main sans brutalité pourtant, pour le plaisir de les sentir se couler entre mes doigts et plaquer mes lèvres plus fermement contre les siennes dans un baiser aussi possessif qu'exigeant.

A ses mots le désir coule en moi, plein d'images précises d'un érotisme à me damner. Je gronde brusquement "bouge pas" avant de m'écarter pour l'amener d'une traction les fesses au bord du canapé. "reste allongée" Ma voix est vibrante de promesses délicieuses, autoritaire comme elle ne l'a pas été depuis longtemps. Je flatte son ventre d'une main avant de prendre le temps de retirer mon tee-shirt. Je me lève pour me désaper complètement, surplombant Nina vautrée sur le canapé. "non bouge pas" lui ordonné-je à nouveau parce que j'ai la femme la mins docile au monde. Une fois à poil, je hoche la tête et lui intime d'un ton bref "tourne toi sur le ventre, les genoux au sol" Je me place derrière elle, l'incite à obéir d'une caresse chaude et appuyée. "Ti si tako divna moj andjeo" Mes grosses mains se posent sur sa peau, envahissent son corps, appuient sur ses flancs, ses hanches, malaxent durement sa chair, ses fesses en les écartant, en les pétrissant. Je me penche pour lécher et mordre la chair offerte, je la marque de morsures, de bleus, de mes doigts imprimés sur sa peau d'albâtre. "Ti si moja, moj andjeo, moja dusa"

J'écarte ses jambes brusquement d'une des miennes entre ses genoux, je me plie sur elle pour venir l'explorer de ma bouche, de mes mains, lentement, avec douceur parce que je la sais très sensible après un premier orgasme. Je prends le temps de moi-même renaitre au désir, ce qui n'est jamais aussi long que je le pense quand c'est avec Nina. Elle me fait bander d'un regard, d'une posture alanguie, d'un gémissement. Mais là je veux la mâter comme elle dit, alors je la fais languir avec un soin patient et attentif, bourreau de son plaisir "Si tu es à moi je te baise fort... Dis-le que t'es à moi"


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 17:31
Dieu qu'il m'aura été difficile de lâcher-prise, et comme j'ai eu peur de me heurter à un mur en le faisant ! Me montrer vulnérable à ses yeux est une épreuve douloureuse à laquelle j'ai pourtant consenti à me plier, parce que je sais que nous ne pourrons jamais avancer autrement. Il s'écarte de moi encore alors que je n'aspire qu'à rester contre sa peau et je grogne de frustration, mon rythme cardiaque s'emballant dangereusement parce que chaque éloignement de sa part m'est une torture sans nom. Il m'intime de ne pas bouger mais je me redresse pourtant, prête à me tendre vers lui pour couler mon corps contre le sien avant qu'il ne me répète de rester immobile. Je me suis promis d'être docile ce soir, soumise et sage, de ne jamais me refuser à lui, de ne surtout pas chercher à jouer la rébellion. Ce soir je veux lui prouver que je peux encore être à lui, que je saurais encore lui appartenir comme avant.

Je bouge quand il me demande de le faire, la robe retroussée sur les hanches, mes bas déjà abîmés par ses doigts, et je m'accroche au canapé, frustrée de ne pas pouvoir le regarder. Un glapissement me monte dans la gorge sous la morsure de ses dents, je me cambre, tends ma croupe vers lui dans un ronronnement à la fois appréciateur et suppliant. Que ses marques sur ma peau ont pu me manquer ! Comme j'ai souffert durant ces quatorze mois à devoir affronter dans le miroir le spectacle navrant de ma chair immaculée. Je tends les mains plus loin, m'appuie contre le fauteuil, déjà offerte sans restrictions. Et l'idée de ne pas céder, cette fois, ne me traverse même pas l'esprit. Je suis sur le point d'imploser quand je réponds, d'une voix éraillée : Sam tvoj, je suis à toi, je suis à toi Slavenko.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 18:37
Je n'aurais jamais osé franchir la distance sans un signe de sa part, de peur de lui déplaire, de la perdre complètement. Comment savoir si c'est ce à quoi elle aspire ou pas quand parfois elle se met en colère au détour d'une phrase malencontreuse ou d'une bouffée d'émotions délétères. J'ai trop peur de la perdre pour risquer de tester notre relation mais ce soir, elle me donne carte blanche et ses "je t'appartiens" me rendent fou.

La délaissant quelques instant, je défais sa robe dont j'ai tiré la fermeture jusqu'en bas, j'en profite pour embrasser ses épaules et dégager sa nuque des cheveux pourtant plus courts. Je tourne délicatement sa tête pour bécoter sa bouche en récompense de sa docilité. "Ja zelim te moje zlato, ti si divna". Je redescends jusqu'à ses petites fesses insolentes que je mordille avant de les libérer de leur gangue de dentelle. Je laisse les bas  très sexy, caresse la lisière de sa peau et de la soie, et je trouve sa peau mille fois plus douce. J'appuie lourdement ma main sur ses reins pour la faire tenir tranquille alors qu'avec un grognement satisfait je me guide entre ses fesses pour une prise terriblement intime qu'on n'a que peu expérimenté à nouveau depuis qu'on est à nouveau ensemble, comme si le manque de confiance écartait ce plaisir là. Je viens lentement appuyer mon bassin sur ses fesses, la pénétrant plus loin en écartant les chairs palpitantes, en forçant doucement les muscles. Je la flatte de la main ce faisant, ronronne des indécences mêlées de mots d'amour comme autrefois. "C'que t'es bonne srce, t'es super bandante moja ljubavi" Et je crois qu'elle peut sentir comme c'est vrai tandis que j'entame un va-et-vient rythmé. Je bouge sans brutalité mais avec une sûreté qui m'avait manqué. Je n'ai pas peur de lui déplaire, je nous sens connecté, dans cette symbiose si naturelle de nos corps mais aussi de nos émotions.

_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 18:47
Les tremblements qui me secouent encore ne sont pas uniquement dus aux lambeaux de plaisir qui s'accrochent à ma peau, ni au désir qui renaît pourtant au creux de mon ventre. Il y a un relent d'angoisse, la crainte viscérale de le perdre parce que ce soir je lui offre tout ce que j'ai, tout ce que je suis, mon cœur à ses pieds alors qu'il l'a piétiné sans considération aucune un an plus tôt. Je m'étais promis pourtant de ne pas rechuter, de ne pas me laisser avoir si d'aventure il réapparaissait dans ma vie. Mais je n'ai fait que me mentir tout ce temps, je le sais parfaitement. Je lui ai dit dès le départ que notre histoire finirait mal, et je me suis haïe d'avoir eu raison et d'être restée malgré tout. Aujourd'hui je replonge, comme une junkie en manque qui rechute brutalement. Il aura suffit de si peu.

Je m'en remets à lui, acceptant les risques puisqu'il est de notoriété publique que je suis prête à mourir pour lui. Mes doigts se tordent brusquement sur le tissu du canapé quand il écarte mes fesses pour se glisser entre, et je courbe l'échine dans un piaulement de douleur que je ne tente même pas d'étouffer. Ma conscience se délite dans ce mélange délicieux d'inconfort et de plaisir, et je soupire grâce au peu de souffle qu'il me reste : Plus fort, molim te, Slavenko, plus fort... Je crois que je pourrais jouir du simple plaisir de sentir encore son prénom rouler sous ma langue au milieu de mes soupirs.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 19:27
"Srce, srce, srce moje...ja volim te" Mon corps se plie vers le sien, mon ventre écrasant ses fesses, mon torse se collant à son dos  alors que je me soulève pour la prendre plus fort, non pas plus vite mais par à-coups plus marqués. Je me tiens par avant bras, une main sur sa nuque où mon souffle brûle sa peau. je gronde, à bout de souffle, l'orgasme si proche que je ne sais même pas comment je fais pour résister, ni pourquoi je résiste "Ti si moja Nina " Brutalement, je bascule par delà cette ligne invisible et je lâche prise accédant au désir de Nina d'aller plus fort. L'orgasme me fauche dans un flash blanc et un cri rauque, furieux, victorieux aussi. Je m'effondre en tremblant, moite de sueur avant de me redresser pour ne pas écraser Nina. A l'aveugle, je cherche ses bras, sa bouche avec avidité, mes soupirs meurent sur ses lèvres. "volim te, ja volim te, Volim samo tebe, znaš da si ti jedina koju želim, moja princeza"

Je nous déprends l'un de l'autre mais c'est pour la soulever dans mes bras comme la princesse qu'elle est. C'est d'un regard de pure adoration que je la couve, un regard de vénération  comme la chose la plus précieuse du monde parce que c'est ce qu'elle est. Je trouve le lit où je la dépose avant de venir m'installer de façon qu'elle puisse venir dans mes bras. Je la câline, parcours sa peau du bout des doigts, m'attarde sur les bleus et les morsures que j'ai fais. Je sens à nouveau ce frémissement de contentement fou parce qu'elle est à moi. Je n'y crois pas, c'est un rêve, ce rêve qui m'a hanté dès mon départ. Je souffle à nouveau, émerveillé de la nouvelle "ti si moja"

_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 19:46
J'ai la sensation d'être sur le point de mourir, d'imploser, et je n'aimerais rien tant que mourir entre ses bras, je n'aurais plus jamais à souffrir d'une journée loin de sa peau, je n'aurais plus à subir la peur constante de le perdre à nouveau. Il m'a laissée et je n'étais plus à personne, le déchirement de mon être lorsqu'il a décidé de le dissocier du sien me fait mal, encore aujourd'hui. Chacune de nos étreintes soude nos âmes à nouveau et c'est terriblement dangereux parce que je me reconstruis dans son ombre, plus dépendante encore qu'au premier jour. Je voudrais lui répondre mais les seuls sons que je parviens à émettre sont des gémissements plaintifs, entrecoupés de soupirs douloureux. C'est à sa violente possessivité que j'aspirais en louant cette chambre, et la retrouver me fait perdre la raison. Maladroitement, je parviens à relâcher d'une main le canapé pour la glisser entre mes jambes et me caresser pendant qu'il me prend. Mes gestes sont imprécis, saccadés mais je suis trop excitée pour avoir besoin de plus. Il suffit que je le sente se répandre au creux de mes entrailles pour partir à mon tour et je m'effondre, vaincue.

Je tremble comme une feuille entre ses bras quand il me soulève pour m'emporter dans le lit. Sans attendre, je repars en quête de sa peau, me niche contre lui comme l'animal câlin que j'ai toujours été en sa présence. Si je garde le silence un moment, pour reprendre mes esprits, je finis malgré tout par souffler tout bas : J'ai tout compris... De ce que tu m'as dit en serbe... J'ai tout compris. Il faut croire que mes cours quotidiens commencent à payer et je suis plutôt fière de moi. Je comprends plus facilement que je trouve mes mots en revanche mais ce n'est pas grave, je sais que ça viendra avec le temps. Je passe une jambe par dessus les siennes, pose ma main sur son ventre pour parcourir sa peau de caresses légères. Mon regard se perd un instant sur les bleus qui ornent mes hanches et un frémissement de plaisir me traverse à leur vision. Je veux tellement t'appartenir...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 21:02
"Humm c'est très bien moj andjeo, tu fais des sacrés progrès mais comment je vais faire moi si tu comprends tout ce que je te dis ? " Je souris, j'aimais bien ces mots secrets que je pouvais dire sans paraître trop guimauve puisqu'elle ne comprenait pas tout même si elle devinait leur teneur rien qu'à mes intonations. "je vais devoir te parler hongrois !" C'est ma seconde langue maternelle, ma mère étant hongroise.

Je remonte la main pour caresser ses cheveux tendrement, écartant les mèches collées de sueur. Je penche la tête, caresse son nez avec le mien avant de reculer pour mieux la voir, mieux plonger mon regard dans le sien. "Mais tu es à moi mon ange puisque tu le veux bien. Je veux que tu sois à moi Nina, encore à moi, bien sur que je le veux. Je ne croyais pas que tu le voulais encore..." Elle a mis des barrières protectrices que je comprends très bien et que je n'osais pas franchir sans son accord. Oh Nina m'a dompté à sa façon, elle m'a appris dès notre rencontre des limites que je ne maîtrisais pas.

Je suis son regard sur sa peau blanche ornée à présent, elle a la peau et le corps les plus merveilleux du monde, c'est fou ça d'être aussi parfaite, non vous trouvez pas ? Mon regard s'adoucit sur elle, je chatouille sa peau, glisse dans son cou. "Je t'aime srce, je t'aime...je n'ai jamais cessé de t'aimer. Elle est très belle cette suite. Je n'avais pas compris ton message. C'est la plus belle surprise du monde"

_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 21:12
Mon regard se plisse d'amusement et je secoue la tête. Alors je devrais apprendre le hongrois. J'aime comprendre tout ce que tu me dis... Et si je me suis parfois moquée de son romantisme forcené, ce n'était guère qu'une plaisanterie amoureuse entre nous, jamais je ne l'ai trouvé ridicule ou moins viril parce qu'il osait se montrer tendre, bien au contraire. J'ai toujours aspiré à sa tendresse, dès le premier jour. Enfin t'en fais pas, je suis pas prête de parler serbe couramment, hein... Et puis pour les mots d'amour je vais quand même avoir besoin de cours particuliers, je crois bien. Parce que ce n'est pas exactement ce que j'apprends avec mon prof, vous pensez bien !

Son regard trop sombre happe le mien et je me noie dans ses yeux, mon cœur ratant une inspiration. Avant tu te fichais bien que je le veuille ou pas... C'est lui qui m'a attachée à lui, m'a déclaré sienne, qui a pris ce qu'il voulait sans rien demander. Et c'est ça qui me manque, son assurance, cette certitude de lui appartenir qui ne me permettait pas de douter. Je laisse ma main dériver sur son bras. Je n'ai jamais cessé de t'appartenir. J'ai tenté sans succès de m'offrir à d'autres, mais son visage n'a jamais cessé de me hanter. Je ne veux pas être à un autre que lui, je n'ai jamais voulu refaire ma vie. Tous les autres sont fades, j'ai passé quatorze mois à comparer tous les mots, tous les gestes en cherchant des ressemblances avec ceux qu'il avait pour moi. En vain.

Son affirmation me coupe le souffle, une douleur m'oppresse la poitrine soudain et il me faut quelques secondes pour la faire refluer. Bien-sûr qu'il a cessé de m'aimer. Il est parti. Je renchéris sur la seconde partie de la phrase pour oublier la douleur. Ah non, et à quoi tu pensais, alors ? Je me penche pour embrasser un coin de peau au hasard. Je voulais qu'on se retrouve... Je crois... Je crois qu'on avait besoin d'un... Contexte différent ?


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 5 Nov - 21:32
Mon regard sourit, posé sur elle, pétillement du regard "je sais que tu aimes comprendre, tu es bien trop curieuse srce moje. Je t'apprendrais les mots d'amour, et d'autres trucs aussi... des trucs pornos !" J'ai un très bref rire bas, avant de me pencher pour embrasser son nez.

Je grogne, passablement amusé, mais quand même un peu mi-figue mi-raisin"ouai mais tu m'as éduqué qu'est-ce que tu veux... je suis civilisé maintenant pour un serbe c'est de ta faute, faut faire avec Madame..." Kovacs ? Drazavic ? Sykes... Ma phrase reste en suspend. Un douloureux soupir me monte dans la poitrine, se bloque et je ferme un instant les yeux pour chasser les images avec lesquelles je me suis torturé en bon masochiste, celles où elle appartenait à un autre, était heureusement avec un autre. Je suis parti pour ça, pour qu'elle soit heureuse, ait un enfant, la vie que j'ai toujours pensé qu'elle voulait (Nina me frapperait pour ça ! ) mais jamais ça n'a été facile d'imaginer que c'était le cas, parce que je crevais seul, c'est tout. Au final il a juste suffit de la voir pour que je puisse plus m'écraser le cœur encore. Je n'ai jamais cessé de l'aimer, j'ai simplement cesser d'y croire, de croire que c'était possible de le faire sans se déchirer, sans la rendre malheureuse.

"Je croyais que tu voulais que je vienne te chercher après un rendez-vous. J'ai bossé cet aprem finalement... un extra. Je suis venu juste après, je venais de finir quand tu m'as écris. Si j'avais su j'aurais mis un truc que tu aimes, une chemise, un costard, j'en ai des biens maintenant que je bosse pour des pontes tu sais..." Je laisse ma main dériver vers ses seins que je caresse avec délectation. Chaque baiser qu'elle m'octroie, chaque caresse hérisse ma peau de frissons divins. "Tu as raison, c'était une très bonne idée. C'est une très bonne idée. Y a pas un genre de jacuzzi ou une baignoire ? "


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 6:30
Cette complicité, ces plaisanteries entre nous m'ont cruellement manqué, j'ai besoin de retrouver le naturel de notre relation. Il y a toujours eu quelque chose d'animal, de viscéral dans notre couple, on réfléchit beaucoup trop, l'un comme l'autre, depuis qu'on s'est retrouvés. Je sais déjà dire baise-moi en serbe, c'est bien comme truc porno, non ? Mais ouais, tu m'en apprendras d'autres... En plus il paraît qu'il trouve mon accent sexy, alors pourquoi me priver ?

Civilisé ? Je fronce les sourcils, secoue légèrement la tête, pas convaincue. Je crois pas que tu sois devenu civilisé, tu fais juste semblant pour m'amadouer. Je n'ai pas, non plus, eu l'impression de le mâter par le passé, je lui ai toujours tenu tête mais il arrivait parfaitement à obtenir ce qu'il voulait à la fin, toujours. Parce que je ne sais pas lutter contre lui, que ma force de volonté se fait la malle dès qu'il pose les yeux sur moi, inévitablement. La façon dont il bloque sur mon nom me fait de la peine, je ne sais pas comment aborder le sujet, pourtant il faudra bien que je le fasse un jour... Je ne veux pas continuer à m'appeler Kovacs, lui même ne porte plus ce nom, et je n'ai pas renoncé au divorce. Mais j'ai bien trop peur de sa réaction pour lui en parler, et surtout je ne gâcherais pas cette soirée avec ces pensées-là.

Je lève le nez, lui vole un baiser dans un sourire. C'est pas grave pour le costard, tu l'aurais pas gardé longtemps de toute façon... Comme ma robe. J'aurais dû t'attendre nue dans la chambre, ç'aurait été plus pratique. Mais j'aime trop le voir s'acharner sur mes vêtements ! Y a pas de jacuzzi, non, malheureusement... Mais y a une grande baignoire. Vos hôtels à Sarajevo sont pas si classes que ceux de NY !


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 9:30
"C'est déjà pas mal srce, et je t'en apprendrais d'autres." Si elle veut tout comprendre de ce que je dis il faudra bien parce que j'ai des propos aussi crus que romantiques dans un mélange étrange qui existe depuis le premier soir où on a baisé ensemble. Cette soirée là est gravée dans ma mémoire pour toujours, nos corps s'accordant à la perfection dès la première seconde, son naturel désarmant à se donner à moi.

Je prends un air faussement offusqué "Moi je fais pas semblant ! Tu me crois meilleur manipulateur ou comédien que je ne le suis zlato !" Mais elle a peut-être raison au fond. Quoique...je ne fais pas semblant, j'essaye réellement mais sans grand succès parce que ma nature profonde revient malgré moi. "j'essaye de te plaire c'est juste ça moj andjeo..." Et ça n'a visiblement pas l'effet escompté.

"Tu as quand même bien fait pour la robe, je l'aime beaucoup celle là. Tu l'avais mise quand on est allé au restau paki parce que tu m'avais posé cet ultimatum d'une sortie. Tu vois bien que tu me dresses." J'ai un nouveau rire égrillard cette fois "dans tous les sens du terme." Je concède volontiers, parce que c'est vrai Sarajevo n'est pas aussi luxueuse que les grandes mégalopoles occidentales "C'est vrai, quand on ira à NY, on réservera un hôtel avec un jacuzzi tu veux ? Mais je vais remplir la baignoire, tu veux moje Ribica ?" C'est sa bouche que je viens chercher dans un langoureux baiser, amoureux surtout où je fonds, mes doigts caressant sa joue avant d'aller chipoter ses cheveux derrière son oreille.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 9:42
Je ne dis rien quand il parle de comédie et de manipulation, je n'imagine rien, je le prends tel qu'il est... Il est parvenu à dormir contre moi toute une nuit, à quitter notre lit au matin en m'embrassant, en me soufflant un « à ce soir srce », et il n'est jamais revenu. Comédien, c'est un mot bien trop faible en comparaison de ceux que j'ai pu utiliser pour le qualifier après son départ. Ça me tue, mais je sais d'ores et déjà que quoiqu'il fasse à présent, je ne retrouverais plus jamais cette confiance que j'ai pu avoir, cette sérénité absolue dans ses bras. Il y a toujours comme une épée de Damoclès au-dessus de ma tête, cette petite voix dans mon crâne qui me souffle que s'il a su partir une fois, il partira encore. Et chaque jour je me demande comment je fais pour ne pas péter les plombs. Je ne lui ai jamais menti, et je n'ai pas l'intention de commencer aujourd'hui, alors je souffle dans un sourire : Mais tu me plais, tu ne vois pas à quel point tu me plais ? C'est pourtant d'une évidence folle, ça crève les yeux !

Je roule des yeux, amusée. Si je t'avais pas posé cet ultimatum comme tu dis, on se serait jamais parlé ! On aurait baisé jusqu'à mourir d'épuisement et t'aurais oublié mon prénom. Du moment où j'ai cessé de lutter, où j'ai accepté de me donner à lui, j'ai eu besoin de plus que nos étreintes volées. Mon regard s'adoucit pourtant quand je fais remarquer : Je suis surprise que tu te souviennes de la tenue que je portais ce jour-là. Je ne pensais pas sa mémoire si bonne. Je plisse le nez. J'ai encore mon appartement à NY, tu sais ? Mais oui, on pourra réserver une chambre d'hôtel avec jacuzzi... Son baiser me fait fondre et j'aspire à me couler contre lui à nouveau, pourtant je choisis d'être raisonnable parce que la nuit ne fait que commencer. Je veux bien, oui... Un bain brûlant, avec plein de mousse, mh ?


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 10:00
J'esquisse un sourire brusquement timide quand elle me dit que je lui plait. Je n'en ai pas toujours l'impression, la confiance en moi sur ce point là n'a jamais été mon fort et quand elle est en colère contre moi, je crois de suite qu'elle va partir. Or elle est souvent en colère contre moi, à cause de mon abandon il y a quatorze mois. Personnellement, je trouve ça déjà tellement miraculeux qu'elle m'accorde une seconde chance que je ne fais pas le fier. Mais je gronde tout bas "J'aurais jamais oublié ton prénom... Et j'ai rien oublié de tes tenues sexy srce moje, celle là j'ai eu envie de tirer la fermeture toute la soirée, j'te jure que je m'en souviens bien. Et ta robe noire aussi, celle du Black Duck tu l'as encore ? " J'ai décidé de ne pas faire semblant qu'il y a un trou de quatorze mois à combler, alors je pose les questions qui parfois me viennent sur cette période. Peu importe les réponses, je préfère savoir, accuser le coup si c'est douloureux mais au moins je veux avancer.

"Oui je sais bien que tu as ton appart' moj andjeo. Mais t'as pas de jacuzzi dedans ! Ou si ?" Elle est bien capable d'avoir choisi un appartement avec une baignoire à bulles ou un truc du genre. Je souris à sa précision et je m'exclame "Évidemment srce, est-ce qu'il y a d'autres sortes de bain ? " Je me moque gentiment avant de réussir à m'éloigner de la chaleur de sa peau mais uniquement parce que je sais que je lui prépare quelque chose qui lui plait.

Je vais préparer le bain, passe aux toilettes avant de m'octroyer une pause clope près d'une fenêtre que j'entrouvre, assez loin de Nina pour lui épargner les courants d'air, alors que l'eau coule. "Tu sais Zlato, si on achète une maison ou un appart l'année prochaine, on pourra mettre un jacuzzi."


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 10:11
C'est vrai, deux syllabes pour deux neurones, t'aurais peut-être réussi à t'en rappeler. La plaisanterie me fait sourire sans m'empêcher de me demander ce qu'il a oublié durant cette année passée à Sarajevo. Il va falloir que j'aille faire les boutiques alors, pour trouver de nouvelles tenues sexy qui te torturent toute la soirée. Quitte à sortir sans avoir le droit de goûter sa peau, j'aime autant m'amuser un peu... Et mon jeu favori reste encore de l'allumer toute la soirée pour voir combien de temps il tient avant de craquer. Généralement, il ne tient pas longtemps. Je secoue la tête dans une grimace. Non, je l'ai plus. Tu te souviens pas ? C'est la robe que j'avais quand les russes sont descendus au Stan's... Elle était fichue après que je me sois fait tirer dessus.

Je secoue la tête. Non, pas de jacuzzi, et ma baignoire fait pas de bulles ! Je suis agréablement surprise qu'il ne se renfrogne pas, ne fasse pas de commentaires sur le fait que je n'ai pas encore rendu mon appartement. J'ai besoin de cette sécurité là, de cette porte de sortie, elle m'aide à ne pas péter les plombs. Et je suis vraiment soulagée qu'il ne me mette pas de pression à ce sujet, parce que je ne suis pas prête à franchir ce cap. Pas encore.

Je roule sur le dos, tend les bras puisqu'il quitte le lit, et un soupir de bien-être me soulève la poitrine. Peu importe la douleur, la vie était trop fade sans lui. Je me redresse sur mes avant-bras quand il revient, et cille à ses propos parce que celle-là, je l'avais vraiment pas vue venir ! Acheter ? Tu veux... Tu veux qu'on achète une maison ?


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 10:28
Je sais très bien pourquoi elle garde son appart' à NY et c'est aussi une des raisons qui me donne ce sentiment permanent d'insécurité qui me force à rester dans les clous, à ne pas me permettre de faire comme si elle était réellement 100% à moi comme elle le dit. Parce que c'est faux, elle a sa vie et elle est bien capable de me planter pour rentrer à NY si je fais un pas de travers. Alors je me police savamment. Je me "civilise" comme on a dit plus tôt. Mais je peux difficilement dire quelque chose, je comprends son besoin de garde-fou et si elle ça la sécurise, c'est tout ce qui compte. Je suis prêt à beaucoup de sacrifices et de concessions pour qu'elle me pardonne et reste avec moi. "Ah tu vois, je n'ai pas une si bonne mémoire, j'avais oublié que c'était cette robe là ! Dommage, je l'aimais bien... De toute façon quoique tu mettes tu me plait srce moje, tu le sais bien non ? Ja volim te et surtout nue !"

Le bain coule, brulant, et je fume en discutant avec Nina qui s'étire comme une jolie chatte langoureuse. Alors que je jette dehors un regard perçant comme pour voir au delà des ténèbres qui ont envahi la ville, l'exclamation de surprise de Nina me fait tourner la tête vers elle. Je ne vois pas en quoi c'est si extraordinaire, à dire vrai ça m'est venu en tête quand on a visité les appartements, je pensais déjà à une maison mais celles repérées étaient trop vétustes et on ne va pas faire de gros travaux pour un truc qui nous appartient pas ! "Bah ouai..." Je réalise que peut-être ce n'est pas du tout son projet et que je pars tout seul bille en tête. Inquiet brusquement je demande "ça te plairait pas ?"


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 10:40
Je ne le sais pas mais il a tort, ce n'est pas parce que j'envisage de rentrer à New-York que je garde mon appartement... C'est parce que je suis encore profondément persuadée que tout ça n'est qu'une parenthèse, une mélancolie de sa part et qu'il finira par me demander de partir à nouveau. Je garde l'appartement pour ne pas me retrouver à la rue, sans rien, le jour où il décidera que c'est fini. Le temps aidant, j'arrive à le croire lorsqu'il me dit qu'il m'aime, en revanche je n'arrive toujours pas à le croire quand il m'assure qu'il ne partira plus. Je ne sais pas ce qu'il pourrait dire ou faire pour que je cesse de douter, je crois qu'il faudrait une machine à remonter le temps ! Je sais bien, oui, mais j'aime bien te voir enrager après mes fringues, et quand on sort je peux pas me permettre de rester à poil alors il faut bien trouver des alternatives ! Le secret c'est de titiller l'imagination, foutre des vêtements avec presque pas de tissu, ça n'a aucun intérêt.

Malheureusement ma bonne humeur s'envole, remplacée par l'angoisse qui se ramène au galop, quand il parle d'acheter quelque chose ensemble. Je me redresse tout à fait, sourcils froncés, un peu trop pâle sans doute. On a déjà acheté ensemble. Un chalet. A New-York. J'avais des rêves fous pour cet endroit, des fantasmes plein la tête, et je n'ai jamais pu y remettre les pieds. Il veut repartir à zéro ici mais il piétine tout ce qu'on avait construit à NY et ça me fout en l'air. Je crispe les mâchoires, submergée par une vague de tristesse que je ne parviens pas à faire refluer.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 11:02
"Hummf j'espère que ce sera des vêtements auxquels tu tiens pas trop srce moje, parce que tu sais comment ils finissent quand je suis enragé comme tu dis ! " Je souris, amusé et ravi par cette propension qu'elle a à vouloir absolument me rendre fou d'elle ! Je le suis déjà, je l'ai toujours été, un peu trop parfois comme on le sait bien.

Sa réaction me fait bloquer. Je jette ma clope à demi consumée par la fenêtre pour la rejoindre sur le lit. Je m'assieds de traviole pour me tourner vers elle et prendre ses mains dans les miennes. "Je sais zlato, je sais bien. Tu m'as dit que tu l'avais toujours. Mais j'me disais qu'on pourrait le revendre pour acheter un truc ici ? " J'ajoute précipitamment pour ne pas qu'elle se sente étouffée ou acculée "quand tu seras sure que tu te plais bien sur, c'est pour ça que je pensais pas que ça serait avant l'année prochaine." Je presse doucement ses mains dans les miennes, me courbe pour venir les embrasser avant de relever la tête et chercher son regard du mien, grave et sérieux "Nina, je t'aime. Je te fous pas la pression ok ? C'est juste que je ne veux pas refaire les mêmes erreurs que j'ai faites avant. J'ai envie d'un foyer pour toi et moi"


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mar 6 Nov - 11:09
Il me rejoint sur le lit mais je bloque toujours, tendue comme un arc. Tu veux vendre le chalet ? L'idée même m'horrifie plus que de raison, je ne sais d'ailleurs pas pourquoi j'y tiens à ce point parce que je sais déjà qu'on n'y retournera pas, ni ensemble, ni séparément. Tu crois que c'est comme ça que ça marche ? On efface tout et on recommence ? Ce serait, normalement, la solution logique, raisonnable. Mais je ne suis pas raisonnable. Ça compte pas, tout ce qu'on a vécu ensemble, tout ce qu'on a construit ensemble avant que tu partes ? Je ne peux pas prétendre qu'il n'y a pas un gouffre de quatorze interminables mois entre nous. Mais je ne veux pas non plus faire comme si les six mois précédents son départ n'avaient jamais existé. Tout ça n'avait visiblement aucun sens, aucune valeur à ses yeux, mais ça en avait aux miens et ils s'emplissent de larmes à présent. Je me sens subitement dépossédée de notre histoire, de notre mariage, exactement comme je l'ai été quand il a quitté les Etats-Unis.


_________________


Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant