The natural law of Karma - Slavina
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

The natural law of Karma - Slavina

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 12:25




There's a natural law of karma that vindictive people, who go out of their way to hurt others, will end up broke and alone.
Silvester Stallone

09 Novembre, 10h12

J'émerge dans le camion qui me ramène à Sarajevo. Balloté que je suis à l'arrière façon bétaillère et torturé par l'angoisse je sais que je ne vais pas dormir. Je tape à la vitre qui me sépare de l'avant. "Joram, passe moi ton tél." Je n'aime pas l'idée de laisser le numéro de Nina sur un téléphone "étranger" mais j'imagine trop son angoisse pour ne pas la rassurer dès que possible. J'envoie le sms avant de l'effacer de la liste et des contacts. J'espère qu'elle me rejoindra au QG.

Il y a des fois où vous partez pour une mission tranquille - ou presque - et où tout part en couilles sans qu'on sache pourquoi. Mauvais endroit, mauvais moment, c'est exactement ce qui c'était passé à Bihac. L'afflux de réfugiés dans le camp était une bénédiction pour les passeurs mais aussi pour les pourvoyeurs d'armes et les acheteurs de viandes fraiches. On était les trois, Bihac c'était Byzance pour nous. Sauf quand les douanes croates s'en mêlaient soudainement sans préavis. Le combat avait commencé alors qu'on était au cœur du campement, négociant depuis quelques heures déjà et la violence des échauffourées avait fait éclater notre groupe. Je m'étais retrouvé piégé, encerclé par les forces de l'ordre avec des réfugiés révoltés. Les flics avaient coupés les moyens de communications et on avait improvisé.  Ça avait failli mal tourner pour moi quand j'avais été pris à parti par un groupe d'afghans mais je m'en étais tiré grâce aux deux camarades qui étaient avec moi à ce moment là.

Au final je n'avais rien de grave. Des bleus en pagaille, des courbatures, quelques coupures superficielles mais rien de sérieux. J'avais une chance phénoménale. Quand on s'arrête au QG, je titube hors du camion et cligne des yeux, ébloui par le grand soleil qui s'en fout de ce qui s'est passé. Autant dire que je suis pas frais avec des fringues de trois jours sur le dos, dont deux de combats enragés !


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 12:42

C'est un mouvement désagréable sur ma gauche qui m'incite à bouger, et le poids d'un membre lourd sur ma jambe me fait ciller. Je cligne des yeux, le cœur au bord des lèvres, un arrière-goût de vodka désagréable sur la langue qui me donne envie de vomir. A travers les vitres sans volets, le jour m'agresse et je peine à ouvrir les yeux tout à fait, un mal de crâne lancinant me faisant regretter les excès de la veille. Quand je parviens à y voir plus ou moins clair, j'aperçois le visage d'une fille endormie à côté de moi, et je ne me souviens absolument pas d'elle. Pourtant je ne pense pas avoir oublié l'intégralité de ma soirée. Je m'étire, parviens à m'extirper du pieu défait dans lequel je me suis endormie, et Dieu merci je ne suis pas à poil.

La chambre est jonchée de canettes vides, de mégots, de gobelets en plastique et je crois que la personne qui a eu l'idée d'organiser une fête pareille chez lui va amèrement le regretter. Au sol, étalés sur des fringues, d'autres personnes sont endormies. Une vague d'angoisse me saisit soudain et je regarde machinalement mes bras, en quête de traces de piqûres que je ne trouve heureusement pas. La tête me tourne dangereusement et j'ai beau avoir dessaoulé, je n'ai pas la moindre idée de l'endroit où je me trouve. L'idée me vient d'appeler Slavenko pour lui demander de venir me chercher, et c'est seulement maintenant que je me souviens, la vérité me heurte avec la violence d'un coup de poing dans le bide. Slavenko n'est pas rentré.

Ma gorge se noue, les larmes me montent aux yeux et aux maux de tête qui se rappellent à moi, je devine que j'ai déjà dû énormément pleurer hier soir. D'une démarche mal assurée, titubant, j'enjambe les corps ensommeillés qui jonchent l'appartement, et je me fraie un chemin jusqu'à la porte d'entrée.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 12:55
J'espérais trouver Nina au QG en arrivant mais je dois vite déchanter. L'inquiétude me saisit. Je vais dans le bureau pour appeler sur son portable - heureusement que j'ai pris la peine comme toujours d'apprendre son numéro par cœur. Je me maudis par contre parce que je ne connais pas celui de son bureau, ni de sa secrétaire. Nous n'avons pas de fixe à la  maison, pourquoi faire ? Je tourne en rond dix minutes par peur de la rater avant de me décider à rentrer à l'appartement. Je promets de revenir plus tard faire mon rapport et je dois rassurer le Doc' que je vais bien avant de pouvoir me casser. Je manque de sommeil mais l'inquiétude pallie largement à cet état. J'emprunte une caisse du boulot parce que j'ai laissé la mienne à Nina.

J'entre à l'appartement, désert. Tigar vient me voir, miaulant désespérément parce qu'il n'a plus de croquettes. Je l'ignore le temps de faire le tour de l'appart' en appelant Nina. J'espère presque la trouver shootée à la kétamine dans notre pieu. Je commence à paniquer sérieusement, la respiration bloquée sous une crise d'angoisse violente telle que je n'ai plus eu depuis plus d'une année. C'est la première à Sarajevo. Il me faut plusieurs minutes pour la gérer et je m'occupe de filer à bouffer au chat, parce que faire des gestes du quotidien, ça aide. Je n'ai pas de téléphone et je ne sais pas quoi faire. Je devrais rester là mais je suis trop fébrile pour ça alors je décide d'aller au bureau au Nina, je connais l'adresse. Sans réfléchir, je saisis mes clefs et claque la porte derrière moi avant de descendre les escaliers de l'immeuble quatre à quatre.



_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 17:29
L'appartement est immense, mais l'immeuble dans lequel je me trouve est vétuste et le quartier, dans lequel je n'ai jamais mis les pieds auparavant, ne m'inspire pas confiance. À l'extérieur, il fait beau mais l'air froid me glace les os. En même temps je réalise dans le même temps que j'ai enfilé une robe bien trop courte, à bretelles et sans collants. Autant dire que je me caille grave malgré mes bottes... Putain je suis vraiment fringuée n'importe comment. J'ai retrouvé mon sac à main dans l'entrée, l'argent dans mon portefeuille a disparu bien entendu mais pas le reste, je crois que je dois m'estimer chanceuse. Mon téléphone est malheureusement déchargé, je n'ai donc aucun moyen d'appeler un taxi, et comme je ne parle toujours pas serbe, je n'ose aborder personne. De toute façon je crois que dans cette tenue, mieux vaut éviter de parler à des inconnus...

J'essaie de me concentrer sur ma tâche immédiate : rentrer à l'appartement. Si je pense à quoi que ce soit d'autre, je vais m'effondrer comme je l'ai fait hier soir et on voit bien que ça ne me réussit pas. J'ai beaucoup trop bu, pris beaucoup trop de pilules dont je ne sais même pas ce qu'elles contenaient et je crois me souvenir que j'ai tenté de déclencher des bastons absolument toute la soirée. Je ne me suis pas regardée dans un miroir mais je n'ai pas mal, en-dehors de quelques courbatures, c'est soit que je m'en suis bien sortie, soit que la drogue m'a anesthésiée. Je n'ai toujours pas la moindre idée de l'endroit où je me trouve, je n'ai pas d'argent pour le bus ou un taxi, alors je me résous à m'approcher d'un type pour demander au moins où je suis et espérer pouvoir rentrer à pieds.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 18:13
Je me retrouve à l'agence de Nina et je crois bien que je fais un peu peur à la secrétaire mais elle finit par me répondre qu'elle n'a pas vu sa patronne depuis hier. En sortant, je percute enfin sur un truc utile, par delà mon angoisse. Je m'achète un téléphone jetable et j'appelle Nina, je lui laisse des sms, des appels. régulièrement. La teneur est la même appelle-moi sur ce numéro. Appelle-moi. Appelle-moi. Je retourne à l'appartement, personne, de nouveau au QG mais elle n'est pas là. Je deviens fou je crois.

Je me mets à tourner en ville sans but au volant de la bagnole. Je vais dans les quartiers pourris, ceux où on se procure de la dope, de l'héro...Dès que j'aperçois une brune de dos je sursaute, puis je remarque que ce n'est pas Nina et je suis déçu, plus angoissé encore.


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 18:22
Ce doit être mon jour de chance -quelle ironie- parce que le type sur lequel je tombe parle très bien anglais, et ne semble pas me vouloir de mal. Il tique un peu sur ma tenue, mate ostensiblement mes jambes, mon décolleté qui n'est pourtant pas plongeant, mais il ne fait pas la moindre remarque, et surtout il ne tente rien. Je crois que le désespoir se lit trop sur mon visage. En tout cas il m'indique le chemin pour aller jusqu'à l'église, c'est mon seul point de repère pour retrouver l'appartement, et à partir de là je devrais savoir rentrer. La mauvaise nouvelle, c'est que je suis à quinze minutes de l'appart' en bagnole, alors je ne suis pas prête d'arriver. J'en ai pour deux heures à pieds, au moins, alors je prends la décision stupide de faire du stop.

Ouais, j'ai des chances de tomber sur un psychopathe mais honnêtement quelle importance puisqu'Il est parti à nouveau ? Au fond de moi je sais très bien que je tente le Diable, que je cherche les emmerdes, sinon je ne me serais pas retrouvée à cette fête hier soir, et je ne serais pas là à espérer tomber sur un type pour me filer de la dope. Mais le Destin ne veut pas me laisser clamser, parce que la première voiture à s'arrêter est une petite nana qui va pile dans ma direction, et qui accepte de me déposer à l'appartement. Et moi je n'ai pas envie de rentrer.

Quand j'arrive à l'appartement, j'ai cet espoir fou de trouver Slavenko sur le pas de la porte, mais seul le chat m'accueille et une nouvelle bouffée d'angoisse me monte dans la poitrine. Je ne cherche même pas à vérifier les placards pour voir s'il a pris ses affaires, quand il a quitté New-York, il m'a presque tout laissé.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 20:15
J'écume toutes les ruelles, tous les coins, même à cette heure il y a des dealers, je suis habillé en tigrovi dans les quartiers les plus mal famés, dans les quartiers non serbe. On m'insulte, on me crache dessus, je me retrouve à devoir me battre contre un groupe d'une mafia bosniaque qui peuvent pas nous encadrer. Je prends une raclée à dire vrai, réussissant à m'enfuir à la voiture. Je crache une giclée de sang par la fenêtre, en fait je suis plus blessé de cette rixe que de toute la mission à Bihac ! Je rentre à l'appartement, sans cesser d'appeler. Un coup le QG, un coup le bureau de Nina, et encore son portable. La voiture entend les pires jurons que je connaisse.

Je remonte à l'appartement et mon cœur fait un bond parce que le verrou n'est pas mis ! J'entre comme un ouragan furieux, fou d'inquiétude et d'espoir. Je ne claque même pas la porte, j'entre en criant "NINA !! " Je vais direct dans le salon où je la trouve, Tigar près d'elle. Le chat s'enfuit devant mon arrivée fracassante, échevelé, un œil au beurre noir tout frais, du sang sur le menton, des fringues puants la sueur, les restes de fumigènes des combats de Bihac, la fumée. Je m'en fous d'une force ! Je saute sur Nina pour l'enlacer ou plutôt l'étouffer dans mes bras "Je te cherchais partout !"


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 20:25
Je connais bien les crises d'angoisse, j'en ai fait toute ma vie, et je ne compte plus celles que j'ai dû endurer après son départ. Ma vision se brouille, mon rythme cardiaque s'emballe dangereusement, mes mains deviennent moites, la bile me monte dans la gorge et je commence à suffoquer. J'ignore complètement le chat, en fait je crois que je remarque à peine sa présence, pourtant il se cogne contre les jambes pour réclamer mes caresses. Mes jambes vacillent et je tombe à genoux, éclatant en sanglots si fort que je ne sais pas comment je parviens encore à respirer. Il est parti. Il est parti. Les mots tournent en boucle dans mon esprit, font éclater mes neurones un à un tandis que je m'effondre. Je ne sais pas s'il est mort, s'il est blessé, s'il est parti de son plein gré. Il n'est pas rentré, c'est tout ce que je parviens à me répéter. Inlassablement.

Je pleure toutes les larmes de mon corps jusqu'à devenir complètement apathique, et lorsque la porte s'ouvre je suis encore au sol, le regard dans le vide, les joues trempées. A tel point que je ne fais pas attention au bruit jusqu'à ce qu'il se jette sur moi. Je ne réalise pas tout de suite, j'ai un moment de flottement durant lequel je cille en clignant des yeux, sans comprendre ce qu'il se passe. Et puis je reconnecte avec la réalité, reprends mon souffle, le sang semble affluer de nouveau dans mes veines, charriant une colère à la hauteur de l'angoisse que j'ai ressentie. Espèce de connard ! Je me jette sur lui, poings en avant, enragée. Tu m'avais promis de revenir ! Tu m'avais promis !


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 20:36
J'atterris à genoux parce qu'elle est au sol. Et au départ c'est le soulagement qui domine. Elle est là, en vie, et elle n'est pas en train de faire une overdose ! C'est un réel soulagement, de courte durée parce que brusquement elle me crie dessus, me frappe et je bascule en arrière, m'écartant d'elle. La colère - née de l'incompréhension face à sa réaction - flambe avec une intensité qui me coupe le souffle. Je saisis ses poignets pour éviter de me faire frapper et dans le même geste je nous remets debout sans douceur. C'est une lutte et je peine à la maintenir tant elle a la rage. Je finis par la pousser pour l'écarter dans une bouffée de colère qui se lit sur mon visage, ma posture crispée, franchement je suis pas loin de lui coller une tarte, je crois que ça se voit dans mon regard. Je gueule pour évacuer ma frustration et ma peur - chouette les voisins vont être contents que j'ai pas fermé la porte... - "Putain mais je suis là ! Je suis revenu !"


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 20:44
Je suis au-delà de la réflexion, au-delà de toute raison parce que j'ai cru crever et que je ne suis pas du tout redescendue de la trouille que j'ai eue lorsqu'il n'est pas rentré chez nous. Il me tire violemment, violence que je ne peux pas lui reprocher vu la rage dont je fais preuve, me redresse et je titube en manquant sérieusement de me casser la gueule quand il me pousse pour m'écarter de lui. J'ai beaucoup de mal à tenir sur mes jambes parce que je suis clairement dans un piteux état, et je crois bien que mon corps n'a pas encore évacué les drogues ingérées la veille.

Sa colère, son cri de frustration parviennent non pas à me calmer mais au moins à me faire réagir suffisamment pour que je cesse de vouloir le cogner. Je recule en chancelant, jusqu'à ce que mon dos heurte le mur qui au moins me sert de soutien. Je secoue la tête, répète : T'es pas revenu. Tu devais revenir hier et t'es pas revenu.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 21:28
Sa fureur me contamine, son angoisse aussi, d'autant que ça fait plus de deux heures que je la cherche en pensant la trouver défoncée quelque part, comme avant, comme à NY. J'ai failli la frapper aussi et ma main tremble quand je repousse mes cheveux collés de mon visage. Je suis dépassé par la violence de notre affrontement à tel point que je n'ose pas m'approcher de peur de ne pas me contrôler. Pourtant le visage défait de Nina m'émeut dès qu'elle chancelle. J'esquisse un geste vers elle, un pas, avant de me retenir. J'ai peur d'aller vers elle et je reste les bras ballants. "Arrête ! Je suis là"

Je lui ai dit que j'essaierais toujours de rentrer et je l'ai fait. Je me suis battu pour elle, pour survivre avec encore plus de rage que d'habitude, je l'ai appelée, je l'ai cherchée et ses reproches me tuent par leur injustice. Pourtant je sais bien que c'est un truc qui n'existe pas la justice, ça s'achète trop facilement. "J'ai fait tout ce que j'ai pu pour revenir, je t'ai appelé dès que j'ai pu, t'as pas le droit de me reprocher de pas être rentré ! " Non pas cette fois, mon visage se ferme, se bute, je me cristallise autour de ma culpabilité passée et celle que je renie pour aujourd'hui !


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 21:38
Oh une partie de moi, cachée tout au fond, sait pertinemment que j'ai été beaucoup trop loin. Mais je crois qu'il ne peut pas s'imaginer ce que j'ai ressenti en croyant revivre une seconde fois la douleur de son abandon. Je n'arrive même pas à me sentir coupable, quand bien même je sais que j'exagère. N'ai-je pas toutes les raisons du monde d'avoir eu peur, de douter de lui, d'avoir pensé qu'il fuyait encore ? C'est exactement ainsi que ça s'est passé la première fois. Une mission avec les Tigrovi, de quelques heures seulement, dont il n'est jamais rentré.

Je me suis tétanisée contre le mur, et à mesure que la colère reflue, mes membres se mettent à trembler. Je ne lui ai pas même laissé le bénéfice du doute, je le réalise brusquement, je n'ai attendu que quelques heures avant de vriller. Je n'y arriverais pas sans aide, c'est impossible, j'ai un sérieux problème. Je blêmis furieusement à ce constat, détourne le regard en rivant mes yeux sur le sol. L'incompréhension, la peur, l'angoisse me coupent le souffle et je crois bien que je perds l'usage de la parole.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Mer 7 Nov - 23:11
Quand je la vois trembler la colère tombe illico. Je fronce les sourcils, mords ma lèvre pour ne pas crier encore mon incompréhension. J'ai une telle déception, une telle amertume qui me monte dans la gorge que j'ai comme un goût de bile dans la bouche, parce qu'elle ne fera que douter de moi à jamais et que je ne peux rien changer à ça. Malgré ce que j'ai dit, je ne peux pas remonter le temps n'est-ce pas ? Mon regard s'éteint. Des bruits dans le couloir me font tourner la tête, des voisins trop curieux se demandent s'ils doivent appeler les flics. A grands pas je vais claquer la porte en leur affirmant que tout va bien alors que c'est faux.

Je reviens dans le salon et j'observe Nina, sa tenue, ses bleus, son allure. Qu'a-t-elle fait quand elle me croyait parti ? Avec résignation, je m'approche, penaud aussi d'avoir crié si fort après elle. J'esquisse un geste, tends la main pour effleurer son bras "Allons srce, viens t'asseoir..." Même si je ne me sens pas coupable d'être en retard, je dis quand même, prêt à prendre tous les torts sur moi pour que ça aille entre nous "Je suis désolé d'avoir été en retard. C'était pas volontaire..." J'ose caresse son visage en m'approchant encore un peu, procédant comme si je devais amadouer un animal sauvage ce qu'elle est finalement, particulièrement avec moi. "Tu es blessée srce ?"


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 8:39
La colère retombe brusquement et j'ai le souffle coupé par la déferlante de violence. Je ne songe même pas à me justifier, ce serait de la pure mauvaise foi de ma part. Je ne peux pas lui dire que c'est de sa faute, qu'il n'aurait jamais dû partir, parce que c'est injuste. Je ne dis pas que ça ne compte pas ou que ça n'a pas de conséquences, bien-sûr que ça en a, mais je ne peux pas lui donner une seconde chance à moitié. Si je décide que je veux être avec lui, je dois apprendre à lui faire confiance à nouveau. Cette fois le problème vient de moi, je ne peux pas lui demander de faire seul tous les efforts parce que moi aussi il faut que je prenne sur moi.

Il tend la main vers moi avec la même patience infinie qui ne fait que décupler ma culpabilité, et je frémis sous ses doigts en secouant la tête. Non... Enfin je crois pas... Je n'ai pas vraiment pris le temps d'inspecter l'étendue des dégâts, je sais que j'ai quelques bleus mais je ne sais pas à quel point j'ai merdé hier soir. Je lève les yeux vers lui, remarque seulement maintenant les blessures évidentes qu'il arbore et mon regard se voile. Toi tu es blessé moja duša... C'est à mon tour de tendre la main vers lui, j'effleure tout doucement sa mâchoire, frémis en voyant les hématomes. Je me sens infiniment triste mais j'ai déjà trop pleuré et les larmes ne coulent plus. Je prends sa main dans la mienne, demande tout bas : Laisse-moi m'occuper de toi... Comme je sais qu'il n'aime pas se sentir vulnérable, j'ajoute d'une voix trop douce : Molim te, je te demande pardon... Laisse-moi te soigner...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 9:31
On se regarde, s'apprivoisant à nouveau, hésitants à nouveau comme on l'a été ces dernières semaines, on avance d'un pas, on recule de deux. C'est épuisant de devoir gagner sa confiance continuellement mais je paye le prix sans sourciller parce que c'est normal qu'elle m'en veuille et doute après ma fuite il y a plus d'un an. Je hausse les épaules, les blessures physiques n'ont jamais été graves - et celles-là ne sont que des coups - je crains bien plus ses mots durs, sa colère, sa rancœur, tout ce qui pourrait conduire à son départ. Mon cœur se serre à sa douceur soudaine et un maelstrom d’émotions me submerge. Je presse ma main dans la sienne. "Tu n'as rien à te faire pardonner moj andjeo... mais d'accord" Moi aussi je voudrais prendre soin d'elle mais je capitule en lui donnant le rôle parce qu'elle me le demande et que je sais de toute façon rien lui refuser.

Je grimace - doublement parce que le geste me fait mal - "il faut vraiment que je prenne une douche et que j'enlève ces fringues." Ils me collent à la peau désagréablement et j'aspire à une douche avec Nina. "Emmène-moi" Je joue le jeu, la laisse m'emmener par la main dans la salle de bain, celle avec la grande douche. A gestes maladroits, je l'aide à nous déshabiller, effleurant sa peau dès que je peux, recherchant sa présence, son regard. Mes mains vont se perdre dans son cou. La boule de tristesse dans le creux de mon ventre se transforme en désir avec une fulgurance qui me laisse déboussolé. Je viens chercher sa bouche dans un mouvement brusque, serrant Nina contre moi avec désespoir.



_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 9:43

Je secoue la tête. Ne dis pas ça... Bien-sûr que j'ai des choses à me faire pardonner, j'en ai mille des choses à me faire pardonner et je m'en veux terriblement soudain. J'ai passé mon temps à déplorer de ne pas avoir pu être là pour lui durant cette année loin de ses bras, et maintenant qu'il est blessé, qu'il aurait eu besoin de moi, j'étais trop occupée à lui jeter la pierre pour m'occuper de lui. Je me suis inquiétée, bien-sûr, mais au lieu de partir à sa recherche, d'essayer de lui venir en aide, j'ai baissé les bras parce que j'ai cru qu'il m'avait abandonnée. Heureusement qu'il veut bien me laisser prendre soin de lui. Non, ça ne compensera pas mes manquements, mais ça me donne au moins l'illusion de pouvoir me rendre utile maintenant, à défaut d'avoir su l'être quand il en aurait réellement eu besoin. Je l'entraîne dans la salle de bain, uniquement parce qu'il me laisse faire je le sais bien, et j'inspecte l'étendue des dégâts sur sa peau quand il se déshabille, sans me soucier des hématomes qui se sont dessinés sur la mienne.

J'ai peur de lui faire mal quand il m'attire contre lui mais je ne sais pas résister à son baiser dévorant et je plonge mes mains dans ses cheveux, collés de sueur. Ma tristesse ne se mue pas en désir, elle se transforme en désespoir et je promets contre ses lèvres : Je suis désolée, je suis tellement désolée mon amour... Je vais trouver une solution... J'irais voir quelqu'un, je me ferais aider, je.. Je ferais ce que tu voudras. Je t'en prie ne m'en veux pas... J'ai peur qu'il s'essouffle, qu'il n'ait pas l'envie ou l'énergie de lutter sans cesse contre moi, qu'il soit épuisé de devoir sans cesse affronter l'amertume qui me ronge. J'ai peur qu'il s'en aille en réalisant qu'il a eu raison de partir la première fois, que c'est trop douloureux, trop compliqué. Je ne veux pas lui faire de mal et la tristesse, le désarroi que je lis dans son regard me rendent folle. J'enserre doucement sa nuque de mes doigts, pose mon front contre le sien. J'ai eu si peur si tu savais... J'ai cru que tu ne rentrerais pas... Je n'arrivais pas à te joindre et j'ai... Ma gorge se noue, parce que j'ai cru revivre son départ, quand son numéro de téléphone n'était soudain plus attribué et que je me heurtais à la voix robotique qui me rappelait sans cesse que mon mari était parti. Je te demande pardon... Je répète, encore, parce que j'ai besoin qu'il me pardonne, pas qu'il me dise que je n'ai rien fait de mal. C'est faux.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 10:13
Ses paroles me tuent, me font un mal de chien, je déteste quand elle est triste, peu importe la raison, je déteste quand elle s'en veut. "Dis pas ça zlato, dis pas ça, je ne t'en veux pas, pardon d'avoir crié " Je me mets facilement en colère c'est vrai, parce que c'est un moyen facile de chasser de tristesse et l'angoisse. La colère brule tout sur son passage et c'est quelque chose que je connais, elle est rassurante parce que la colère vous permet de tenir, de survivre, toujours. C'est l'émotion la plus puissante que je connaisse avec la passion que j'éprouve pour Nina et qui seule rivalise. Quand les deux se mêlent ça devient explosif et je pète les plombs.

Ça me brise le cœur qu'elle ait eu peur, et surtout la raison pour laquelle elle avait peur. Elle avait peur que je me sois tiré à nouveau comme un voleur. C'est ça la vérité. "Srce... Je sais à quoi tu pensais. Et je rentrerais toujours, ça peut arriver que je sois coincé, en retard, mais je rentrerais toujours. " J'esquisse un sourire qui se veut rassurant mais n'est que triste et j'encadre le visage de Nina de mes larges mains "Mets toi ça dans le crâne, ok ? " Je ne le dis pas mais au pire je rentrerais les pieds devant parce que les Tigrovi n'abandonnent jamais un des leurs sur place. Au moins cette fois elle saura à quoi s'en tenir réellement. "Je t'en veux pas mon ange"

Avec un soupir, je nous pousse sous la douche et j'allume l'eau en essayant de protéger Nina de la première salve froide. Je lève le nez vers la flotte qui rince mon visage. Bon sang que ça fait du bien ! J'enveloppe Nina dans mes bras et je me colle à elle dans un geste câlin et protecteur. Je gronde gentiment "Je suis rentré ce matin. Je t'ai appelé et je t'ai cherché en ville, je ne savais pas où, j'ai fait tous les quartiers. Je crois que j'ai inquiété ta secrétaire..."


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 10:24

Je t'ai frappé ! Bien-sûr que tu as crié ! Je me suis jetée sur lui comme une furie, les poings en avant parce que je lui en voulais et que je voulais lui faire mal, pour lui faire payer de m'avoir tant inquiétée, de m'avoir tant blessée. J'étais tellement groggy, dévastée que je n'ai même pas remarqué lorsqu'il est arrivé qu'il était déjà blessé. Ce n'est pas comme ça que j'aurais voulu l'accueillir, et s'il était rentré hier soir ce n'est pas comme ça que je l'aurais accueilli d'ailleurs. J'aurais voulu lui sauter au cou pour qu'il voit comme j'étais heureuse de son retour, l'embrasser, l'enlacer pour lui faire oublier sa mission. J'aurais voulu voir ses blessures tout de suite et les soigner. J'aurais voulu qu'il soit heureux de rentrer, pour qu'il ait toujours envie de me revenir... Maintenant chaque fois qu'il partira, il aura peur que son retour se passe de la même façon et il ne voudra plus rentrer...

Je sais, je sais... Pardon... Si je réfléchis honnêtement à tout ça, je ne crois pas qu'il oserait me faire deux fois la même chose. Parce que j'espère sincèrement qu'il a compris la leçon, et que s'il voulait partir à nouveau, il aurait cette fois le courage de m'affronter pour me le dire. Je ne dis pas qu'il ne partira plus jamais, ça personne ne peut en être sûr, mais j'espère seulement qu'il ne se volatilisera pas comme il l'a fait par le passé. C'est le sentiment d'abandon, et de trahison, le plus douloureux que je connaisse.

Même l'eau froide ne me fait rien, je me colle contre lui, en quête de sa peau et de sa chaleur parce que oui, j'ai eu la trouille de ma vie. Je pose mon front contre son épaule. Je suis désolée... J'ai fait n'importe quoi hier soir, et quand je me suis réveillée je ne savais pas où j'étais... Comme je pressens son inquiétude, je m'empresse d'ajouter : Mais je me souviens de ma soirée, je t'assure que j'ai rien fait de mal à part... Chercher à me battre avec tout le monde et prendre un peu trop de pilules je crois...



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 10:57
J'aimerais avoir plus de self-contrôle, pouvoir encaisser sans broncher ses cris, ses coups, ne pas m'énerver. Oui je rêve parce que je n'en serais jamais totalement capable quelque que soit mes efforts. Ce n'est pas ma nature d'être serein, ni celle de Nina d'ailleurs. Mais je peux me calmer essentiellement quand elle se montre vulnérable parce que sinon je réagis à l'agressivité par la riposte. Je me méfie particulièrement de ça avec Nina.

Mon cœur s'affole quand elle se serre contre moi dans cet aveu. Je me crispe, serre les mâchoires à m'en faire grincer les dents. Je suis toujours aussi jaloux même si j'essaye de me contenir, de ne pas l'étouffer. J'imagine déjà le pire et elle me connait toujours aussi bien puisqu'elle s'efforce aussitôt de calmer mes angoisses. Mais même ainsi, je suis non seulement blessé mais inquiet. Il aurait pu se passer quelque chose de grave, elle aurait pu être agressée, violée, et shootée, elle aurait aussi pu m'oublier dans d'autres bras. Sous l'effet de la drogue qui sait avec qui elle a dansé, avec qui elle a trainé, qui s'est permis de poser la main sur la soie de sa peau ? Je ne dis rien, je ravale ma rancœur et ma peine, c'est tout. Je ne peux pas lui faire la morale en étant ce que je suis et en l'ayant abandonnée mais brusquement je me sens dépossédé, solitaire alors qu'elle est contre moi. La sensation est désagréable, comme une prise de conscience amère.


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 12:09

Il ne me répond pas et je sens son corps qui se tend sous mes mains. Aussitôt une nouvelle boule d'angoisse me noue la gorge et je lève le visage vers lui, cherche gravement son regard du mien, trop noir, trop tourmenté. Je fais assez facilement le lien avec mon aveu concernant ma soirée, mais je n'ai sincèrement rien à me reprocher. J'ai bu, j'ai fumé aussi, j'ai pris des cachetons mais je n'ai laissé personne me toucher, sinon pour me filer des coups. Je n'ai embrassé personne, et je n'ai flirté avec personne parce que je n'avais absolument pas envie de ça. Je ne cherche pas, contrairement à ce qu'il croit, à me consoler dans d'autres bras dès qu'il s'éloigne de moi. Slavenko... Mon amour... Je te promets que je n'ai rien fait de mal... Je te l'ai dit et je le pensais, c'est à toi que j'appartiens, je n'ai pas cessé d'être à toi parce que j'ai cru que tu étais parti... Même quand il a quitté New-York, j'étais encore à lui, et il m'a fallu des mois avant de laisser un autre me toucher.

Je relâche sa nuque de le sentir si crispé, et je n'ose même pas lui demander la permission de le laver parce que j'ai trop peur d'essuyer un refus. Alors je prends le gel douche, j'en verse dans mes paumes sans rien dire, et je pose silencieusement mes doigts savonneux sur son visage. Doucement, j'essuie les traces de sang séché sur sa peau, mon regard plissé par l'inquiétude, la tristesse, la peur d'avoir été trop loin aussi.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 12:35
Je ne la crois pas quand elle me dit être à moi. Elle l'a été un instant dans la chambre d'hôtel l'autre jour, et elle l'est parfois dans le creux de nos draps mais j'ai tout perdu en partant, je le sens bien. Au moindre faux pas de ma part, c'est elle qui trébuche. Je mens, je prononce les mots qu'elle veut entendre parce que je veux pas lui mettre le fardeau de ma peine sur les épaules. Elle n'y est pour rien, je m'enfonce moi-même dans ma propre culpabilité. "Je sais bien, c'est rien srce... J'ai eu peur aussi c'est tout. Tu es là maintenant et je suis rentré." Je ne sais pas si elle est dupe, je n'ai jamais été bon comédien quand bien même il faudrait.

Je ferme les yeux quand elle pose ses mains sur mon visage, retiens un grognement entre douleur parce que j'ai mal à la mâchoire et plaisir de me débarrasser de la crasse qui me colle au corps. Je me voute pour lui faciliter la tâche, les yeux toujours clos sous le prétexte du savon et de l'eau qui cascade sur nous. Je finis pas l'enlacer, mon front poser sur son épaule, dans un geste bien trop vulnérable même si c'est moi qui l'emprisonne de mes bras, même si c'est moi qui de nous deux suis le plus grand et que je l'enveloppe tout entière contre moi. Je n'ose pas quémander ce mot d'amour dont j'ai cruellement besoin alors c'est moi qui souffle avec désespoir "Ja volim te, Nina. Ja volim te."


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 12:52

Bien-sûr que non, je ne le crois pas un seul instant. Lui non plus n'a jamais su me mentir, c'est sans doute pour ça qu'il est parti sans oser m'affronter avant de tourner les talons. Je suis triste parce que je pensais que ma surprise de la dernière fois avait suffit à nous rapprocher, à nous permettre de partir sur de nouvelles bases, et je suis épuisée de me tromper. Je ne veux pas que les choses recommencent comme à New-York, qu'on enchaîne dispute sur dispute jusqu'à ne plus être capables de se souvenir des bons moments entre nous, et de pourquoi on est ensemble. Ma confiance en lui a trop morflé et dès que le doute s'insinue, je perds complètement pied. Je vois bien que ce n'est pas rien, que je lui fais du mal en n'ayant pas confiance en lui, mais je n'ose pas le contredire alors je me tais.

Il me laisse nettoyer ses plaies et je m'en contente, parce que je prends désespérément tout ce qu'il veut bien me donner. Ses bras qui m'enlacent, m'enveloppent, me font frémir violemment et je relâche son visage pour enrouler les miens autour de sa taille. Moja duša... Le surnom m'échappe avec une facilité déconcertante, parce que je n'ai jamais cessé de penser qu'il était mon âme, l'autre moitié de moi-même. Je tourne la tête pour embrasser doucement sa tempe et je murmure contre sa peau : Je t'aime, ja volim te... Tout doucement, du bout des doigts, je tourne son visage vers moi, ma gorge se serrant parce qu'il grimace au contact de mes doigts sur sa mâchoire. Je cherche son regard et je répète, yeux dans les yeux : Je t'aime, Slavenko, je n'aime que toi, je n'ai jamais aimé que toi. Mes lèvres se lient aux siennes dans un baiser d'une langueur qui me damne. Volim te.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 13:49
Je rassure contre sa peau, ses mains me nettoyant et mettant mon âme à nue. Elle peut vraiment le dire Moja duša , je lui appartiens. J'ai un frémissement de joie quand elle me dit qu'elle m'aime même si je sais que j'ai provoqué les mots, peu importe. Je cligne des yeux pour croiser son regard et accueillir les phrases d'amour qu'elle me donne. Son baiser me brise de l'intérieur, m'expose et je déclare avec ferveur contre sa bouche, entre deux gémissements tenant plus de l'animal que de l'homme. "moj andjeo ! Ali ti si moj život, njegov najslađi deo. i ja volim te" Rien qu'à ses baisers je m'embrase, mais plus encore parce qu'elle m'aime et me le déclare. J'échoue encore sur sa bouche, soupirant de désir, m'éveillant d'un long cauchemar, la peur refluant aussi avec la peine dans la montée de l'envie charnelle.

Je plaque mes mains sur sur elle pour la coller à moi, lui faire sentir l'état qu'elle suscite en quelques phrases, en quelques gestes avant d'attirer sa main vers mon sexe dans une demande claire. La douceur se délite dans la montée passionnée et mon besoin inextinguible de son corps. "Nina, Nina, ti si tako lepa"


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 677
Statut : Brûlée vive. Et incapable de s'éloigner.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 14:03
Je le sens qui s'éveille sous mon baiser, et je soupire du soulagement de parvenir à le sortir de sa détresse. Ce n'est peut-être que privosoire, mais je me promets de tout faire par la suite pour que les choses aillent mieux entre nous. C'est tout ce à quoi j'aspire, et ce depuis toujours. Il guide ma main sur sa queue et je gémis de le sentir réagir déjà, mon corps s'affolant lorsqu'il prend conscience de son désir. Soudain l'eau qui nous brûle la peau n'a plus la moindre importance, et j'enveloppe son sexe de ma main dans un couinement fébrile. La peur de l'avoir perdu à nouveau se rappelle à moi brusquement et j'étouffe la bouffée d'angoisse qui monte contre sa bouche. Je ne supporterais pas l'idée d'être séparée de lui, je ne survivrais plus jamais à une telle épreuve. Je dévore ses lèvres avec passion, plante mes dents dans sa chair en gémissant, ma main libre courant sur sa peau, malaxant ses fesses, ses flancs alors que je tire son corps vers le mien.

Comme il est dur entre mes doigts, je pivote en le relâchant pour faire face au mur. Je colle mes fesses à son bassin, ondule ostensiblement contre lui dans une requête très explicite que je précise pourtant. Molim te, je te veux, zelim te. Qu'il annihile dans le plaisir toutes nos angoisses, toutes nos peurs et nos remords. J'ai besoin de me rappeler au contact de sa peau qu'il est rentré, qu'il ne m'abandonnera plus jamais.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 682
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 14:40
Je grogne de soulagement à ses morsures qui ravivent la douleur, le plaisir, la volonté de nous fondre l'un en l'autre. Je m'entête à répondre à chaque baiser-morsure, je perds le fils, le reprends dans un couinement ravi de frustration, de plaisir mêlé. Je gronde quand elle m'échappe le cerveau déjà trop englué de désir pour être accessible à la raison. Je la ramène brutalement contre moi. Je me colle à elle, ma main sur sa gorge, l'autre me servant à me guider pour la prendre avec cette brutalité qui est nôtre. Je mords son cou dans le même temps, le lèche pour apaiser la brulure alors que je plonge dans son corps. Le feu me consume, un peu plus à chaque coup de reins que je ne cherche même pas à ralentir. Je ne contrôle rien, je ne tente même pas et heureusement que la fatigue me tempère parce que sinon j'aurais joui rien qu'en la prenant.

A chaque coup de bassin, plus fort, mon bras l'empêche de se retrouver écrasée contre le carrelage du mur et je dévore son cou, haletant contre sa peau rougie de baisers. Je grogne des encore impérieux, presque rageurs, jusqu'à ce que je jouisse dans un cri rauque. Je me plante en elle, me vide en spasmes délicieux et le plaisir noie toute angoisse, toute peur et colère, me laissant juste vidé et tremblant contre elle, et furieusement possessif alors que je murmure d'une voix cassée contre sa peau "t'es à moi, t'es à moi..." Je ne peux pas être avec elle et la laisser seulement n'être qu'à moitié à moi, j'aspire à ce lien unique, l'appartenance totale et mutuelle.


_________________
Sais-tu
Que là sous sa poitrine
Une rage sommeille
Que je ne soupçonnes pas?
 Prends garde, sous son sein la grenade
Clara Luciani
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant