The natural law of Karma - Slavina - Page 6
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

The natural law of Karma - Slavina

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 13:33
La frustration me poigne férocement parce que oui, je pensais naïvement qu'il allait céder. J'ai demandé gentiment, ça aurait dû suffire, non ? Mais non, bien-sûr que non, et moi je me consume de désir, les sens en ébullition, le souffle si lourd que je suis sûre qu'il lui brûle la peau. Je garde les yeux clos pour tenter de me maîtriser mais à chaque mouvement de sa part, je prie pour qu'il me pénètre enfin. Je sens mon sexe qui palpite, réclame ses doigts qui ne cessent de se refuser. Instinctivement, sans même m'en rendre compte, je roule des hanches, me soulève, en quête de gestes plus francs de sa part. Je suis déjà au bord de l'implosion quand il enfonce enfin un doigt en moi, à tel point que je manque de jouir sous ce seul geste. J'ai complètement oublié le film, et je suis à deux doigts d'oublier où nous sommes, ce qui devient dangereux pour la discrétion que j'ai promis d'avoir !

J'aspire sa bouche avec envie, contractant mon périnée autour de son doigt dans un gémissement étouffé. J'expire brusquement quand il revient s'immiscer entre mes fesses, et mes ongles s'enfoncent dans la chair de son ventre. Quand j'arrive de nouveau à bouger, c'est pour glisser ma main directement sur son entrejambe, ma paume lourde sur sa queue que je sens dure à travers le tissu de son treillis. Ce que tu veux, je te donnerais ce que tu veux Slavenko... Fais-moi jouir et je te promets que tu auras ce que tu veux... Ma main se presse sur lui plus fort et je lèche sa bouche avant de continuer. Dès qu'on sera rentrés, je te sucerais. Je m'agenouillerais devant toi et je te laisserais me baiser la bouche. J'abandonne ses lèvres, dérive sur sa gorge. Et ensuite tu me baiseras... Où tu veux, comme tu veux, aussi fort que tu veux...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 14:45
Je n'ai pas cédé parce qu'elle m'a demandé de jouer avec elle. Jouer avec elle ce n'est pas céder dès qu'elle le demande c'est au contraire la pousser dans ses retranchements, sinon le jeu est bien trop facile. Elle veut trembler, elle veut gémir, supplier et je m'y emploie avec application. Et j'adore la moindre de ses réactions, j'y suis attentif à un point que vous ne pouvez pas imaginé, mon attention entièrement tournée vers elle. Je m'échauffe tout seul à ce jeu ! "T'es tellement mouillée srce, tellement mouillée... c'que t'es bandante, t'es bonne putain, ti si divna."

Je sursaute au poids de sa main sur mon entrejambe, j'en sens la chaleur à travers le tissu et mon cœur bat plus fort charriant le désir dans mes veines. Je gronde d'approbation à ses paroles, c'est tout ce que je rêvais d'entendre, qu'elle se donne à moi. "Oui, oui, c'est bien ça, je veux ça... chuuuut, pas de bruit mon ange." Je prends pourtant mon temps. Je ne veux pas la soulager en quelques secondes, je veux qu'elle monte encore, elle plante ses ongles dans mon épaule, qu'elle s'accroche à moi et qu'elle doive étouffer ses gémissements contre ma peau. Mais cette fois je m'autorise à l'explorer plus intimement, la pénétrer, la caresser plus fort. Je stoppe parfois à un sursaut plus fort pour ensuite la récompenser en progressant plus loin. Je délaisse ses fesses que je me réserve pour la maison, et je la baise de mes doigts jusqu'à lui accorder la délivrance dans des mouvements plus brutaux, plus profonds comme je sais qu'ils vont la mener au bout. Quand son corps s'arque, je retire aussitôt ma main pour ne pas trop prolonger l'orgasme, je sais que comme ça, elle renaitra plus vite au désir parce que j'ai bien l'intention de prolonger la nuit à la maison.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 14:56
J'enfouis complètement mon visage dans le creux entre son épaule et son cou quand il me demande de me taire, parce que j'anticipe ce qui va suivre. Je crois que mes doigts se crispent un peu trop fort sur son treillis, heureusement d'ailleurs que le vêtement le protège, et m'efforce autant que possible de rester immobile pour lui laisser la main sur mon plaisir. Les vagues montent très haut avant de refluer quand il ralentit, et je frôle plusieurs fois l'orgasme sans qu'il me laisse l'atteindre. Je suis trempée, haletante, le corps tendu à l'extrême quand il m'autorise enfin la délivrance. Je dois mordre sa gorge pour ne pas hurler et je sais déjà que j'ai imprimé la marque rouge de mes dents sur sa peau chaude. Il retire sa main trop vite et j'ai un petit couinement de frustration, une sensation de trop peu qui me ceint les reins et me donne déjà envie de lui à nouveau.

Mais l'orgasme apaise malgré tout mes pulsions les plus urgentes et je m'autorise à reprendre mon souffle. Je prends sa main dans la mienne et porte ses doigts à ma bouche. Lentement, mon regard dans le sien, je lèche la cyprine qui macule ses doigts, les suce comme je crève d'envie de le faire avec sa queue. Je veux réveiller chez lui des pulsions violentes, animales, de celles qui laisseront sur ma peau des traces rouges et bleues, de celles qui me feront trembler chaque fois que j'y repenserais. Je relâche doucement sa main et je me tourne vers l'écran, que je regarde pour la première fois depuis que nous sommes arrivés. L'air de rien, je croise les jambes, pose ma tête sur son épaule comme si de rien était.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 16:04
Je suis frémissant, excité quand elle jouit contre moi. J'ai envie de la prendre brutalement, de me nourrir de sa chaleur et des spasmes de son corps et la frustration me noue le bide. Mais je suis aussi infiniment fier de l'avoir fait jouir, ici, contre moi, abandonnée et soumise à mon bon plaisir. Le plaisir sature aussi mon cerveau mais mon corps réclame ardemment son du. Je déglutis en la voyant lécher mes doigts comme elle le ferait de ma queue et un soupir se bloque dans ma poitrine. Elle s'installe contre moi, jolie chatte repue venant ronronner et je sais que c'est mon tour de souffrir les affres du désir. Mais j'ai étrangement envie de ce tourment.

Je prends sa main pour la poser sur mon sexe, par dessus mes fringues, et je glisse une main sur sa robe, pour caresser un sein. Je me berce d'images crues, sans voir le film. Je respire l'odeur de Nina, revenant fréquemment frotter mon visage à son cou, je hume sa peau. Parfois je vais même caresser sa cuisse, jouer avec la peau au dessus du bas. Je crève d'envie d'elle, je sais qu'elle le sait et je la laisse sciemment prendre la main sur mes désirs. Je veux savoir où elle veut me pousser. Mon cœur bat chaotiquement mais c'est divin. Je me sens vivre, désirer, vouloir.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 17:39
Il guide ma main sur lui et je jubile intérieurement parce que je sais, je sens qu'il me veut. Mais ce n'est pas encore suffisant, je n'ai pas encore joué avec lui comme il a pu jouer avec moi, et son désir est encore à un seuil tolérable. Je tourne la tête vers lui, happe ses lèvres dans un baiser trop doux, trop tendre, où je soupire d'amour contre sa langue. J'ai une main posée sur l'accoudoir, et de l'autre j'essaie de défaire la fermeture éclair de son treillis. C'est un peu plus long que si je pouvais utiliser mes deux mains, mais ça tombe plutôt bien puisque je ne suis pas pressée.

Je sais très bien que je ne vais pas pouvoir le faire jouir là, en plein cœur de la salle de cinéma. Ce serait trop salissant d'une part, mais en plus de ça il est plus facile pour lui de retirer sa main de sous ma robe que pour moi de remettre son caleçon en place si quelqu'un débarque ! En revanche je peux glisser ma main sous le treillis pour le caresser à travers le boxer, sentir la chaleur de sa peau irradier contre le tissu. Je grignote ses lèvres doucement et susurre dans un sourire : On est très loin des quarante minutes, tu sais...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 19:28
"Ha bon ? Mais ça fait combien de temps alors ?" Je soupire, j'avais bon espoir d'y parvenir. Quarante minutes ce ne doit pas être si compliqué ! Je soupire à nouveau mais différemment, parce que sa main me presse plus fort et que c'est bon. Rien que le fait d'avoir fait riper la fermeture éclair, le bruit a décuplé mon excitation. Ça promet. Je gronde tout bas, la disputant gentiment "c'est ta faute aussi. Tu mouilles tellement vite et fort, je pouvais pas te laisser dans cet état. Si tu savais comme j'ai envie de toi Nina, si tu savais..." Si elle savais elle me dirait rentrons ! Si elle avait une once de compassion pour moi, elle dirait "Je m'en fous du film !" Voilà ce qu'elle dirait comme moi je le dis.

Je pourrais la faire asseoir sur mes genoux, elle frotterait ses fesses contre moi et y a des chances que je jouisse comme ça, comme un ado excité. Cest courant à Sarajevo, ce frotti-frotta avec les filles qui veulent rester vierges. Elles donnent tout, leurs bouches, leurs culs, mais pas leur virginité, y a même des putes comme ça, pour être sur de trouver un mari ou pour pas avait l'impression de tromper le leur. Mais en vérité je crois pas que ça suffirait que Nina s’asseye sur mes genoux, parce que l'image précise qui me hante c'est moi planté jusqu'à la garde dans sa chaleur. Je veux sa chaleur.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 19:33
Je hausse les épaules, parce qu'en réalité je n'en ai pas la moindre idée. Peut-être bien que ça fait quarante minutes, je n'ai pas compter, je cherche seulement à le faire enrager... Un peu. Je ne veux pas non plus le mettre en colère, je ne suis pas encore suffisamment confiante pour ne pas vouloir que ça ne reste qu'un jeu. Je flirte avec les limites sans encore oser les franchir, quand autrefois je n'étais pas consciente que je les dépassais largement. Ou plutôt ça ne suffisait pas à m'effrayer. Je souris contre sa joue, secoue la tête. Non, c'est vrai, tu pouvais pas me laisser comme ça... Et les réactions que j'ai avec lui, la façon dont mon corps s'emballe, je n'ai jamais connu ça avec personne d'autre au monde. Jamais.

J'étouffe un rire contre sa peau quand il morigène contre ce pauvre film qui n'a rien demandé. C'est toi qui as choisi le cinéma. S'il avait opté pour la boîte de nuit par exemple, il aurait été beaucoup plus facile de s'éclipser pour baiser dans les chiottes. Doucement, je tire sur l'élastique de son boxer pour glisser ma main encore en-dessous, posant mes doigts sur sa queue sans rien faire d'autre. Si tu veux rentrer, Slavenko, il te suffit de le demander gentiment...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 20:12
"Non, je pouvais pas et puis c'est si bon srce, c'est si bon...je t'adore srce moje. ti si moja quand tu jouis comme ça, ti si moja ljubavi, moje davo malo i moj andjeo"

Je pose ma main sur son poignet sans savoir si c'est pour la stopper ou l'encourager à poursuivre. Un peu des deux sans doute. Elle se moque de moi et je souris parce que ça me fait de drôles de choses quand elle rit. Je tombe amoureux d'elle à chaque fois quand elle rit alors quand j'en suis à ce point de désir, remis entre ces mains, je bascule dans la franche vénération.

"Mais Zlato, bien sur que je veux rentrer. Je demande que ça, mais je veux pas écourter et gâcher notre sortie moj andjeo." Ma voix est basse, vibrante et pleine d'espoirs, de volonté de bien faire aussi. Je désire ardemment lui plaire, être un couple normal (oui bon quoi, tous les couples se tripotent au cinéma ! ) "Je voulais le ciné pour te peloter dans le noir, j'aime bien le ciné." En plus je n'avais pas envie d'aller en boite, je ne voulais pas la partager même pas un peu. J'aurais cassé des têtes si quelqu'un l'avait regardé un peu trop.  Et puis, j'ai sa main sur ma queue, comment pourrais-je regretter mon choix ? Sa peau est  douce contre la mienne, chaude, et le poids est délicieux. Je veux qu'elle me touche et je vole u langoureux baiser, terriblement voluptueux qui fait frémir ma queue sous sa main. je meurs de chaud, de désir dans ce baiser que je romps en haletant.

Je penche la tête légèrement de côté avant de demander d'un ton doucement grondant et rauque. "tu veux rentrer ?" Je lui demande la permission qu'on rentre ou alors on continue le jeu encore un peu ici. Je ne sais pas bien si j'en suis capable, et je suis censé conduire pour rentrer !


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 20:18
Je suis à toi tout le temps, moja duša... Pas seulement dans le sexe et le plaisir, même si c'est dans ces instants-là que c'est le plus évident. Je suis à lui constamment. J'étais à lui même lorsqu'il est parti de New-York, même seule dans le Bronx, avec l'envie de mourir vissée au corps, j'étais encore à lui. Je n'ai jamais cessé de l'être, c'est ce qui me définit, j'en suis profondément convaincue aujourd'hui. Je frotte mon nez doucement contre sa joue, ses envies de bien faire à tout prix me rendant beaucoup plus tendre, soudain, amadouée. Notre sortie est parfaite, Slavo. Il ne peut pas la gâcher même en demandant à l'écourter. C'est moi qui ai voulu qu'on profite de l'extérieur mais en réalité on aurait probablement du rentrer tout de suite et profiter l'un de l'autre, surtout. Parce que c'est ça le plus important, toujours.

A sa question, je ne réponds pas tout de suite. Je retire ma main de son caleçon non sans une dernière caresse appuyée, comme une promesse des délices à venir. Je le rhabille rapidement et dépose un baiser sur sa joue avant de souffler près de son oreille : Je veux rentrer. Je le formule de cette façon parce que même si j'aurais voulu qu'il cède, je ne veux pas qu'il se sente mal, et je sais qu'il culpabilisera de ne pas avoir tenu jusqu'à la fin du film (alors qu'on ne le regarde même pas !) Si c'est mon idée, si c'est moi qui demande à rentrer, alors il ne se sentira pas mal, et je ne veux surtout pas lui faire de peine ou qu'il se pose trop de questions.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 21:06
Je ne maîtrise plus bien les bouffées d'émotions qui se mêlent au désir et je deviens très câlin alors que des pulsions de brutalité me hantent, je crois que je deviens complètement schizo ! En plus Nina me dit que tout est parfait et je lui suis reconnaissant de ça, BAM, une bouffée d'amour explose, me laisse groggy et soupirant, je crois bien que j'ai pété un câble dans cette salle de cinéma !

Je suis bien content qu'elle accepte ma demande déguisée, pourtant je me sens orphelin dès qu'elle enlève sa main. Je rhabille moi-même maladroitement, avant de me lever tout aussi gauchement. Je tends la main à Nina en l'enveloppant d'un regard d'adoration et de désir. Comme on est au fond, je peux lui voler un baiser en étant debout sans gêner personne. Je caresse son cou au passage, d'un geste possessif qui me fait un bien fou.

Quand on sort de la salle, la lumière m'agresse et je cligne des yeux. Je suis bien content d'avoir un treillis large et un blouson ! Je suis vaguement déboussolé, et avec un temps de retard, je fouille dans ma poche pour trouver mes clefs.Je dois franchement réfléchir pour me rappeler où nous sommes garés ! C'est que le sang a cessé d'irriguer mon cerveau !


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 21:17
Je ne sais pas à quel moment les envies de brutalité qui nous ceignaient les reins se sont transformées en vagues de tendresse pure. Peut-être que malgré tous nos efforts, on a trop souffert de s'être perdus, et des bouffées d'émotion nous le rappellent constamment, sans qu'on s'y attende. Ça m'est égal, je l'aime et je ne veux pas faire semblant. Peut-être que la fureur s'emparera de nous à nouveau dès qu'on passera la porte de l'appartement, mais si ce n'est pas le cas, au fond quelle importance ? Moi aussi je suis désagréablement éblouie par la lumière dans hors de la salle, heureusement dehors le jour a déjà bien commencé à décliner. Je me glisse sous son bras, accrochée à lui comme si je craignais qu'il ne se volatilise et c'est au fond un peu le cas.

Même une fois dans la voiture, je suis incapable de m'écarter. Je glisse ma main sous son tee-shirt pour caresser son ventre, je grignote son cou, hume son odeur en soupirant d'envie. Le désir ne m'a pas désertée, il n'est seulement plus de la même nature que tout à l'heure... Encore que, les minutes défilant, je me remets à le titiller. Ma main dérive à nouveau vers son treillis, mes mordillements se font plus francs, deviennent des suçons qui ne laisseront leur trace que quelques heures. On arrive à l'appartement et il me faut faire un effort surhumain pour le lâcher et sortir de la voiture.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Jeu 15 Nov - 22:11
Heureusement que conduire vers un lieu connu ne nécessite pas de grande capacité d'attention parce que je suis plus en pilotage automatique qu'autre chose. Elle sort de la bagnole et je suis tellement à l'ouest que je la suis pour sortir de son coté de la portière ! Je manque de rester coincé dans la golf, gros malin ! Je me cogne et peste en réussissant à sortir. Je fais un bon pour enlacer Nina et me coller dans son dos. Mes bras la serrent contre moi alors que j'embrasse sauvagement son cou en me plaquant contre elle. On se retrouve dans le hall de notre immeuble avec encore l'escalier de l'étage à monter.

Mes mains s'égarent déjà sous sa robe, empoignant les fesses si affriolantes que je désire avec ferveur depuis quarante minutes, restons sur ce chiffre. Entre deux baisers, je ne sais pas comment on monte les marches. Je laisse Nina ouvrir la porte parce que j'en suis incapable. Je me colle une nouvelle fois à son dos, retroussant le bas de sa robe déjà.Je trébuche en la suivant dans l'appartement. On heurte le mur et ma bouche se fracasse sur la sienne. La fébrilité s'est emparée de moi, et la brutalité revient dans mes gestes, dans le creux de mes reins.

Mon regard noircit parce que je ne peux plus enrouler ma main autour de ses cheveux. Alors je pousse Nina vers le canapé. je l'y fais basculer, nez dans les coussins, fesses en l'air, le bassin reposant sur l'accoudoir. Un véritable rugissement s'échappe de ma bouche en voyant son cul offert à la chair pâle.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 8:10
Il est de nouveau fébrile, enragé, et je ne sais pas par quel miracle je parviens à monter les escaliers vu la façon dont il s'acharne à tirer sur ma robe. Son corps se colle au mien, ses mains empoignent ma chair et le désir rugit de nouveau violemment dans mon ventre. Le petit interlude du cinéma est très loin d'avoir satisfait mes pulsions et mes fantasmes, et j'ai envie de sa peau comme s'il ne m'avait pas touchée depuis plusieurs jours. On est bien trop liés tous les deux pour que son empressement ne soit pas contagieux, et je mords sa bouche dans un grondement impatient. Je galère à trouver les clés, puis à ouvrir la porte qui semble décidée à me résister. À ce rythme, on va se retrouver à baiser sur le palier et ce serait de mauvais goût pour les voisins je crois.

Je manque de me casser la gueule quand la porte s'ouvre enfin parce que Slavenko me pousse sans ménagement. Je gronde en signe illusoire de protestation, mais la seconde d'après je suis déjà renversée en avant sur le canapé. Mon souffle se bloque dans ma gorge avant que ma respiration ne s'emballe à nouveau, chaotique, parce que j'anticipe la suite. Je soulève le bassin juste pour pouvoir tirer sur la dentelle de ma culotte que je fais glisser le long de mes cuisses jusqu'à mes genoux. Je me déshabillerai plus tard, on n'a pas le temps pour ça. Il s'approche de moi, son bassin contre moi et je grogne parce que son treillis l'entrave encore. Les doigts de nouveau crochetés à l'accoudoir du canapé, je tends les fesses vers lui, frotte ostensiblement mon cul contre son bassin.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 10:41
J'ai disjoncté. Des vagues d'amour furieux, doux et brutal en même temps, intense, intransigeant, totalitaire, absolument tendre et possessif se sont emparées de moi et me parcourent en flux et reflux dans un maelstrom à la chorégraphie troublante et déstabilisante. J'ai perdu la tête, il ne reste que les sensations, la vue de Nina divinement offerte, la douceur de ses fesses sous mes mains jalouses, son odeur délicieuse et son souffle rauque, ou est-ce le mien ? J'ai encore le gout de ses baisers en bouche et je meurs de désir, brulé par ce plomb fondu qui se répand en moi et me tue. Si je la baise pas je meurs. Sans rire !

Elle s'offre indécemment et je couine un son rauque et étranglé, furieux et excité en défaisant mon treillis impatiemment. Je me défais juste assez pour tout baisser sur les cuisses. Dans la demi-seconde qui suit, je m'empare d'elle comme un hussard. Elle m'a trop excité et malgré ces drôles d'accès de tendresse, j'ai ce besoin d'extérioriser ma rage à l'aimer. C'est entre ses fesses que je m'introduis d'une poussée franche, faisant fi de l'inconfort voire de la douleur que j'inflige. Les muscles se crispent, protestent, se contractent divinement en spasmes. Je poursuis mon avancée, donne des coups de reins réguliers qui finissent par détendre les chairs qui m'acceptent. C'est le moment que je préfère quand soudain son corps arrête de se rebeller pour m’accueillir. Je suis écrasé en avant contre elle, allant et venant sans discontinuer et le plaisir grimpe, fulgurant, brutal jusqu'à un orgasme violent où je me vide dans ses entrailles, ma main plaquée sur ses reins pour la maintenir sous moi, soumise.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 10:53
C'est un hurlement qui m'échappe et déchire l'air quand il s'enfonce inexorablement entre mes fesses, jusqu'à la garde, dans un mouvement douloureux dont je réclame la brutalité. Qu'importe les désirs malsains et bestiaux de mon esprit, mon corps lutte contre l'intrusion, se contracte violemment sous ses assauts. J'ai les doigts accrochés au canapé à m'en faire blanchir les phalanges, et des larmes ont roulé sur mes joues sans que je m'en rende compte. J'ai retenu mon souffle un long moment, tendue à l'extrême, et je le reprends dans un hoquet de stupeur et de soulagement mêlés quand mon corps l'accepte enfin. Ses coups de reins se font moins douloureux et je ferme les yeux, une main se faufilant entre mes cuisses pour venir en renfort des mouvements profonds qu'il imprime. Je halète, gémis, balbutie des supplications inintelligibles jusqu'à ce que la jouissance m'emporte dans un raz-de-marrée de sensations trop violentes. Il se répand en moi et les spasmes délicieux qui m'agitent contractent mon corps autour de lui jusqu'à ce qu'il glisse hors de moi, maculant ma peau de sperme.

J'inspire brusquement, me redresse dans un gémissement d'inconfort. J'ai l'impression de pouvoir sentir encore sa queue plantée au fond de mes entrailles et mon corps palpite au rythme des résidus d'orgasme qui me bercent encore. Je sais d'ores et déjà que cette sensation de léger inconfort perdurera quelques jours et j'en suis transportée de plaisir parce que chaque mouvement me rappellera que je suis sienne. Je me tourne pour lui faire face, pose mes mains sur ses épaules pour faire tomber sa veste au sol. Ses vêtements me rendent folle, ils me privent de sa peau.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 11:23
Le plaisir brut coure dans mes veines, la béatitude et cet émerveillement sans cesse renouvelé mâtiné de désir persistant qui se mêle à l'amour dévorant. Depuis que je l'ai retrouvé, il rugit encore plus fort qu'avant, me mange de l'intérieur, prend toute la place dans mon être et j'oublie peu à peu le reste. Bientôt je serais juste un gros tas de guimauve à ses pieds. je suis persuadé qu'il n'y a que la fureur du désir et du sexe pour maintenir une cohésion de mon corps.

Je retrouve sa bouche en geignant, loin d'en avoir eu assez. C'est juste un soulagement de la tension extrême à laquelle elle m'a soumise, mais je suis bien loin d'être rassasié. On se déshabille mutuellement dans des gestes empreints de frustration. Torse nu, le reste débraillé - j'ai mes rangers qui m'empêche de faire mieux pour l'instant - je finis par tomber à genoux à ses pieds pour presser mon visage contre son ventre, mes mains englobant ses fesses pour la plaquer vers moi. Je mords avec passion la chair tendre dans un baiser mouillé de salive. Je veux son goût sur moi, notre goût mêlé et je viens entre ses cuisses humides le chercher. Je m'écarte ensuite pour lentement défaire ses bas, et les rouler un par un jusqu'à ses pieds si jolis.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 11:43
On est sur la même longueur d'ondes, je le sais, je le sens dans sa façon de me presser contre lui, de revenir chercher ma bouche. On est tous les deux restés sur notre faim, le cinéma était une très mauvaise idée ! Je nous pensais insatiables avant, mais ce n'était rien en comparaison de la passion qui me consume aujourd'hui continuellement. J'ai besoin de sa peau, constamment. Les journées passées loin de lui sont une torture, on passe nos nuits à chercher le corps de l'autre pour rattraper le temps perdu. J'appréhende déjà nos prochaines séparations, plus le temps passe et plus j'ai la sensation que je ne survivrais pas à deux jours sans lui.

Il s'agenouille à mes pieds, dévore mon ventre dans un baiser qui marque ma chair et je plonge mes mains dans ses cheveux en geignant de plaisir. Sa langue glisse entre mes cuisses et j'expire un couinement incontrôlé. Je lève les pieds l'un après l'autre pour qu'il puisse ôter mes bas, et je prends ses mains dans les miennes pour qu'il se relève. J'inverse les rôles, m'agenouille devant lui pour m'attaquer à ses rangers qui commencent à sérieusement m'agacer ! J'en viens à bout, les vire et me redresse pour presser mon corps contre le sien. Entre deux baisers fiévreux, on se retrouve enfin complètement nus tous les deux et je le pousse sur le canapé pour grimper sur ses cuisses. Mes mains caressent sa peau brûlante, ses épaules, ses bras, et je me penche pour lécher la sueur sur son torse. T'es beau, trop beau, ja volim te. Personne ne m'a jamais plu comme lui, personne ne m'attire autant que lui.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 12:11

Normalement, je me défendrais en grognant vaguement, je lui dirais de dire que je suis viril et non pas beau, que beau c'est pour les tapettes, que ça se dit pas pour un homme etc etc... Mais vous savez quoi ? Ce soir je m'en fous. Ce soir je suis heureux de lui plaire et je l'englobe d'un regard ébloui, radieux, amoureux, à l'image de mon sourire béat. Je réponds en écho "ja volim te, ti si divna, srce." Mes mains se sont plaquées sur sa peau, les doigts écartés pour mieux être en contact, je suis affamé de sensations qui pourtant saturent déjà mes nerfs. Je vibre, je me sens vivant à un point inimaginable - même frôler la mort ne me fait pas sentir vivant comme ça. Ça m'a manqué durant quatorze mois et j'ai sans cesse repoussé mes limites, j'ai un peu menti en disant que je suis toujours prudent. C'est seulement quand elle est là, que je sais qu'elle m'attend. Si je suis prudent, c'est aussi parce que je suis rarement seul en mission et que je ne veux pas foutre mes compagnons dans la panade.

C'est inhabituel, mais je m'offre à ses baisers, en pacha avide d'être aimé. Je lui offre mon corps frémissant. Ce qui ne m'empêche pas de caresser son cou dégagé de ses cheveux maintenant qu'ils sont plus courts, je trouve magnifique la courbe fragile qui sinue jusqu'à ses reins. Elle est si belle. Sa peau est de neige et très douce. "Nina..." Je me mords la langue pour ne pas continuer mon aveu qu'elle lira peut-être dans mon regard. Elle m'a manqué, elle m'a tellement manqué.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 12:41

Nous n'avons même pas pris la peine d'allumer la lumière, et seuls les réverbères de la rue éclairent faiblement le salon. L'obscurité, les ombres qui dansent donnent à la scène un côté surréaliste qui m'émeut étrangement. L'amour ne me rend pas aveugle, ce n'est pas vrai, je le trouvais beau avant d'être amoureuse, j'ai eu envie de lui avant de l'aimer. Il m'appelle et je lève les yeux, son regard happant le mien. Je glisse le bout de mes doigts sur l'angle de sa mâchoire râpeuse, passe doucement mon pouce sur sa joue. Je savoure précieusement tous ces gestes qui m'ont été interdits durant quatorze interminables mois. A moi aussi, il m'a manqué, plus que je ne saurais dire, j'ai cru mourir chaque jour passé loin de lui, mais surtout j'ai souhaité être morte pour ne plus ressentir le manque.

Je me penche pour presser ma bouche sur la sienne, tendrement, voluptueusement, en un baiser qui hérisse ma chair. Lentement, je me remets à onduler contre lui, sans hâte, en mouvements langoureux qui le font tressaillir. Alors je le guide sans un mot entre mes cuisses, pour qu'il achève de prendre consistance au creux de mon ventre. Dieu que j'aime cette sensation de le sentir gonfler, m'emplir toute entière.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 13:37
Mon cœur est sur le point d'exploser quand elle se fait à la fois si tendre et si sensuelle. Je ne comprends pas pourquoi je suis parti, mes raisons se délitent sous son baiser, ne laissant que des regrets poignants qui me retournent l'âme. Je voudrais lui demander pardon un millier de fois. Elle noie ma culpabilité en me logeant à nouveau entre ses cuisses et j'approuve d'un soupir. Je caresse sa chute de reins, le haut de ses fesses pour l'encourager à onduler sur moi. Jamais je n'ai aucun de tels délices avec un ou une autre. "Dieu que t'es bonne srce." Mon aveu s'étrangle dans ma gorge quand je me jette sur sa bouche encore.

J'appuie mon front contre le sien pour reprendre mon souffle. "Je te veux, je te veux Nina... Encore, encore srce...je te veux" Je tais les mots qui la peinent, je tais les pardon, je tais les stupidités du passé, je veux me concentrer sur le présent et surtout l'avenir. Mais de ça non plus je n'ose pas parler parce que ça la peine aussi. Elle dit que j'efface le passé, et ça lui fait du mal mais c'est faux. Je suis atrocement conscient de tout et je dois vivre avec ça. Alors je plonge dans le plaisir physique parce que là au moins, la douleur s'efface. "Baise-moi, baise-moi, molim te Nina, danse, danse pour moi" Comme au Black Duck. Je voudrais remonter le temps et faire mieux, je voudrais corriger, réécrire le passé. Je suis sur que cette nuit on peut le faire.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 16 Nov - 13:57

Je ne réponds pas, je n'ai pas encore la force de parler et je me contente d'accéder à ses désirs en augmentant progressivement la cadence. Cette fois je veux malgré tout prendre mon temps pour ne pas rester sur ma faim. Mes mains dans ses cheveux, mon regard dans le sien, je bois son souffle, me nourris de ses mots d'amour qui apaisent mon âme meurtrie. Je repousse nos limites, laisse le plaisir enfler encore, jusqu'à ce qu'on ne puisse plus lutter. Un nouvel orgasme nous fauche ensemble et on s'écroule l'un contre l'autre, nos corps emmêlés, sur le canapé.

Je ne le laisse pas s'éloigner de moi, pas même pour m'emporter dans le lit. Je l'enlace, le ramène jalousement contre mon corps. On est serrés, dans une position inconfortable sur l'assise trop étroite pour nous accueillir tous les deux mais ça m'est égal, je ne m'éloignerais pas de sa peau. Je le laisse prendre toute la place et je lui grimpe dessus, ma joue contre son torse où je ferme les yeux pour laisser enfin le sommeil m'envelopper.



_________________


Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6