Whatever it takes - Slavina - Page 3
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

Whatever it takes - Slavina

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 15:17
Je ne renchéris pas pour Arthur, il n'a pas tort en le traitant de gamin. Il a le même âge que moi, pourtant, mais on ne peut pas dire qu'il brille par sa maturité. Il m'a plu surtout physiquement, à dire vrai, et parce qu'il était gentil avec moi à un moment où j'avais furieusement besoin qu'on me veuille un peu de bien. Il n'y a jamais rien eu de plus entre lui et moi parce que je ne le supporterais pas au quotidien, je crois, et je n'ai jamais ressenti le moindre sentiment amoureux pour lui. Jamal est vraiment un type bien, même si c'est un flic... Il est au courant pour... Enfin pour ce que je fais. Et pourtant il est là. Il n'est pas véreux, loin de là, mais on se connaît depuis suffisamment longtemps pour qu'il ait fini par m'accepter malgré mes travers, on va dire. J'acquiesce à sa demande. J'aurais dû te le dire, je suis désolée... Je ne savais pas comment aborder le sujet, j'avais peur que tu ne veuilles pas venir sinon... Je me hisse sur la pointe des pieds pour réclamer un autre baiser avant qu'on ne retourne à l'intérieur.

Je suis soulagée qu'on ait mis les choses au clair, et quand on revient Jamal a dû dire à Arthur de se calmer parce qu'ils se sont tous décalés pour que Slavenko et moi on puisse s'asseoir à côté. Je me glisse contre lui, pose ma main sur sa cuisse sous la table, juste pour maintenir le contact et qu'il sache que c'est avec lui que je suis. Toujours. On est toujours dans le Bronx, oui, Jamal y travaille alors c'est plus simple... Luna lève sur moi un regard infiniment curieux qui me fait sourire. Alors, c'est comment Sarajevo ? J'ai regardé un peu sur internet, tu sais, ça a l'air magnifique. On pourrait venir vous voir l'année prochaine ! Son engouement me touche, même si je sais que Jamal se chargera de la tempérer une fois qu'ils seront rentrés. Comme ça n'engage à rien, je lui assure dans un sourire. Ce sera avec grand plaisir, Slavo est le meilleur guide touristique qui soit, vous verrez. La conversation dérive ainsi, de façon plus plaisante, sur Sarajevo, la culture slave et notre vie là-bas, jusqu'à ce que nos plats arrivent.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 15:38
"Ha, le flic et la voleuse, c'est pas banal comme amitié." Mais Jamal sait aussi à qui j'appartiens, que je ne suis pas que garde du corps, il doit le savoir, le flairer. Ici je n'étais pas un enfant de chœur avec mon casier long comme le bras, j'imagine qu'il se doute bien que là-bas c'est pire. Peut-être en a même t-il parlé avec Nina. C'est égal, je ne suis pas à NY pour le business. "Tu as raison pour ton ami, j'aurais surement eu des réticences mais... disons que si tu me le dis à l'avance, je ne dirais pas non et je viendrais si tu le veux." Elle fait des concessions pour moi à Sarajevo, même si elle ne vient plus au Pussynight. Enfin je n'y ai pas été moi même beaucoup ces derniers temps...mais je crois surtout qu'elle ne veut plus y foutre les pieds. On n'en a pas discuté en fait, et je ne le ferais pas ce soir ! Ce n'est ni le lieu ni le moment !


De retour à table, j'esquisse un sourire amusé au compliment de Nina, parce qu'il me semble exagéré. "Humm je ne sais pas si je suis un si bon guide que ça mais Nina a voulu prendre un appartement assez grand pour qu'il y ait une chambre d'amis alors si vous voulez venir, on a de quoi vous loger." Je m'adresse au couple parce que mon invitation ne va pas jusqu'à englober Arthur, faut pas pousser. Sciemment, j'occulte le fait qu'il a embrassé Nina, touché Nina, jouit de Nina, dormi près d'elle contre sa peau de soie si douce. Le fait de sentir la chaleur de la main de Nina sur ma cuisse m'y aide. Je cherche régulièrement son regard avec ce besoin de lire que la lueur d'amour qui s'y trouve est pour moi.

J'explique donc un peu ma ville, assez succinctement pour des américains qui sont déjà paumés avec le fait que Noël sera en janvier ! Et la conversation dérive sur les marchés de Noël. Je suis enchanté de mon hamburger et je veux bien avouer que c'est quelque chose qui me manque, un vrai hamburger américain ! Je finis de manger le premier et après avoir essuyé soigneusement mes mains à la serviette, je passe mon bras autour de la taille de Nina, sans la serrer contre moi, mais juste pour l'envelopper, avoir l'impression qu'elle est dans mes bras.



_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 15:46
Un sourire amusé étire mes lèvres. Non, c'est pas banal, c'est vrai... Et pourtant notre relation en elle-même est parfaitement naturelle, normale, saine. Ca me fait un bien fou. C'est de ça que j'avais besoin en sortant de ma seconde cure de désintox, de relations qui ne soient pas toxiques, de personnes dans mon entourage qui ne chercheraient pas à me nuire ou à me faire replonger. Peu à peu, je me suis éloignée de Yulian par exemple, ou des autres types que j'avais rencontrés en raves ou ailleurs. Je ne suis pas devenue "sage" pour autant, j'ai repris les cambriolages, le hacking, j'ai continué la kétamine... Mais j'ai dû longtemps me tenir à distance des soirées, et de certaines personnes pour ne pas replonger.

Je suis rassurée, soulagée que la conversation prenne une tournure moins dangereuse, et même qu'elle se tourne vers Sarajevo parce qu'au moins Slavenko peut discuter, parler de lui, de sa patrie, je sais qu'il aime ça. Arthur quant à lui se mure dans le mutisme, ce qui m'est complètement égal, je fais comme s'il n'était pas là, je lui en veux encore trop pour tenter de l'inclure à nouveau dans la discussion, et c'est après tout un grand garçon, il pourrait participer tout seul. Quand mon plat arrive, je mange d'une seule main, l'autre restant posée sur la jambe de Slavenko dont je ne veux pas m'éloigner, sous aucun prétexte. Oh, d'ailleurs les marchés de Noël sont déjà installés ici ou pas ? Je ne me souviens plus des dates exactes mais je crois que oui, j'aimerais beaucoup qu'on aille s'y balader avant de repartir à Sarajevo.

Slavenko passe son bras autour de moi et je me laisse un peu aller contre lui en frémissant du bonheur de sentir sa chaleur qui m'enveloppe. On parle ensuite de Noël, de ce que chacun fait pour les fêtes et comme je ne sais rien des changements d'idée du slave, je réponds : On le fêtera tous les deux le 25, et ensuite en janvier on le fête avec sa famille, pour le Noël orthodoxe. J'ai bien dit on le fête.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 16:01
"Le marché de Manhattan était sympa. Celui avec le sapin et la patinoire. Près de Central Park, non c'était pas là Srce ? Il doit déjà être installé je crois."

Je tique quand elle parle de Noël dans ma famille. Je pensais sincèrement que c'était exclu et en toute franchise, j'aimais autant que ça le soit ! Je ne sais pas encore du tout comment aborder avec mon père le fait que oui on a divorcé, mais non on est pas séparé. Je ne me sens pas du tout de surmonter tout ça. Je rate le reste de la conversation sur qui fait quoi, inquiet de ces discussions qu'on n'a pas avec Nina et qui s'annoncent difficiles. Arthur revient férocement dans la conversation avec un à-propos terrifiant. "ça se passe comment les fêtes Orthodoxes?" Je fais un gros effort et je réponds gentiment, surtout parce que Luna a l'air passionné de la réponse. "heu...plus ou moins comme l'américaine, le père noël en moins. Il y a la messe de minuit, le repas. En général on fête ça trois jours durant ! Enfin avec des pauses ! Je dois admettre - foin des clichés - que on boit beaucoup !"


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 16:06
J'acquiesce avec un grand sourire. Si, c'était ça. J'aimerais qu'on y aille. J'adore les fêtes de fin d'année à New-York, tout y est complètement démesuré. Et après avoir souffert de ne pas vivre ces fêtes comme je le voulais toute ma vie durant, j'avais adoré notre Noël ensemble. Celui de l'année dernière était difficile, douloureux, je n'étais pas seule mais il n'était pas là et j'ai passé la soirée complètement shootée pour oublier la douleur. Cette année c'est terriblement important pour moi qu'on le fête ensemble, et qu'on le fête correctement... Comme une famille. Celle à laquelle j'aspire encore, à laquelle j'aspirerais toute ma vie et qu'il m'a déjà refusé deux fois. En me demandant d'avorter, et en quittant le pays. D'y penser mon visage s'assombrit légèrement mais je m'efforce de garder le sourire.

Je suis toujours très anxieuse à l'idée de fêter Noël avec les Tigrovi mais comme j'ai à coeur de lui montrer que je fais, moi aussi, des efforts, je renchéris. Mmh, je me souviens quand on l'avait fêté ensemble, c'est surtout dingue tout ce qu'ils préparent à bouffer ! Ils font pas que boire. Un sourire mutin se dessine sur mes lèvres, il n'empêche que c'est vrai, les femmes du Klan avaient préparé des quantités de bouffe assez astronomiques, et c'était foutrement bon. La soirée s'était bien passée, je me souviens que tous s'étaient battus, pour le plaisir de se défier, et Slavenko était foutrement sexy... Quand ne l'est-il pas, de toute façon ?


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 16:24
"hé on mange trois jours ! Et puis c'est un principe, les portes restent ouvertes, n'importe qui peut s'inviter alors on prévoit. Ce serait le drame si on tombait en panne de rakija ou de gibanica." Et de devoir expliquer ce que c'est. Je ne prends pas de dessert, j'en prends très rarement mais un café. La soirée est plutôt agréable une fois Arthur calmé et les questions délicates bottées en touche. Je ne vais pas provoquer l'apocalypse maintenant, et gâcher la soirée avec ses amis ! Gardons ça pour plus tard.

Pour le retour à l'appartement par exemple ? Dans le taxi quand nous sommes à l'arrière. "Nina ? Je...Tu veux vraiment venir au Noël Tigrovi ? Tu n'es pas obligée tu sais, je sais que ça te met mal à l'aise d'être avec mon oncle, mon père... et puis, ce serait un peu...bizarre non ?" Guerre nucléaire enclenchée, j'ai trouvé la bombe H


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 16:27
Le reste de la soirée se passe vraiment bien, et je crois que Jamal et Luna apprécient réellement Slavenko... Du moins autant qu'il leur est possible de l'apprécier compte tenu de ce qu'il s'est passé avec moi, mais c'est tout ce que je pouvais espérer. On n'a même pas besoin de faire en sorte de terminer plus rapidement, la soirée prend fin naturellement et je leur promets de passer les voir au moins pour boire un café avant de repartir pour Sarajevo. Je pense que cette fois, j'irais peut-être sans Slavenko, je ne sais pas encore...

Je suis plutôt contente une fois qu'on rentre à l'appartement, et je me glisse contre Slavenko comme je peux durant le trajet... Jusqu'à ce qu'il mentionne le Noël orthodoxe. D'abord, je crois qu'il a peur que je me sente obligée et je m'apprête à lui expliquer que ce n'est pas du tout le cas. Mais il termine sa phrase et je blêmis, m'écartant de lui pour croiser son regard. Bizarre...? Pourquoi ce serait bizarre ?


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 16:36
J'ai un haussement d'épaule, surpris qu'elle n'y ai pas pensé d'elle même. Je prends le taureau par les cornes cette fois "Bah oui bizarre. Avec le divorce. Je ne leur ai pas encore dit mais je vais devoir le faire et je ne sais pas comment ils vont réagir." Moi déjà je réagis mal alors que je suis en plein dedans mais mon père et mon oncle sont de la vieille génération, je crois pas que ça passe. "Que tu viennes alors qu'on est divorcé mais...heu...ensemble, enfin, ça va être compliqué tu crois pas ? De toute façon je pensais que tu ne tenais pas tant que ça à voir mon oncle alors... J'irais au réveillon mais je crois que c'est mieux si j'y vais tout seul."

J'apprends qu'il vaut mieux que j'exprime clairement mes intentions et mes émotions. Ce n'est pas facile, mais j'en ai assez de tourner autour du pot. Comme ce soir j'aurais préféré qu'elle me dise pour Arthur, je crois qu'il vaut mieux aussi que je joue la carte de l'honnêteté pour cette fête de famille. En divorçant, elle s'exclue de ma famille. Ça me semblait assez évident.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 17:24
Je fronce les sourcils et je suis peut-être complètement stupide mais je ne vois pas bien le rapport entre notre divorce et le fait de fêter ou non Noël ensemble. Je me braque, forcément. Comment ils vont réagir ? Qu'est-ce que ça change, comment ils vont réagir ? Ils ont réagi comment quand on s'est mariés ? Ils ont réagi comment quand t'es parti ? Ça les dérangeait pas qu'on soit mariés et que tu abandonnes ta femme mais maintenant ça les dérangerait qu'on ne le soit plus et que je vienne ? Si les liens du mariage étaient si importants à leurs yeux où étaient-ils quand il aurait fallu le convaincre qu'il n'avait pas le droit de me laisser comme ça ? Leur avis compte, et a toujours compté, bien plus que le mien et bordel de merde non, je ne trouve pas ça normal ! C'est en partie à cause de ce genre de conneries que je n'ai jamais eu l'impression d'être considérée comme sa femme au sein de sa famille. J'ai toujours été une étrangère, je n'ai jamais été acceptée, désirée.

En plus je me sens mal d'avoir cette conversation ici et maintenant parce que le chauffeur de taxi parle, forcément, anglais. C'est vrai, je ne tenais pas vraiment à voir son oncle, mais son oncle ne constitue pas sa famille à lui seul et j'avais bon espoir de me faire accepter par les autres, notamment par Camenko, par exemple. Je trouve ça hallucinant, quand on a fêté Noël au QG certains des gars ramenaient des putes et lui ne pourrait pas ramener celle qui partage sa vie ? L'absence d'alliance à mon doigt ne devrait rien y changer. La colère bouillonne dans chaque pore de mon être, pour étouffer la peine d'être rejetée, encore. T'as raison, c'est mieux si t'y vas tout seul.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 17:55
C'est  justement parce qu'elle n'est pas une pute que je ne veux pas l'amener à la fête de Noël. Et elle ne réalise pas l'anormalité de notre changement matrimonial. Normalement c'est dans l'autre sens pas en régressant d'autant que je me suis battu (verbalement) plus d'une fois avec mon oncle comme quoi je ne voulais pas divorcer même si j'étais parti. J'essaye autant de la protéger que moi. La soirée serait désastreuse pourquoi nous infliger ça ? Et pour tout dire je commence à en avoir marre de m'en prendre plein la gueule parce qu'elle a choisi le divorce. Pour la séparation il y a 14 mois enfin un peu plus je veux bien assumer mais pas pour ça. Je crois quand même que j'ai fait des efforts à ce sujet en venant ici à NY en dinant ce soir avec ses amis et son ex amant.

Ça commence doucement à me chauffer et j'en ai rien à foutre du taxi "je ne sais pas si ça les dérangerait mais moi je trouve ça anormal. Tu ne peux pas ne pas vouloir de mon nom de ma famille de notre mariage et vouloir venir à une fête de cette même famille. C'est pas cohérent. Donc oui c'est mieux si tu viens pas. On est d'accord."

_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 18:02
J'écarquille les yeux à sa répartie qui me heurte brutalement, parce qu'il est bien là le fond du problème, celui que je pressentais. Il n'a pas peur de ce que sa famille risque de penser, non, c'est lui qui ne veut pas que je vienne. Ton nom de famille ? Quel putain de nom de famille, Slavenko ? Celui que tu ne portes plus depuis seize mois ?! Il est gonflé d'oser seulement le mentionner quand on sait qu'il en a lui-même changé en arrivant à Sarajevo. Je devrais porter un nom de famille qu'il a bafoué ? Moi, je ne veux pas de ta famille ? C'est toi qui ne m'a jamais laissée en faire partie. Je ne sais pas quels genres de mensonges tu te racontes depuis deux ans Slavenko, mais on n'a jamais été de la même famille toi et moi. Parce que tu n'abandonnerais jamais Mirko, ou ton père, ou Camenko, ni aucun d'entre eux. Et moi, il m'a abandonnée.

Je fais signe au chauffeur de s'arrêter parce qu'il est évident que je n'ai pas l'intention de rentrer avec lui, là. Je me tourne vers lui, hésite à parler et me ravise pour finalement ouvrir la portière et sortir. Je trouverais un autre taxi. Ou pas, j'en sais rien. Je sais déjà qu'il n'osera pas aller chez moi de toute façon puisque de toute évidence il ne s'y sentira jamais autorisé.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Ven 7 Déc 2018 - 22:38
Je suis furieux qu'elle sorte sur cette répartie et je croise son regard mais elle n'ajoute rien et sort du taxi. Je jette quelques billets au chauffeur - bien plus que pour la course avortée - et je sors à sa suite. "Drazavic ! Tu sais très bien de quoi je parle, fais pas semblant de pas comprendre. Et c'est faux, j'ai essayé que tu fasses partie de ma famille. Mais ni eux ni toi ne m'avaient facilité la tâche ! Tu peux pas le nier ! "
Je comprends qu'il y ait des concessions qu'elle ne veuille pas faire, mais même à Sarajevo, elle a d'emblée été persuadée qu'elle ne serait jamais acceptée par mon père. Or ce dernier n'a jamais rien dit de mal à son sujet, il a même dit à Mirko de nous laisser tranquille, j'en suis persuadé. Quand elle s'est faite agressée par un Tigrovi, j'ai pris son parti, je ne me suis même pas posé la question sur les emmerdes que ça allait m'attirer. Elle ne peut pas dire qu'elle passe après ! "On n'a pas la même famille parce que tu ne le veux pas. Tu,... tu nous prends pour des PUTAINS de MONSTRES."


A mon ton enflammé, un flic pas loin s'approche. Je lève les mains en signe de paix et je romps à mon tour la discussion, m'éloignant rapidement, la colère au ventre, avant de risquer me retrouver au poste tandis que le jeune agent s'enquière auprès de Nina si tout va bien. Il a la main sur son micro et moi, je dégage sans entendre le reste de la conversation. Je marche au hasard, furieux et malheureux comme je le suis depuis sa décision. Malheureux parce qu'on ne se comprend pas, que je ne la comprends pas, que je ne trouve pas mon compte dans cette relation bancale mais que je ne pourrais de toute façon pas y renoncer. Peut-être qu'elle prendra cette décision à ma place cette fois. Je finis par prendre un taxi pour me rendre à l'aéroport sans savoir vraiment ce que je vais faire.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Sam 8 Déc 2018 - 5:32
La colère flambe, soudain, bien trop fort, à me filer le vertige et je dois me faire violence pour seulement parvenir à lui répondre. Moi je ne t'ai pas facilité la tâche ?! J'espère que c'est une blague. Je le trouve terriblement injuste parce que j'ai fait tous les efforts du monde pour faire partie de chaque aspect de sa vie. J'ai dû me battre inlassablement contre lui pour qu'il cesse de me mettre à l'écart, pour lui faire comprendre que je voulais qu'on soit une famille, que je serais là pour lui. Ne lui ai-je pas dit lorsqu'Ivo m'a tabassée que je le laisserais faire cent fois encore si ça le protégeait, lui ? A l'époque, déjà, j'essayais de sympathiser avec le Klan, d'apprendre à cuisiner serbe, de m'intéresser à sa langue et à sa culture. Quant aux raisons pour lesquelles je n'ai pas été acceptée, il en est le seul responsable. Tout le monde attend de sa femme qu'elle lui donne un héritier pour perpétrer le nom de Drazavic, et il a la mémoire bien courte parce que ce n'est certainement pas moi qui m'y suis opposée ! Je suis furieuse parce que c'est lui qui m'a refusé tout ça. Ne viens pas me dire que tu as essayé, Slavenko, tu ne m'as jamais traitée comme ta famille ! Il a fui comme un lâche, il n'a pas essayé. Je ne veux pas être sur un pied d'égalité avec sa famille. Je veux passer avant, parce qu'il est toujours passé avant ! Il ne nous a jamais laissés être une équipe. On aurait dû faire front ensemble, se soutenir et se protéger. Il avait juré de veiller sur moi, de prendre soin de moi, d'être là pour moi. Il n'a fait que me rendre vulnérable et me mettre en danger avant de fuir ses responsabilités. Il aurait aussi bien pu me coller un canon sur la tempe et appuyer sur la détente. Il ne comprend pas, il ne comprendra jamais.

Le sang bat mes tempes, mes mains tremblent de tension contenue. Tu crois qu'on en serait là si je vous prenais pour des monstres ?! Qu'est-ce que je foutrais à Sarajevo si je vous prenais pour des monstres ?! Le seul qui se voit comme un monstre ici c'est toi ! J'en ai assez de cette répartie à la con, j'ai passé chaque jour de ma vie à tenter de les comprendre et de leur trouver des excuses, à expliquer à mon entourage qu'il était quelqu'un de bien malgré son passé ou ses activités. Encore aujourd'hui, je suis là à essayer de convaincre mes proches qu'il mérite une chance de faire partie de ma vie. J'ai passé des heures à le réconforter quand il ne savait plus où il en était, quand il se battait contre la rage qui couvait en lui, quand il me suppliait de le garder près de lui, de ne pas le laisser devenir comme eux. C'étaient ses mots ! C'est lui qui m'a opposée à eux, dès le premier jour. Il m'a blessée, physiquement, plus d'une fois, et je l'ai toujours pardonné en lui trouvant des circonstances atténuantes, et il ose m'asséner que je le prends pour un monstre ? J'ai les yeux embués de larmes et je tremble dangereusement, je m'apprête à répliquer, mais un flic nous interrompt et Slavenko en profite pour se dérober. Je galère à convaincre le flic que tout va bien et quand je finis par repartir, je l'ai perdu de vue. Je pourrais l'appeler mais j'en ai assez de lutter sans cesse. Pour quelqu'un qui prétend que l'idée de divorcer le rend malade, il y a consenti à une vitesse affolante !

Je ne le reconnais pas, je ne sais pas qui il est devenu, ce sont les phrases qui tournent en boucle dans mon crâne. L'homme dont je suis tombée amoureuse ne renonçait pas, et par dessus tout il savait ce qu'il voulait. Il m'a convaincue de m'installer chez lui au bout d'une semaine, de l'épouser au bout d'un mois... Qu'on ne me dise pas que c'est moi qui ne sait pas ce que je veux, parce que ça ne lui posait aucun problème à l'époque. Je réalise soudain avec une évidence effrayante que si je tiens tant à divorcer, c'est aussi parce qu'il n'a plus rien de l'homme que j'ai épousé. Le constater me donne le vertige et je pâlis à tel point qu'il me faut m'asseoir pour ne pas m'évanouir. À cet instant, j'ai la certitude que je ne peux pas retourner à Sarajevo, et que lui-même préférerait sans doute que je n'y retourne pas. Qu'est-ce que j'ai fait ? Putain mais qu'est-ce que j'ai fait ? J'ai tout abandonné pour lui, je me suis aliénée pour lui, et à la perspective de devoir survivre à une nouvelle séparation, l'angoisse me tétanise. Je tâtonne ma poche d'une main tremblante, en quête de kétamine que bien-sûr je n'ai pas sur moi !


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Sam 8 Déc 2018 - 22:05
Ses mots me blessent plus que je ne saurais dire parce que Nina a été ma famille dès que je suis sorti de prison, ou quelques semaines après. Je l'ai tout de suite ou quasiment voulu comme ma femme. Mon oncle n'est revenu dans ma vie que pour me permettre de la sauver, mon père n'est sorti de taule que l'année passée. J'ai défendu Nina contre le Klan en prenant le risque de m'exclure - et même de me faire buter - si je n'arrivais pas à éliminer Ivo. Ce n'était pas un choix vis à vis de ma famille quand je l'ai quittée. C'était un choix par rapport à nous, par rapport au couple qu'on devenait, par rapport à moi surtout et à ma souffrance. Comme je ne dis souvent rien, elle n'en a pas pris la mesure et après mon départ, elle était naturellement focalisée sur celle qu'elle a ressenti. Ma décision n'a pas été la meilleure mais c'était la seule qui m'apparaissait et elle ne me le pardonnera jamais, quoique je fasse, c'est le constat de ce soir.

Aux abords de l'aéroport où me laisse le taxi, vers les hôtels les moins chers, je trouve un dealer à qui acheter de la weed. Je traîne dehors en fumant, réfléchissant à ce que je dois faire. A un moment - alors que je suis assis sur un banc - des mecs me cherchent ou veulent surement se faire un touriste égaré pour lui piquer son fric, malheureusement pour eux, ils tombent sur moi et on se bat. Je me prends une estafilade de couteau qui ripe sur ma veste sans dommage avant que je pète un bras et quelques nez. Les jurons en serbe achèvent de les faire fuir je crois. Après ça je me remets en marche.

Je finis par prendre une chambre dans un motel moisi mais au moins il fait chaud dans la chambre une fois que j'ai foutu les chauffages électriques à fond. Je tripote mon téléphone portable mais je ne sais pas quoi dire à Nina. Il y a un gouffre d'incompréhension et de colère entre nous. Je finis par envoyer péniblement un sms que je mets plus d'une demi-heure à écrire !


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Sam 8 Déc 2018 - 22:57
Je suffoque, en pleine crise d'angoisse comme je n'en ai pas fait depuis longtemps. Mon premier réflexe est de vouloir trouver de l'héro, alors j'appelle mon parrain du groupe de soutien. De ça non plus, je n'ai pas parlé à Slavenko, mais à quoi bon, à Sarajevo je ne peux appeler personne... Il promet de me rejoindre chez moi et je trouve la force de me lever pour appeler un taxi. Je suis blême, tremblante et en sueur, à deux doigts de gerber. En arrivant à l'appartement, je prends une dose de kétamine, parce que je ne sais pas lutter contre cette impression que je suis en train de mourir. Après son départ j'ai fait des crises d'angoisse d'une violence insensée, et je pensais être guérie aujourd'hui... Je me suis trompée.

Mon parrain m'aide au moins à résister à l'appel de l'héroïne, et on discute longuement pour me calmer. Quand il s'en va, je sais que je ne peux pas continuer comme ça, et que la rancœur qui me bouffe a besoin d'un exutoire. Je ne lui ai pas dit tout ce qui me rongeait, parce que je voulais le préserver... Mais je ne peux pas continuer ainsi. Alors je lui écris, longtemps, en pleurant beaucoup trop, sans trop savoir comment lui faire parvenir la lettre jusqu'à ce qu'il me contacte. Je ne réfléchis pas et je me rends à l'hôtel, où je ne trouve finalement pas le courage de monter dans sa chambre. Je paye le réceptionniste pour qu'il la lui amène à ma place, et je m'en vais.

Ouvre-moi:
 




_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Sam 8 Déc 2018 - 23:25
On frappe à ma porte et je sursaute avant de me précipiter en pensant tomber sur Nina. Mais c'est le type de l'accueil qui ronchonne vaguement et me donne une lettre. Je lui claque la porte au nez sans même un pourboire ce qui le fait pester encore plus. Je vais m'asseoir sur le lit pour ouvrir la lettre, je sais déjà qui m'écrit, je ne suis pas con à ce point. Je la lis puis la relis plus lentement. Mais finalement ça ne fait que confirmer ce que je savais déjà. Tout ce qu'elle a écrit je le savais et je ne suis pas d'accord avec son analyse. Mon point de vue est radicalement différent. Pas sur tout, et ce n'est pas tant le fond que la forme, des détails qui forment une trame abâtardie de la situation. Le pire c'est que je suis conscient que nous avons tous les deux raisons d'une certaine façon. Parce qu'on parle de sentiments, et que c'est toujours subjectif. Ma vision est forcément différente de la sienne.

La seule question valable dans tout ça c'est est-ce que je suis prêt à renoncer?

Est-ce que je suis prêt à rentrer sans elle parce que si je le fais, elle restera à NY. C'est la seule et unique question qui vaille la peine. Allongé sur le lit du motel, à fumer clopes sur clopes je m'interroge et surtout avec la weed mon esprit dérive fortement. Au matin je vais prendre un café au distributeur. L'aube se lève à peine, glaçante. Je trouve un taxi et je me rends à l'appartement de Nina. Je sonne à l'interphone ultramoderne et j'attends qu'elle m'ouvre ou pas. Finalement, si c'était une lettre de rupture, peut-être qu'elle ne m'ouvrira pas. Au moins je serais fixé.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 5:58
Pour la première fois, ma démarche est purement égoïste. Je n'ai pas écrit cette lettre en espérant le faire changer d'avis, le convaincre de quelque chose ou susciter une réaction quelconque chez lui. En fait je ne sais pas du tout comment il va réagir, au fond je crois que je suis même persuadée que la lecture ne le touchera pas tellement. Peut-être qu'elle ne suscitera aucune réaction et qu'il s'en servira seulement comme du prétexte qu'il attendait pour retourner à Sarajevo. Peu importe, ce n'est pas pour ça que je l'ai écrite. Je l'ai fait parce que j'avais besoin que ça sorte, besoin d'extérioriser tout ce que je ne lui dis pas depuis que nous nous sommes retrouvés sous prétexte de le préserver. Je ne veux plus qu'il puisse dire qu'il ne savait pas, qu'il ne se rendait pas compte, qu'il pensait que j'avais refait ma vie et que j'étais heureuse. C'est trop facile.

Dans le taxi qui me ramène chez moi, je me sens épuisée, vidée mais également soulagée d'un poids, comme si j'avais laissé dans cet hôtel tout ce qui sans cesse oppressait ma poitrine. J'ai tout dit, tout ce que j'avais à dire et tant pis s'il ne lis qu'en travers, ne comprend qu'à moitié, décide de jouer les autruches ou d'être de mauvaise foi. Moi, j'ai tout dit. Je n'ai même pas besoin qu'il soit d'accord, je suis résignée sur le fait qu'on ne sera plus jamais d'accord sur rien. De retour chez moi et comme je suis encore terriblement nauséeuse, je me change pour aller me coucher. Je me sens tellement groggy que je ne reprends pas de kétamine. Pourtant ma nuit est agitée, je dors peu et mal, je me suis rapidement réhabituée à l'avoir près de moi pour dormir, même si ça fait longtemps qu'il n'est plus celui qui repousse mes cauchemars.

C'est la sonnerie qui me tire du lit et je me traîne jusqu'à l'entrée pour regarder sur l'écran de l'interphone qui est là. Autant vous dire que je ne m'attends pas du tout à le voir, je le pensais à l'aéroport voire peut-être déjà dans l'avion... Et j'hésite un moment à lui ouvrir. Mais je ne peux pas faire ce qu'il m'a fait et lui refuser la discussion, alors je le laisse monter.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 9:11
Je reste planté de longues secondes avant que la porte ne s'ouvre dans un bruit électrique. Je la pousse et entre dans l'immeuble pour aller jusqu'à l'appartement de Nina. Je monte jusqu'à son étage, pousse la porte d'entrée entrouverte. J'entre et la referme. Nous sommes face à face. Je suis dans mon costard froissé à la chemise entrouverte, mal rasé, l'air fatigué, accusant mon âge ce matin.

Je ne veux pas renoncer à toi encore une fois. Je pouvais me battre contre tes peurs autrefois mais je ne peux pas me battre contre ta colère. Mais je te prends avec. Tu as raison. J'ai changé mais tu as changé aussi. Tu peux m'en foutre plein la gueule, me tester, j'irais jusqu'au bout. Je peux céder à toutes tes exigences. Peut-être bien que quand tu auras cessé de m'en vouloir il ne restera rien entre nous, que tu te rendras compte que tu ne m'aimes plus, c'est possible mais je prends le risque. Tu veux divorcer, je ne me battrais pas pour ça parce que ma seule bataille c'est d'être avec toi. Tu veux venir à Noël alors on ira ensemble, même divorcés. Et on ira à Grenade aussi, on s'en fout de l'occasion pour laquelle j'ai acheté ces billets.

J'ai quand même un gros doute. Je recule d'un pas pour trouver discrètement l'appui d'un mur avant de poser la question fatidique.

Mais peut-être que je ne t'apporte rien en fait, que toi tu ne veux plus essayer. Est-ce que c'était le sens de ta lettre ? Me dire que c'est fini ?




_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 9:24
Je n'ai pas meilleure mine que lui, je porte une chemise de nuit grise, courte mais pas sexy pour un sou, mes yeux sont cernés, mon teint toujours trop pâle et j'ai le même air triste et résigné que la veille. Je m'écarte pour le laisser entrer, pas bien sûre de ce qu'il fait là. Est-il venu me dire au revoir, cette fois, pour que je ne puisse pas lui reprocher d'avoir fui sans me prévenir ? Il n'a pas l'air en meilleure forme et malgré tout ce qu'il s'est passé, il y a encore en moi un élan trop puissant de protection envers lui. Je voudrais l'attirer contre moi, l'embrasser, lui promettre que ça va aller, et le bercer jusqu'à ce qu'il s'endorme dans mes bras. Mais il ne m'a jamais réellement laissée prendre soin de lui. Heureusement, il rompt le silence, je n'aurais pas su quoi lui dire, j'ai déjà tout écrit.

Je suis sans doute trop fatiguée parce que je me pensais anesthésiée mais son petit discours suffit à faire briller mes yeux, pourtant il ne fait pas de promesses ou de grandes déclarations, il ne demande pas pardon, ne parle pas de ma lettre ou si peu. Seulement il ne s'en va pas, et je le pensais déjà parti. Je croise les bras sur ma poitrine pour me protéger de je ne sais pas trop quoi, secoue la tête en reniflant. Non, ce n'était pas le sens de ma lettre... Mais quel était son sens, sinon déverser enfin tout ce que je n'osais pas lui dire ? Je ne veux pas te perdre... Je ne l'ai jamais voulu, je n'ai jamais accepté sa fuite, quatorze mois plus tard je fantasmais encore son retour. Je pince mes lèvres pour refouler les larmes qui embuent mon regard lorsque j'avoue : Je suis tellement fatiguée d'être en colère... Je ne veux plus t'en vouloir...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 18:24
Je retiens mon souffle, le regard posé sur elle jusqu'à ce que le verdict tombe. Je cligne des yeux de soulagement. Mon visage s'adoucit, au delà de la tension qu'il y a sans cesse entre nous, d'une façon ou d'une autre. Je fais ce pas vers elle, celui qui me place devant elle, assez près pour pouvoir l'enlacer, pour pouvoir l'attirer contre moi, l'envelopper dans mes bras. J'en tremble, je vibre de son contact, de cette foi que j'ai encore en nous. "srce, srce moje, ja volim te. Ja volim te, znate li to?"

J'ai glissé ma main contre sa joue, mes doigts dans ses cheveux avant de remonter son visage vers moi. Je me penche, me voûte sur elle pour trouver ses lèvres dans un baiser douloureusement bon. Je pose mon front sur le sien avant d'ouvrir les yeux sur elle, de chercher son regard. "j'ai peur de te perdre" Je ne peux pas être moi-même, j'ai trop peur de la perdre. "Et je ne veux pas." C'est une évidence. Je l'aime aussi à en mourir, je ne peux pas renoncer à elle une seconde fois. Ce serait trop dur.

Je l'embrasse encore, mon nez écrasant le sien, mon souffle se mêlant au sien avant que je ne m'écarte pour la soulever dans mes bras. Je l'emmène vers le canapé où je m'assieds en la posant sur mes genoux, tenue fermement.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 18:34
On s'est déchirés si fort en quelques minutes seulement, à tel point qu'il était prêt à quitter le pays, que je suis sincèrement surprise qu'il avance pour me prendre dans ses bras. Je me tétanise d'abord, tendue à l'extrême parce que depuis hier soir j'essaie de refouler mes émotions, et son contact abat toujours toutes mes défenses. Et puis je bouge enfin, mes mains passent dans son dos et je me serre contre lui dans un soupir avant que ses lèvres ne trouvent les miennes. J'ai un hoquet de soulagement contre sa bouche, toute la tension des derniers jours m'éclatant brusquement en pleine figure et je crois que je fondrais en larmes si je n'avais pas déjà tant pleuré hier soir. Il me soulève dans ses bras et je m'accroche à lui jusqu'à ce qu'il me pose, à califourchon sur ses cuisses. Mon cœur cogne douloureusement dans ma cage thoracique, transporté par toutes ces émotions auxquelles je ne suis plus habituée et qui m'épuisent au quotidien.

Je remonte mes mains le long de son dos pour les poser sur sa nuque, et je me voûte sur lui, mon front contre le sien à nouveau. J'ai l'impression... de ne jamais t'avoir vraiment retrouvé... Bien-sûr que non, il n'est pas lui-même. Ce que je ne sais pas, c'est s'il n'ose pas l'être, ou bien s'il a changé à ce point-là. J'étais sincère dans ma lettre, j'ai le sentiment atroce de ne plus savoir qui il est, de ne pas le connaître vraiment. Je balbutie un semblant de supplique d'une voix douloureuse : J'ai besoin de te retrouver...


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 19:06
Je soutiens son regard, front contre front, mes mains sur le bas de son dos, dans un geste reproduisant le sien, pour nous envelopper d'un cocon protecteur qu'on consolide tous les deux. "Mais je suis là Nina. Je suis là, je suis à tes côtés à nouveau. Je t'aime protégerais, je ne laisserais personne te faire du mal." Si ce n'est moi, ça a toujours été le problème...ou le deal, je ne sais pas trop ! "Tu es mon trésor précieux. Comment tu peux ne pas le voir ?"

Je prends son visage entre mes mains pour le caresser avant de bécoter tendrement sa bouche. J'ai besoin de contact, de câlins, de douceur. J'ai aussi besoin de sentir le lien du désir si fort qu'il me coupe le souffle, emballe mon cœur. "J'ai besoin de toi, ne me laisse pas zlato moje. J'ai besoin de toi, c'est tout ce que je veux. Je peux faire comme tu veux, pour ne pas te perdre. Est-ce que c'est mal ? " Je tire sur chemise de nuit pour la décoincer de sous elle avant de glisser une main sur sa peau de lait, ses fesses, ses reins, la plaquant vers moi pour un baiser bien plus torride et exigeant. Je suis dépendant d'elle, c'est vrai, accro. Mon ego a souffert de sa demande de divorce alors que je pensais qu'on allait mieux, mais si c’est la seule façon de conserver son amour, tout donner sans rien attendre, j'essaierais encore.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 19:17
Je secoue doucement la tête, une moue d'enfant boudeuse aux lèvres, butée, mais la douleur qui est la mienne n'est en rien enfantine. Non, t'es pas vraiment là... C'est pas vraiment toi... Ou bien c'est ce qu'il est devenu et peut-être bien que ça m'effraie encore plus. Il me manque sa rage à se battre, pas forcément dans le sens négatif du terme d'ailleurs, sa passion, son empressement, son impulsivité, toutes ces choses qui composaient ce côté explosif de sa personnalité. Et évidemment que c'est dangereux, qu'il y a toujours le risque qu'un jour il explose trop fort, mais au moins il était vrai, entier, sans filtres, sans tenter de se dissimuler à moi. Je fronce les sourcils à sa question, pourtant rhétorique je le sais. Tu ne le montres plus... Plus comme avant... C'est peut-être pour ça que j'ai tant de mal à le croire quand il assure qu'il est là pour de bon cette fois, que je peux lui faire confiance aussi.

Ses baisers ne suffisent pas vraiment à apaiser mon âme meurtrie. Je sais que je ne veux pas le quitter, mais l'écriture de cette lettre m'a amenée à m'interroger sur nous, sur moi, à remettre beaucoup trop de choses en question... Et je ne suis plus sûre de savoir où on va. Mon corps, ce traître, réagit bien trop vite à ses caresses. Ma peau se hérisse en chair de poule au passage de ses doigts, mon dos se cambre, mon souffle se raccourcit et les pointes de mes seins se dressent, fantasmant déjà de retrouver ses paumes. Je souffle d'une voix bien plus rauque : Je ne veux pas te laisser... Mais tu me manques... Ce qu'on était ensemble me manque... Il ne peut pas me dire qu'il ne voit pas que rien n'est plus pareil. J'ai l'impression qu'on a tout perdu, pour toujours.


_________________


avatar
Slavenko DrazavicSTAFF - Srpska tigar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 919
Statut : tente de sauver son mariage
Occupation : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Localisation : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Détails : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'amour de sa vie

Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 19:32
"c'est moi srce, c'est moi. Je t'aime encore, c'est juste que j'ai peur que tu partes." Si je me montre jaloux, possessif, violent, extrême, elle partira. Parce que je n'ai le droit à aucune erreur, chaque jour le montre. Chaque dispute si je ne plie pas, je la perds. Parce que je suis le Fautif, je le serais toujours à cause de mon départ. Je dois supporter des Arthur arrogant à dîner, pour elle. Parce que sinon elle ne l'aurait pas invité, elle m'aurait épargné, je ne peux pas croire qu'elle ne l'ait pas fait sciemment, pour contrebalancer ces putes avec qui je travaille "qu'est-ce que je devrais faire ? casser la gueule à ton ami ? Est-ce que ça t'aurait réconforté ?" Je souris en cherchant la peau de son cou. "Ah Nina, Nina, mon ange, tu me testes trop, je deviens fou."

Mon corps s'est embrasé sous le sien, j'appuie sur ses fesses pour faire basculer son bassin vers moi, coller son sexe au mien dont la tension est perceptible. "Tu sais bien que tu me rends fou. Arrête de penser à avant, regarde ce qu'on a, goûte ce qu'on a, je suis sur que ça peut te plaire. Zlato, zlato... tu peux tout avoir de moi." Par dessus le tissu de son tee-shirt, je viens happer la pointe de son sein. Entre ses fesses, je glisse mes doigts pour une caresse plus précise, plus possessive. J'aspire à son corps empli de désir contre le mien. Sans forcer je l'explore, la pénètre en décrispant les muscles intimes. Je lève le menton pour un baiser sauvage. Converser en commençant à baiser a moins l'avantage d'ôter toute angoisse. Ca m'a toujours rendu plus lucide et honnête aussi.


_________________
Prenez ce que l’on vous offre,
parfois, ce doit être
  SUFFISANT
Richard K. Morgan
avatar
Nina SykesSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 884
Statut : Brûlée vive.
Occupation : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Localisation : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Détails :
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc 2018 - 19:47
C'est si tu continues à faire semblant que je vais partir... A faire semblant de ne pas être en colère, de ne pas être jaloux, de ne pas être réellement heureux aussi. Toutes ses émotions, ses réactions sont comme étouffées, amoindries. Il se tempère constamment et ça me rend folle, non pas parce que je cherche la violence ou le conflit à tout prix, mais parce que ce n'est pas Lui. Il n'est pas comme ça, il ne l'était pas quand il m'a quittée en tout cas. Peut-être que je n'arrive juste pas à accepter que c'est ce qu'il est devenu... Je refuse de croire que c'est réellement ce dont il s'agit, qu'il a changé à ce point-là et que je refuse de le voir. Je ne veux pas d'un amour fade, mesuré, maîtrisé, ça me tue à petit feu. Comment peut-il ne pas le voir ?

Je fronce les sourcils sans comprendre. Qu'est-ce que tu racontes ? Je ne parlais pas d'Arthur ! Je me fiche bien qu'il ne se soit pas emporté contre lui, ce n'est pas ce que je recherchais, ce n'est pas à ça que je faisais allusion. Ce n'est pas lui que je teste, ce sont ses limites, celles avec lesquelles j'ai toujours flirté et qu'aucun de nous deux ne franchit plus aujourd'hui. Il y a cette barrière invisible entre nous, ces tabous qui me rendent folle, ces interdits qui me donnent envie de hurler.

Je secoue la tête en signe de négation, les yeux embués de larmes, de tristesse, d'incompréhension, du désir qui se mêle à tout ça et me fait perdre la raison. Je n'y arrive pas... Je ne veux pas... Je ne peux pas ne pas penser à avant, je veux retrouver ce qu'on avait. On touche sans doute le cœur du problème, je crois... Je suis incapable de faire le deuil de ce qu'on était, de ces émotions qui nous consumait, et qui si elles me brûlaient vive me faisaient au moins me sentir vivante. Je ne peux pas me contenter de ce qu'on a parce que je ne sais pas ce qu'on a, je sais seulement ce que l'on n'a plus et ce qu'il veut bien me donner ne me suffit pas. J'expire contre sa bouche qui me mord, m'en détourne pour poser mon front sur son épaule et me soustraire à son regard. Je mords son épaule par-dessus le tee-shirt quand ses doigts s'enfoncent plus loin en moi, ma respiration se faisant plus courte. C'est ça, qu'on avait, la passion qui m'embrase à cet instant précis, mais dans tous les aspects de notre vie.


_________________


Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant