Parfois, ce doit être suffisant. - Slavina - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

Parfois, ce doit être suffisant. - Slavina

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 11:13

Je n'ai pas le temps de me réjouir quand il m'indique les chiottes parce qu'il décide de m'accompagner, rendant toute manoeuvre d'approche impossible pour moi ! Je n'ose même pas utiliser les toilettes qui sont de toute façon dégueulasses, alors je laisse passer deux minutes avant de ressortir de la cabine dans laquelle je suis allée pour rien. Quand on s'éloigne ensemble, il s'approche lui-même d'un dealer et je fronce les sourcils sans rien dire. Moi non plus, je ne le connais pas, je ne sais plus qui il est, ce qu'il est devenu. Est-ce que c'était courant pour lui de prendre de la drogue pendant qu'on était séparés ? Combien de nanas a-t-il emmenées à des raves du genre ? Est-ce qu'il en a baisé d'autres là-bas, près des escaliers ? Mes pensées prennent une tournure dangereuse que j'essaie, en vain, d'enrayer, et je m'approche de son dealer pendant qu'il achète à boire, parce que moi aussi j'ai besoin de quelque chose.

Je n'opte pas pour la kétamine cette fois, de toute évidence ça m'aide seulement à dormir un peu mieux et à faire moins de cauchemars, mais j'y suis trop accoutumée pour que ça me défonce réellement. Je ne prends pas la même chose que lui, je réclame en anglais un truc pour me filer la pêche. Annihiler la douleur, les émotions, ne ferait que m'endormir et ce n'est pas le lieu pour ça, je ne suis pas en sécurité ici, et je ne compte pas sur Slavenko pour me défendre ou assurer mes arrières. J'avale les cachetons au moment où Slavenko attrape mon poignet dans un geste presque brutal qui me fait froncer les sourcils. Je tourne les talons, m'éloigne vers la foule mouvante en l'entraînant derrière moi. Je me fraie un chemin entre les corps qui se pressent les uns contre les autres, j'ai besoin d'être au cœur de la masse pour m'oublier.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 11:41
Ça m'est arrivé - assez souvent - de prendre de la dope, mais sans jamais franchir une limite que je m'impose. Je n'ai jamais repris de méthamphétamine, ni d'amphet tout court d'ailleurs, et je suis plutôt à la coke d'habitude ou à l'ecsta, ou des joints parfois. Comme ce n'est pas très souvent, pas toutes les semaines, je joue avec la dépendance. Mes drogues quotidiennes sont les clopes et l'alcool, mais dans mon monde, ce n'est même pas considéré comme une dépendance. Une autre cigarette en remplace une dès qu'elle est finie et que le mégot a échoué au sol.

Je me laisse entrainer, mon esprit dérivant déjà. La bouteille en main, dans la foule mouvante, je colle derrière Nina, replie un bras devant elle, la main posée sur son ventre, mes reins blottis contre ses fesses. Ma clope pend à mes lèvres et je lève de temps à autre la main qui tient la bouteille pour boire. Tenir Nina dans mes bras apaise un peu la douleur sourde mêlée d'angoisse qui me mange les tripes et que la drogue commence à atténuer. Par moment, j'enfouis mon nez dans le cou de Nina, juste pour la humer, ou pour l'embrasser d'un baiser possessif mais aussi trop câlin pour ne pas trahir ma détresse. Je laisse le temps s'étirer au rythme de ma musique et de la drogue qui pulse dans mes veines. Bizarrement même l'envie de me battre m'a déserté, j'ai juste envie de rester contre Nina pour toujours. J'ai peur que la nuit s'achève et qu'on rentre à la maison.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 12:01
Il revient se coller contre moi, son bras autour de ma taille, sa main plaquée contre mon ventre et je me laisse surprendre par une nouvelle flambée de désir. La drogue commence à agir, mettant peu à peu tous mes sens en alerte, décuplant les réactions de mon corps aussi bien que mes sensations. Je cesse d'avancer quand nous sommes encerclés, prisonniers de la foule qui nous étouffe tant elle est dense. Mais c'est égal tant qu'il est contre moi. Les yeux mi-clos, je laisse mon corps se mouvoir sur un rythme qui m'est propre, bien plus lancinant que la musique dont les basses résonnent dans ma poitrine. Je tire sur le bas de mon chemisier pour le sortir de ma jupe à nouveau, pour que Slavenko puisse glisser ses mains dessous, à même ma peau. Le contact de ses doigts sur mon ventre me brûle, chaque mouvement même le plus infime déclenche des frissons brûlants qui m'enflamment les reins.

Je pivote, lui fais face parce que comme ça je suis vraiment isolée du reste du monde, son corps comme rempart, mon regard accroché au sien, toujours. Je ne me sens plus triste, j'ai au contraire un sourire béat accroché aux lèvres, et quand je me penche pour embrasser sa gorge, ma bouche trace sur sa peau des sillons lumineux. Peu à peu, mon rythme cardiaque s'accélère et mes gestes gagnent en fébrilité. On me pousse contre lui, violemment parfois, sans faire exprès sans doute, et je profite de chaque mouvement qui me ramène vers lui pour toucher sa peau. Je fourre mes mains sous son pull, palpe la chair dans des soupirs d'envie, remonte le long de son dos pour m'accrocher à ses épaules. J'ai des bouffées d'amour qui montent et que je ne cherche pas à refluer parce que la drogue aidant, elles ne me font pas peur. Je n'ai plus peur. Je lève le visage, l'incite à se voûter pour venir trouver ma bouche et je dévore la sienne avec passion.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 12:38
Je ne suis pas comme Nina, la drogue ne fait qu'endormir un peu mon mal être mais je reste affreusement conscient de l'épée de Damoclès au dessus de ma tête. C'est juste que le fatalisme reprend le dessus, me poussant à ne pas penser à demain, à seulement retenir le présent. Si on meurt demain, profitons-en maintenant ! On se retrouve collé indécemment, et j'oublie le reste. J'ai mes mains sur sa peau et les siennes se révèlent possessives sur la mienne. Nos bouches se cherchent entre fièvre et langueur et la vodka se mêle au goût délicieux de Nina. Je renonce à fumer davantage, trop occupé à l'embrasser, à la toucher une fois qu'elle s'est tournée vers moi.

A un moment j'abandonne aussi la vodka, je ne tiens pas à être malade et surtout la bouteille m'encombre. J je ne sais plus ce que j'en fais, je crois simplement que je la file à un de ces corps mouvants près de nous. Ma main libérée vient entre nous pour défaire le corsage de Nina, ôter des boutons pour que je puisse venir aspirer la peau du renflement de ses seins. J'ai presque cessé de danser, il n'y a que le désir qui s'est de nouveau enroulé autour de moi, de nous. Je crois que je dis quelque chose en serbe, une phrase amoureuse qui m'échappe comme quoi je la veux pour moi, rien que pour moi, c'est de ça que je crève à petit feu. De jalousie et de désir.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 13:00
Toute cette soirée est surréaliste, parce qu'on se comporte l'un comme l'autre comme s'il ne s'était rien passé, et paradoxalement tout dans nos gestes, notre façon de nous regarder, de nous dévorer, trahit le fait qu'il s'est bien passé quelque chose. Peut-être qu'il parle, je n'en sais rien, je ne l'entends pas par-dessus la musique, et je reviens à sa bouche chaque fois qu'il s'éloigne de la mienne, insatiable. Je ne m'intéresse même pas à la vodka parce que ça signifierait relâcher ses lèvres et ça m'est impossible. Il me déshabille à moitié, défait les boutons de mon chemisier et je renverse la tête en arrière pour offrir ma peau à sa bouche. On est trop collés les uns aux autres pour que quiconque fasse attention à nous, et nos attouchements passent inaperçus au cœur de la foule qui se pelote de toute façon indécemment.

Je me consume de désir pour lui et je n'ai qu'à coller mon ventre à son bassin pour être certaine que c'est réciproque. Je me tortille contre son corps, guide ses mains sur mes fesses, et de la lave en fusion se répand en moi, inondant mon ventre. Je crève de frustration parce que je voudrais qu'ils sente comme je le veux mais ma jupe est trop droite, trop moulante pour qu'il puisse fourrer ses mains dessous sans la retrousser complètement. Accrochée à ses flancs, je le tire vers moi pour nous extraire de la nasse où je nous ai entraînés. Le chemin pour en sortir me semble durer une éternité, le temps sous mes doigts s'étirant à l'infini. Je heurte un mur, me retrouve coincée entre son corps et le béton froid, pas encore isolée de la foule mais assez loin pour qu'il m'entende. J'ai envie de toi. Touche-moi, touche-moi, molim te. Cette fois c'est sans pudeur aucune que je prends sa main dans la mienne pour la guider sous ma jupe, entre mes cuisses brûlantes et moites.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 13:43
Je l'aime avec désespoir ce soir, avec une sorte de fureur rentrée que trahit mes gestes empressés. Elle a beau me vouloir, elle a beau se donner dans un baiser ou en se collant à moi j'ai toujours sa phrase qui me hante, qui résonne sourdement dans les basses de la musique électro-industrielle. Je me sens perdu et la seule façon de me raccrocher c'est à sa peau, sa chaleur. J'empaume ses fesses, tente de plonger mes mais sous sa jupe et dans l’interstice de la ceinture mais sans grand succès et le fait que sa peau me soit refusée me rend buté, de cet entêtement borné typiquement slave à ce qu'il parait.

Je ne réalise que lorsqu'elle bute contre le mur qu'elle nous a piloté. Mon esprit est haut, avec ce sentiment d'être désincarné qui ne rend que plus douloureuses toutes émotions qui tournoient en moi sans se fixer sur une. Mon corps agit sans consulter mon esprit, effet de la dope couplé à celui du désir. C'est mon corps qui fait rempart entre les danseurs et nous, la foule mouvante et indifférente se heurte parfois à mes épaules, me poussant contre Nina. Ici les autres s'en foutent, et j'ai besoin de cette indifférence, de cette solitude dans la multitude.

Je plonge ma main sous la jupe de Nina, la laisse me guider jusqu'à pénétrer les chairs moites d'un geste franc. J'ai besoin brusquement de sentir qu'elle me veut. Elle est humide et chaude encore, de notre étreinte précédente comme du désir renouvelé. Je fourre une autre main dans son chemisier, pétant un bouton au passage pour mieux malaxer un sein. Ma bouche est sur sa bouche, mon corps est un poids contre le sien, je la touche, la pénètre, l'embrasse, dans une folie fébrile d'avoir son corps pour moi. Le temps se délite, la drogue ralentissant considérablement la montée ce qui fait que j'ai cette sorte de dédoublement, d'être très haut dans le désir et le plaisir sans encore ressentir la pression de jouir. Et en ce moment précis, j'ai besoin de ça, que ça dure à l'infini. J'ai besoin de la désire très fort pour ne pas lui en vouloir, pour laisser la peur et l'amertume de coté. Je gémis son prénom en boucle, d'un ton bien trop suppliant alors que je la sens mouiller contre mes doigts, palpiter, vibrer.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 14:03
Ses doigts me fouillent, forcent le pasage de mes chairs trempées pour s'enfoncer loin en moi et je pousse un long gémissement rauque en me crispant toute entière. La drogue ne ralentit pas la montée de mon plaisir, au contraire elle le décuple, l'amplifie. Je ne sais pas ce que j'ai pris mais putain j'aurais dû demander parce que c'est délicieux, exquis et que je vais en vouloir encore. Chaque émotion, chaque sensation est amplifiée, et il suffit qu'il plonge ses doigts en moi pour que je sois au bord de l'orgasme. Je suis douloureusement écrasée contre le mur parce qu'on ne cesse de le pousser contre moi, mais je ne m'en rends même pas compte. J'ai l'impression de n'être plus qu'une boule de nerfs et de plaisir, tout mon être concentré dans le bas de mon ventre. Mon sexe pulse contre sa main et je m'accroche si fort à ses épaules que je l'aurais douloureusement marqué s'il ne portait pas son pull.

Je relâche sa bouche, appuie mon front contre son torse pour tenter d'encaisser les sensations trop violentes qui me submergent. Je ne sais pas si je jouis plusieurs fois, ou si mon orgasme dure une éternité, mais des larmes roulent sur mes joues et mon corps tremble spasmodiquement contre le sien. Je suis à bout de souffle, les nerfs complètement cramés, saturés de plaisir, à tel point que je ne tiens plus sur mes jambes, et je m'écraserais au sol si son corps n'était pas ainsi pressé contre le mien. Je repousse sa main avec cette impression que je vais crever s'il continue à me toucher, et je me laisse complètement aller contre lui, son corps seul m'empêchant de m'effondrer tout à fait.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 14:20
Je tremble, je vibre à l'unisson de son plaisir, l'âme consolée, repu des sensation que je ressens comme si j'étais connecté à elle. Je gémis quand elle gémis, halète avec elle, feule comme un tigre affamé. Je me repais de ses seins, de sa peau, je la marque de baisers rouges alors qu'elle ondule contre moi jusqu'à ce qu'elle repousse ma main. Dans le même mouvement, je défais mon futal, le baisse sans souci de pudeur, je m'écarte juste assez pour pouvoir mettre Nina à genou devant moi, dans un geste autoritaire tant que je suis parti. Je gronde en serbe des mots crus, impérieux dont la pornographie me hérisse la chair, tend ma queue plus fort. Je tiens ses cheveux très fort alors que je baise sa bouche sans hâte, même pas violemment seulement d'une façon inexorable. Peut-être qu'on nous mate, c'est égal, l'idée ne m'effleure pas parce que la violence du rush brulant qui me submerge me noie, achève de déliter ma conscience. Je jouis sur ses seins, sur sa peau, je la marque de mon odeur avant de la ramener vers moi pour un baiser sauvage qui me macule. J'ai joui et j'ai toujours envie d'elle, encore, encore plus fort dans une escalade mentale induite par mon stress et la drogue.

Je me rhabille d'une main avant de brusquement la soulever dans mes bras. La foule m'insupporte, le bruit, la fumée. J'aspire au calme, j'aspire à la seule présence de Nina. Je l'emporte débraillée et à moitié nue vers la voiture. Des hommes m'interpellent, la veulent et je les envoie grossièrement se faire foutre, je ne la lâche pas, même pas pour me battre, je la garde jalousement. Le poids de mon beretta dans son holster me garde serein.

L'arrière de la voiture nous accueille, avant que je ne ferme les portières à clefs. Je déshabille Nina fébrilement, prends ses mains pour les passer sous mon pull. Je la désire encore dans un état de folie étrange comme si c'était notre dernière fois, notre dernière nuit.




_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 14:42
Je me laisse tomber à genoux simplement parce que je n'ai pas la force de lutter. J'ai faim de lui, une faim dévorante mais j'aurais besoin de reprendre mon souffle tant je suis déboussolée et il ne m'en laisse pas le temps. Sa queue trouve ma bouche, force la barrière de mes lèvres et ses doigts qui s'enroulent fermement autour de mes cheveux m'empêchent de me dérober. Le souffle me manque, je peine à reprendre ma respiration, j'ai les joues trempées de larmes et le corps entier en ébullition. Son sexe pulse contre ma langue et c'est comme si tout mon être pulsait à l'unisson. Il se retire brusquement, je reprends mon souffle dans un hoquet tandis qu'il se répand sur ma poitrine, son sperme me brûlant la peau, et des frissons me hérissent la chair à me faire perdre la tête.

Je suis loin, très loin quand il me soulève du sol, m'emportant dans ses bras, et les sensations extrêmes qui me secouent m'épuisent nerveusement. À peine la porte du bâtiment franchie, le froid s'immisce sous mes fringues, me glace les os, me fait claquer des dents, mon visage caché dans le creux de son épaule. Je suis trempée de larmes, maculée de nos fluides, mon chemisier ouvert sur mes seins rouges, bleus de baisers et de morsures possessives. La drogue me fait planer haut, je n'entends même pas les hommes qui nous interpellent, et je rugis en reprenant sa bouche quand on se retrouve dans la bagnole. Il me faut quelques instants pour me réchauffer un peu, ce que je ne fais qu'au contact de sa peau brûlante contre la mienne. Je lui ôte sa veste, son pull, en même temps qu'il s'attaque aux lambeaux de mon chemisier qui finit sur le sol de la caisse. Son torse s'écrase sur ma poitrine et je gémis de plaisir, de désir sans cesse renouvelé.

Je défais son treillis, l'aide à se libérer du vêtement et sa queue se loge contre mon ventre. J'enroule ma jambe autour de sa hanche, fébrile, mue par l'impatience de ressentir encore les mêmes sensations. J'ai cru crever tant c'était fort mais j'en veux encore, encore. Baise-moi, baise-moi. J'ordonne, implore, complètement inconsciente, ignorant les signaux de mon corps qui voudrait que je me calme.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 15:09
Je finis torse nu, le pantalon baissé jusqu'aux chevilles, le mieux que l'on puisse faire dans notre état de déconnexion avancée. De la même façon, la jupe de Nina n'est plus qu'un morceau de tissu froissé autour de sa taille, et d'une poussée de hanches, je réponds à son appel, plonge en elle sans attendre, nos corps - ou n'est-ce pas plutôt nos âmes ? - n'aspirant qu'à s'unir. C'est une étreinte lente et lancinante. Je la surplombe et elle s'enroule autour de moi comme une liane. Des sons ponctuent nos respirations contraintes où on cherche notre souffle, des cris marquent des envolées de plaisir avant qu'il ne se stabilise juste assez pour qu'on tienne physiquement le coup.

Mes muscles tremblent de plaisir, de cette douce contrainte de faire durer l'étreinte. L'orgasme se refuse, mon corps à bout de nerfs allant chercher encore plus loin le plaisir. Je gronde en baisant Nina sans me soucier du temps, de l'inconfort, ni même de la recherche du plaisir. Je n'en ai pas besoin, il vient naturellement et finalement ce n'est même pas l'orgasme que je recherche mais bien l'union. La jouissance finit par arriver sans même forcer l'allure, simplement parce que je suis bout du chemin. Elle me surprend, me fauche sans que je songe à résister. Je reste écrasé sur Nina, perdu dans une autre dimension.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 15:35
C'est la même euphorie, le même plaisir complètement surréaliste qui me submerge à l'instant où nos corps s'unissent. J'ai la sensation étrange de milliers de petits arcs électriques qui font vibrer mes nerfs, et je déconnecte complètement. Je ne sais plus où finit mon corps, où commence le sien, je le touche et c'est moi qui tremble, chacun de ses baisers, chacune de ses caresses se répercute dans l'ensemble de mon corps et je me consume toute entière. L'orgasme me traverse bien avant lui, mais il dure, s'éternise, se prolonge au rythme de ses coups de reins jusqu'à devenir insoutenable, exactement comme tout à l'heure. Je ne le repousse pourtant pas cette fois parce que mon esprit lutte, je ne veux pas rompre l'union parfaite de nos corps. Pourtant on se déprend inévitablement l'un de l'autre et mon corps crie grâce, à bout de résistance.

Longtemps, je reste immobile sous son poids, à flotter dans les limbes du plaisir, baignée d'endorphines... Jusqu'à ce qu'une vague de mélancolie ne m'enveloppe. Le froid se fait de nouveau sentir, s'immisce entre nous et lentement, la mélancolie laisse place à l'angoisse. J'enfouis mon visage contre son cou où je me mets à pleurer en silence, infiniment triste sans être bien certaine de savoir pourquoi. L'envolée était exquise, terriblement bonne, et la douleur de la redescente est à la hauteur de ce plaisir interdit. Dans peu de temps, je voudrais reprendre quelque chose pour faire taire la peine, je le sais déjà. Je m'accroche à sa peau comme à une bouée de sauvetage, trempe sa peau de larmes sans parvenir à décrocher un mot.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 15:50
Mon esprit est saturé de dope et d'endorphines, mon corps est repu et je ne ressens même pas l'inconfort de la position à cause de ce que j'ai pris comme drogue et alcool. Et puis Nina se met à pleurer, trempant ma peau de ses larmes et je ne sais pas bien pourquoi c'est elle qui pleure. Il y a comme un bug dans mon esprit, je sais que ce n'est pas normal, mais je ne trouve pas de raisons, toute logique m'échappe. Je suis incapable d'avoir un raisonnement - logique ou non d'ailleurs. Je sais juste que la voir pleurer me déchire le cœur, ses larmes sont insupportables et je souffle en boucle "chuuuut chuuuut moj andjeo. Ja volim te." Je la console comme on consolerait une enfant qui a cassé sa plus belle poupée, en ronronnant des mots d'amour, en la tenant dans mes bras.

On arrive à se recroqueviller à deux sur la banquette de la golf - un exploit ! - ratatinés de façon à ce que ne j'écrase pas Nina mais que je puisse l'envelopper de mes bras. je caresse la lisière de son visage, embrasse ses joues trempées de larmes. Je plane à fond, je ne réalise pas bien ce qui se passe sinon je flipperais grave. Mais je n'en ai absolument pas la force ni la lucidité. Moins habitué que Nina aux drogues, je plane plus longtemps avant que je sois si abruti que je somnole à moitié en la caressant machinalement, apaisant ses frissons de mes mains chaudes. Au fond de mon propre gouffre, je la réconforte encore pour qu'elle s'apaise.

Quand j'émerge, suffisamment clair pour me rendre compte de où nous sommes, je crois qu'il s'est passé plusieurs heures. Je suis gelé à présent. Je me redresse pour renfiler mon futal et mon tee-shirt, mais j'abandonne mon pull et ma veste à Nina. Je cherche mes clopes et les clefs avant de passer à l'avant du véhicule. Je frotte mon visage pour me réveiller le plus possible et m'allume une clope avant de nous ramener à l'appart'.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 16:02

Plus tard, demain peut-être, j'analyserais sûrement en réalisant que c'était juste une douloureuse redescente de drogue. Mais là, tout de suite, je ne suis consciente que de l'angoisse et de la peine qui m'étreignent toute entière et me poussent contre lui. Dieu merci, il me prend dans ses bras, m'enveloppe de son corps, me ramène tendrement contre lui et je me blottis contre sa peau en soupirant. Mais ce sont surtout ses mots d'amour qui m'aident à reprendre pied, parce que ne pas les entendre tout à l'heure m'a brisé le cœur. Je cesse assez rapidement de pleurer, apaisée par ses mots tendres et son corps contre le mien, mais je reste longtemps à flotter dans cette mélancolie douce-amère qui me fait mal au ventre. J'ai l'impression horrifiante que c'est notre dernière nuit ensemble, notre dernier moment de répit (si on peut parler de répit) avant que tout n'explose. Je ne veux pas rentrer chez nous, je ne veux plus jamais quitter cette voiture...

Mais il s'écarte de moi pour retourner à l'avant, et je reste assise seule sur la banquette arrière parce que je n'ai pas la force de bouger. Je ne parviens qu'à enfiler son pull, passer sa veste pour me protéger du froid. Je remets ma jupe froissée, seulement pour ne pas me balader à poil parce que dans un élan de lucidité je réalise que dans ce pays ce serait foutrement dangereux, même accompagnée du slave. Je me penche en avant, entre les deux sièges, pour poser mon menton sur son épaule pendant qu'il conduit. Je veux encore ses bras, sa bouche, ses mains sur moi et je crois mourir tout le temps que dure le trajet. Quand il se gare, je ne bouge pas, j'attends qu'il fasse le tour de la voiture pour venir m'ouvrir, je ne veux pas sortir de l'habitacle autrement que pour retrouver sa peau. Comme il ouvre la portière, je me lève, enroule mes bras autour de sa taille, enfouis mon visage contre son tee-shirt.



_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 17:13
Le trajet passe vite, ou lentement, je ne sais pas, je ne me rends pas compte de grand chose, conduisant machinalement. Je suis dans cet état d'esprit où je ne vis que la seconde présente. Nina pose son menton sur mon épaule et je ne bouge pas (ou a minima) pour ne pas la déranger, mes seuls mouvements sont pour conduire. Je nous gare et je récupère Nina à l'arrière de la voiture pour l'emmener à l'appartement que dans mon for intérieur je n'ose même plus appeler chez nous. Je la dépose sur le lit avant d'ôter mes godasses parce que ces foutues rangers commencent à me peser. Nina n'a plus ses escarpins, je crois qu'ils sont dans la bagnole, enfin j'espère.

Je me vautre ensuite tout habillé (ou plutôt avec ce qui reste de mes fringues) dans les coussins et les couettes, mais en dehors parce qu'après la sensation de froid du dehors, l'appartement chauffé me donnent des bouffées de chaleur intense. C'est un des symptômes de la drogue ingérée, j'en suis conscient. J'irradie de chaleur et mon cœur semble pulser dans ma tête. Malgré moi, je me love contre Nina malgré cette sensation de chaleur, j'ai besoin de respirer encore nos odeurs mélangées sur son corps pour m'apaiser et m'autoriser à sombrer dans l'inconscience.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 17:33
Ce n'est pas forcément ce que je réclamais, je n'aurais pas osé, mais il me soulève dans ses bras pour me ramener chez nous, bien-sûr que c'est encore chez nous ! Moi aussi j'ai chaud une fois à l'intérieur, principalement parce que son pull et sa veste sont épais et que je ne suis pas habituée à porter des vêtements qui tiennent si chaud. Non, moi je me couvre peu, et je me réchauffe contre sa peau. Je n'ai jamais eu si froid que lorsqu'il est parti, et j'ai passé un temps infini enroulée dans des couches de vêtements qui n'ont jamais suffit à me réchauffer le cœur. Pourtant, il est parti juste avant l'été... Dans le lit je retire quand même sa veste et son pull, parce que vraiment je suffoque, mais je n'ai pas l'énergie d'ôter ma jupe ou mes bas. Je me coule contre lui, refusant tout éloignement. Je voudrais lui dire que je l'aime, que je ne veux pas le laisser mais j'ai la bouche pâteuse et je n'arrive pas à formuler une phrase sensée, alors je rends les armes.

Il suffit de toute façon qu'il referme ses bras sur moi pour que je plonge dans un sommeil si lourd qu'on pourrait croire à un coma. Toute la nuit, je ne bouge pas d'un iota, mon rythme cardiaque ralenti, mon corps mis K.O. par la drogue et les émotions, les sensations trop violentes de la soirée. J'irradie pourtant de chaleur, à tel point que je me réveille en nage après plusieurs heures. La tête me tourne méchamment et je sors du lit pour tituber jusqu'aux toilettes où je rends l'intégralité du contenu de mon estomac. Bon ok, cette dope c'était peut-être pas de la bonne finalement...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 18:47
J'ai conscience que Nina se lève et je guette les bruits en me soulevant sur un coude. J'entends qu'elle est malade mais à ce stade, je ne peux rien faire et je roule simplement sur le dos, écoutant si elle a besoin d'aide ou non. J'ai mal au crâne, une gueule de bois d'enfer et aucune énergie. Je pose mes mains à plat sur mon torse en fixant le plafond. Il n'y a rien à faire qu'à attendre. J'avais des cachets pour la redescente dans mon ancien appartement, mais je suis incapable de me rappeler où je les ai foutu lors du déménagement et je n'ai pas la force de chercher dans mes sacs.

J'ai toujours chaud et finalement je finis par lever pour aller prendre une douche froide. Je sais déjà que je n'arriverais pas à me rendormir. Maintenant que ma lucidité est revenue en même que la gueule de bois, je suis désemparé sur l'avenir. Je ne sais pas où j'en suis, ni même qui je suis. Je ferme à clef la salle de bain, j'ai besoin d'être seul ou plutôt j'ai peur de me confronter à Nina, surtout ici sous la douche, je me sais bien trop vulnérable et trop de questions non formulées et dont les réponses possibles me terrifient hantent mon esprit.

Je ne reste que cinq minutes sous l'eau, le temps de me savonner et de me rincer avant de sortir pour m'enrouler dans une serviette. Mes cheveux dégoulinent d'eau mais je ne prends pas la peine de les essuyer avant de sortir de la pièce pour aller faire du café. Beaucoup de café et fort.




_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 19:07
Pour une fois je suis soulagée qu'il ne vienne pas derrière moi, je sais ce qu'il se passe et disons que j'aime préserver mon image un minimum, si je peux éviter qu'il me voit gerber, c'est mieux. Je reste au-dessus des toilettes le temps qu'il faut pour être certaine que ça passe, et quand je peux me relever, je vais me rincer la bouche dans la cuisine puisque je ne peux pas encore utiliser la salle de bain... Je suis un peu triste qu'il se douche sans moi, mais en même temps d'une part je ne sais pas à quoi d'autre je m'attendais, d'autre part je ne suis pas sûre qu'on soit tous les deux en état de prendre une douche ensemble. Quand il sort, je prends sa place. Je me brosse les dents, me douche plus longuement que lui parce que moi non plus je n'arriverais pas à me rendormir. J'ai encore très chaud, et je tremble un peu mais ça va finir par passer, je le sais.

J'enfile un pyjama en sortant parce que je ne me sens pas de rester nue, j'ai appris la leçon, je me retrouve toujours à poil et vulnérable dans les pires moments. Alors je passe l'ensemble composé d'un mini short et d'un débardeur, et je me décide enfin à le rejoindre dans la cuisine. Faute de mieux, je nous sors de l'aspirine pour tous les deux, et je lui tends la sienne ainsi qu'un verre d'eau dans un geste un peu hésitant.

Il est beau, torse nu, une serviette autour de la taille, des gouttes d'eau accrochées à ses épaules, et ma gorge se noue parce que je meurs d'envie de l'embrasser mais que je ne m'en sens plus le droit. Je le bouffe des yeux, un peu trop longtemps, un peu trop avidement pour que ce soit anodin, mais c'est l'amour plus que le désir qui noircit mon regard ce matin.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 19:52
Le temps qu'elle me rejoigne, le café est prêt. J'en ai profité pour fumer même si ce n'est surement pas une bonne idée vu comme la fumée m'arrache la gorge. pas grave. Je prends l'aspirine que Nina me donne en murmurant d'une voix rauque "merci" et je l'avale d'un trait. Je sers deux tasses, à ras bord, avant de prendre la mienne et de m'asseoir sur un des tabourets haut. Je capte le regard de Nina posé sur moi et je ne comprends pas. Je ne suis pas sur de lire correctement. Pour moi les signaux sont complètement contradictoires. Elle ne peut pas m'aimer et vouloir divorcer, je n'intègre toujours pas ce fait. Je l'interroge du regard, qu'est-ce qu'elle veut me dire ?

Le silence s'installe, lourd de questions non dites, de ces mots qui m'étouffent avant que finalement après une longue gorgée de café je n'ose poser la question d'une façon détournée qui est la mienne, une approche de sniper. "Tu vas les envoyer quand ? " les, pour les papiers, ça semble clair non ?



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 20:00
Je n'ai pas non plus envie d'avoir la discussion qui nous attend, pas de cette façon en tout cas, mais je sais qu'on ne pourra pas y échapper. A moins, encore, de ne rien dire, et de laisser couler notre relation. Autant vous dire qu'avec tout ce à quoi j'ai dû renoncer pour lui laisser une autre chance, ce n'est même pas une option. Je tends la main, enroule mes doigts autour de la tasse de café brûlant que je ramène vers moi sans en boire encore, parce que je ne veux pas me cramer la langue. Merci. Ma voix est aussi rauque que la sienne, et je crois qu'on est deux à avoir mauvaise mine... Ce qui ne m'empêche pas de le trouver incroyablement beau, comme chaque fois que je pose les yeux sur lui depuis le premier jour.

Je lève sur lui un regard surpris, parce que je ne m'attendais pas à ce que ce soit lui qui brise le silence. Il me faut quelques secondes pour répondre. Je ne sais pas... Je réalise en répondant qu'il n'a pas l'intention de poser les vraies questions, et que c'est à moi de crever l'abcès si je veux m'expliquer. Je baisse les yeux sur ma tasse, cherche maladroitement mes mots. Je ne veux pas qu'on se sépare, Slavenko... Je t'aime, je veux être avec toi... J'ai besoin de toi... Il ne peut pas dire que ce n'était pas clair, pas après la façon dont je me suis accrochée à lui toute la soirée, toute la nuit. Je ne veux pas le perdre. Jamais. Seulement on ne peut pas rester mariés... Ça n'a pas de sens...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 20:18
Ma gorge se noue au fur et à mesure qu'elle parle, qu'elle tente de m'expliquer sans doute quelque chose qui m'échappe toujours. Comme elle a les yeux baissés, j'en profite pour la dévisager. Je ne supporterais pas de croiser son regard maintenant parce que j'ai besoin de contrôler la montée d'émotions. Je suis bien trop à fleur de peau dans la redescente et pleurer n'est pas une option, gueuler non plus en l'occurrence, du coup, je n'ai pas beaucoup de possibilité si ce n'est de me ménager des pauses, j'espère qu'elle le comprends.

C'est d'une voix moins neutre que je voudrais que je répète en secouant la tête négativement. "ça n'a pas de sens." Je me rends compte moi même de la confusion de ma phrase. "tu ne peux pas... tu ne peux pas me dire que tu m'aimes et vouloir divorcer. ça n'a pas de sens." Je ferme en un poing ma main qui porte mon alliance et je regarde l'anneau à mon doigt. Il est déjà en train de perdre tout son sens par le seul fait qu'elle veuille le divorce. J'ai l'impression de partir à la dérive.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 20:26
Ce n'est pas par lâcheté que je ne voulais pas avoir cette conversation, c'est parce que j'avais peur de me mettre en colère. Et sa réponse, c'est exactement le genre de phrase qui me met en colère. Comme je m'y attendais, et que malgré tout je lis la détresse dans sa voix, je prends moi aussi le temps de me maîtriser. Je ferme les yeux quelques secondes, inspire, expire longuement pour ne pas lui envoyer à la figure la réplique pourtant cinglante qui me brûle la langue. J'ai besoin de le dire, pourtant, parce que c'est la source de ma décision, mais je m'efforce de faire attention à la façon de je le dis. J'essaie d'avoir la voix la plus posée possible, pas neutre, l'émotion transparaît trop dans mon timbre, mais pas agressive pour autant. Slavenko... Tu prétends que tu n'as jamais cessé de m'aimer et pourtant tu es parti au seul moment au monde où j'avais besoin qu'on ne me laisse pas seule. Tu crois que ça a du sens, ça ? Alors quoi ? Il peut me dire qu'il m'a toujours aimée mais qu'il m'a abandonnée quand même, mais moi je ne peux pas dire que je l'aime et vouloir divorcer ? Non, ce serait trop facile.

Je secoue la tête, abandonne la tasse de café que je n'ai de toute évidence pas l'intention de boire pour le moment. On ne porte plus le même nom... Je me fais appeler Sykes depuis des mois, et quand bien même je voudrais reprendre le nom de Kovacs, ce n'est plus celui que tu portes. C'est la première incohérence, celle qui me saute le plus aux yeux et celle qui m'a fait le plus mal, aussi. Quand j'ai appris qu'il avait repris le nom de Drazavic, quand j'ai été forcée de voir le sien s'inscrire sur mes papiers, faute de parvenir à divorcer. Quelle lâcheté de sa part, me forcer à porter un nom que lui même ne porte plus. J'enferme toute la rancœur qui pourtant ne demande qu'à sortir, je ne veux pas me disputer encore, je veux seulement qu'il comprenne. A quoi ça rime de fêter nos deux ans de mariage, Slavenko...? Deux ans... Et tu en as passé les trois quarts sur un autre continent que le mien !


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 20:52
Il y a ce que j'ai fais, c'est vrai, j'en suis conscient - chaque jour je porte ce poids. Alors je ne nie pas que c'était stupide parce que ça l'était. Et en effet ça n'avait pas de sens. Je secoue la tête négativement. "et je le regrette." Je regrette d'être parti comme ça, de ne pas avoir trouvé une autre solution pour ne pas me noyer. J'aurais au moins du être honnête.

Pourtant, quatorze mois d'absence n'enlève rien de la valeur de notre mariage à mes yeux. "Et alors ? ça ne justifie pas de divorcer. Pas maintenant ! J'y ai cru Nina ! Quand tu as remis ton alliance. J'y ai cru quand tu as bien voulu fêter l'anniversaire avec moi. Quand tu as mis le bracelet, accepté le voyage... Alors pourquoi ? Pourquoi maintenant ?" Quand on a fait l'amour lors de cette soirée, quand on passé la journée au pieu, j'y ai cru un millier de fois.

Et je ne comprends pas pourquoi maintenant. si ça avait été avant j'aurais pu comprendre je crois, les premiers jours, dans la colère explosive qui la rongeait. Mais je me suis leurré quand j'ai cru qu'elle était atténuée, qu'on trouvait un nouvel équilibre. J'avais tort. "On pourrait rester marier, tu pourrais t'appeler Drazavic ici. Si tu voulais..." Mais ma voix meurt d'elle même parce que je sais déjà qu'elle ne voudra pas. J'ai la sensation que quoique je dise, elle a déjà pris sa décision et ça m'exaspère. Je lâche ma tasse dans un geste d'énervement, en me sentant pris au piège. Je n'ai jamais été un bon orateur, et je ne pense pas du tout la convaincre avec ma rhétorique douteuse.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 21:06
Il le regrette ? Merveilleux, ils me font une belle jambe, ses regrets. Il y aura toujours cette blessure entre nous, cette rancœur envers lui, quoiqu'on fasse, et peu importe le temps qui passe. C'est quelque chose que je ne peux pas oublier, que je ne pardonnerais jamais tout à fait. J'aurais pu pardonner qu'il me quitte, mais comme je l'ai déjà dit, je ne peux pas pardonner la façon dont il l'a fait. J'ai passé ma vie à tout faire pour qu'il reste près de moi, je me suis aliénée parce que j'avais peur de le perdre, j'ai été jusqu'à avorter d'un bébé que je désirais plus que tout au monde parce que je ne voulais pas qu'un enfant l'éloigne de moi... Mais il est parti quand même, j'étais au bord du gouffre et il s'est assuré que j'y tombe. Alors bien-sûr je crève de trouille à l'idée qu'il ne me quitte maintenant, que ma décision ne le fasse changer d'avis à notre sujet. Mais j'ai appris, dans la douleur, qu'il ne servait à rien de m'aliéner. Dans tous les cas, il part quand même.

Pourtant il a raison, j'aurais dû le lui dire avant. Je secoue la tête, détourne le regard. Moi aussi, j'y ai cru... Ce n'était pas un mensonge, vraiment pas, je n'ai fait que repousser l'inévitable sans m'en rendre compte. J'ai voulu me convaincre que ça marcherait, que ce serait suffisant... Et j'avais peur. J'étais morte de trouille à l'idée que tu t'en ailles encore. J'avais peur que tu partes si je ne remettais pas mon alliance, si je refusais de fêter notre anniversaire... Je me suis rendue compte qu'il n'était pas fait pour se battre. Oh, il se bat pour les Tigrovi, pour sa famille, mais pas pour moi, pas pour nous. Il n'aura jamais la patience de regagner ma confiance réellement, de supporter ma colère, de la comprendre. Il a besoin de signes, de savoir qu'il est sur la bonne voie sinon il renonce. Et je ne veux pas qu'il renonce, l'oubli de nos souffrances est la seule chose à laquelle j'aspire. Je voulais bien faire, je voulais que ça marche... Je ne voulais pas te faire de peine...

J'ai l'impression de vivre dans le mensonge... Chaque fois que tu me présentes comme ta femme, quand tu veux fêter notre anniversaire de mariage, quand tu fais comme si tu avais toujours été là... Mais c'est faux, tu es parti, et je n'arrive pas à faire semblant que ce n'est pas le cas. Je secoue la tête, la gorge nouée, déjà. Tu as brisé toutes les promesses que tu as faites le jour où tu m'as demandé de t'épouser. Non, ça ne signifie pas que je ne veux pas lui laisser une autre chance, mais la symbolique de notre mariage me donne la nausée, parce qu'il l'a bafouée, salie, parce qu'elle ne veut plus rien dire.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 920
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 21:25
Nina a toujours su s'exprimer mieux que moi, mieux dire ses sentiments, mais est-ce que ça veut dire que les miens sont moins légitimes ? Non, seulement je suis incapable de me défendre avec des mots et ceux qu'elle m'assène me coulent. Seule l'amertume se lit sur mon visage, la sourde certitude qu'elle m'a juste mené en bateau, m'a fait miroiter quelque chose qui n'existait pas. Je ne suis finalement même plus assuré qu'elle m'aime. Oh, je ne nie pas qu'il y a ce truc infiniment charnel entre nous, et même des sentiments, mais elle a trop de colère envers moi, trop de rancœur qui les gangrène pour qu'on puisse encore appeler ça de l'amour. Un amour qui se meurt peut-être. Une agonie.

Tu m'as menti en faisant semblant, mais moi je mens pas quand je te présente comme ma femme, quand je veux fêter notre anniversaire...C'est...c'est important pour moi.

ça l'a toujours été, j'ai fais ma demande au bout d'un mois, est-ce qu'elle ne se rend pas compte de ce que ça représente pour moi ? Pour elle ce n'est plus qu'un champ de ruines. Mais pour moi ce mariage c'est notre lien indéfectible, c'est ce qui fait qu'on peut encore être ensemble aujourd'hui. Je ne veux pas être juste quelqu'un dans sa vie. Je me suis levé de mon siège sans m'en rendre compte, parce que la conversation me heurte beaucoup trop. Je la redoutais et elle est encore plus douloureuse que ce que j'imaginais.

Je me ferme brutalement, laisse la froideur m'envahir parce que sinon je vais me briser. "tu as déjà pris ta décision. Je te l'ai dit, tu as ma signature, fais comme tu l'entends."




_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 885
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Lun 3 Déc - 21:34
Sa répartie me fait froncer les sourcils, secouée la tête parce que j'en suis blessée. Non. Non, je n'ai pas menti, c'est pas vrai. Je ne faisais pas semblant. Mentir, c'est dire à ce soir et ne jamais revenir. Mentir, c'est dire qu'il ne peut pas rester avec moi si je veux garder le bébé, et partir quand je décide de ne pas le garder. C'est ça, mentir. Je ne lui ai pas menti. La colère et la douleur, la tristesse, se disputent toujours la première place en moi, parce que j'ai fait trop d'efforts pour que la peine ne soit pas le sentiment qui prédomine, je me suis entraînée à le haïr parce que c'était plus facile que de prier sans cesse pour qu'il revienne. Il ne se rend pas compte de ce que j'ai vécu, comment veut-il que j'efface en quelques mois les mécanismes qui ont assuré ma survie en son absence ? Parce que tu crois que ce n'était pas important pour moi ? Il me présente comme sa femme maintenant mais personne dans ce foutu pays n'avait la moindre idée de mon existence avant que je ne revienne !

Il se lève, le visage buté, borné et je me crispe, me tend à mon tour, en réponse à ses réactions quand je fais tout pour maîtriser les miennes. Sa réponse me heurte, parce que je réalise qu'il est incapable de comprendre, on est incapables de se comprendre. Et j'ai la sensation prégnante que le gouffre creusé entre nous s'agrandit. Est-ce que c'est la fin, cette fois ? Les yeux me brûlent soudain et je détourne le regard. D'accord. Puisque c'est acté à ses yeux, puisque mes décisions sont moins pardonnables que les siennes. Je me lève à mon tour, quitte la cuisine pour aller m'habiller dans la chambre. Je ne peux pas rester là.


_________________


Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant