RemonterDescendre
 

Whatever it takes - Slavina

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc - 20:45
"Je ne fais pas semblant, je t'aime !" Je suis à nouveau fébrile avec ce fond de colère angoissée parce que je voudrais tellement la convaincre. Je fouille sa bouche de ma langue en grondant entre plaisir et l'angoisse de l'incertitude. Plus elle me demande d'être comme avant, moins je vois comment faire. Je ne peux pas faire semblant, je suis juste. "Bien sur que si ça a à voir avec Arthur. Tu sais qu'avant je l'aurais presque tué pour avoir dit ce qu'il a dit, pour avoir rappelé qu'il a eu droit à ta peau. Ti si moja, ti si moja." Je ne m'en fous pas de ces autres qui l'ont eu, j'étouffe seulement la colère à laquelle je n'ai pas droit puisque je suis parti en la laissant aux autres.

Je pose une main ferme contre sa nuque pour maintenir le baiser alors que j'ôte celle qui la fouillait pour venir défaire mon pantalon de costume devenu trop inconfortable. Je sais au fond de moi qu'on peut avoir une nouvelle vie qui même si elle sera différente sera aussi intense, aussi bien. Reste à lui prouver ! Je ne sais pas comment, mais encore une fois, ça ne m'empêchera pas d'essayer encore.

Je me repais de la morsure qu'elle m'offre, la soulève pour l'amener sur moi en un geste irrésistible. J'appuie sur sa nuque, la maintiens alors que je force l'entrée intime. Mon front heurte le sien, sans dommage heureusement, ma bouche mord la sienne en étouffant son cri. Ma main se crispe dans ses cheveux, de l'autre, je me bats avec son tee-shirt sans réussir à lui ôter, m'énervant dans l'exercice et grondant de frustration.


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc - 21:05
Je ne mens pas, je ne pensais sincèrement pas à Arthur mais il a raison, ça reste un exemple flagrant de ce qui a changé à mes yeux. Ce n'est même pas réellement un reproche que je lui fais, c'est seulement une constatation de ce qui me fait mal. Mais je n'ai plus l'impression de l'être... Je ne veux pas qu'il mente ou qu'il se force, qu'il fasse semblant dans l'autre sens, qu'il feigne une jalousie qu'il ne ressent plus. Mais je ne peux pas, moi non plus, prétendre que tout va bien et que ça ne me touche pas. J'aspire toujours à lui appartenir, encore plus fort qu'avant, la différence c'est qu'autrefois il n'avait pas besoin de m'en convaincre. Je le ressentais, dans chaque fibre de mon être, je savais que j'étais à lui toute entière, qu'il me voulait pour lui seul, parce que chacune de ses réactions, chacun de ses gestes, chacun de ses regards me le prouvaient constamment. Et je ne suis pas idiote, je sais parfaitement que c'est parce qu'il est parti que j'ai besoin aujourd'hui qu'il me revendique, avec plus d'ardeur qu'autrefois encore. J'ai besoin de savoir, de sentir qu'il me veut, qu'il me désire, qu'il a besoin de moi. Je ne veux pas le contraindre. Je réalise seulement qu'il n'est plus comme ça, en tout cas plus avec moi, et c'est en train de me ronger de l'intérieur.

J'oublie tout ça, seulement provisoirement je le sais, quand il m'empale sur lui. Le mouvement me coupe le souffle et je mords sa bouche plus fort dans un cri. Il lutte, se bat contre mon tee-shirt et je peine à repousser ses mains pour qu'il me laisse l'ôter moi-même. Je passe mes doigts dans ses cheveux, appuie sur sa tête pour qu'il courbe la nuque et presse sa bouche sur mes seins. J'enfouis mon nez dans ses cheveux, hoquette sous la brusque décharge de plaisir qui hérisse ma chair. Je me crispe toute entière pour ne pas prendre la main, ne pas forcer le mouvement quand je n'aspire qu'à m'empaler plus fort, plus loin.


_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc - 21:52
C'est vrai que je maîtrise mieux qu'autrefois, parce que j'ai retrouvé la discipline militaire qui me manquait. Je ne crois pas pouvoir changer ça, ce qui ne veut pas dire que j'aime moins Nina. Il n'y a toujours qu'elle seule qui me fasse vibrer et à qui j'ai envie de plaire constamment. Mais je pense comme elle, me forcer pour être celui qu'elle espère ne résoudra pas notre problème. Soit elle m'accepte comme je suis ou alors elle cessera de m'aimer et je ne pourrais rien y faire.

Ma brusque prise de possession repousse le problème dans un torrent de plaisir. Je lutte avec elle contre le tee-shirt avant de me retrouver à dévorer ses seins avec un plaisir indicible. Je laisse la trace de mes dents sur sa peau de lait, renouvelant une fois encore les marques qui la font mienne. J'attrape farouchement sa taille puis ses flancs pour la soulever comme une poupée et l'empaler plus fort sur moi. La fatigue et le stress ont toujours décuplé mon plaisir, le fait de déliter l'angoisse aussi. Il y a toujours ce truc explosif entre nous avec Nina et le sexe brut n'a jamais aussi bon qu'avec elle, de ça au moins on ne peut pas douter. Je ne lui laisse pas de répit, là au moins j'ai le sentiment de contrôler quelque chose et je mène notre danse. C'est lent et de plus en plus fort à mesure que le plaisir grimpe haut, pour lui laisser le temps de me rejoindre. Je sens son sexe frotter mon ventre entre les plis de mon costard moyennement défait, mouiller ma peau et ça me procure un sentiment de satisfaction qui me fait flirter avec les portes de l'extase.

Je me fais naturellement plus brutal et exigeant, allant et venant plus durement, sur un rythme marqué jusqu'à ce que je me crispe en me vidant dans ses entrailles en spasmes chauds et libérateurs. "Jebote, jebote, Nina...Tako je dobro" Ma voix est étouffée entre ses seins que je ne suis pas décidé à lâcher.


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc - 22:11
J'ai besoin d'effacer mes doutes et mes angoisses dans le plaisir, et je laisse les sensations me submerger toute entière pour chasser les émotions délétères. Même la douleur qui accompagne d'abord sa prise de possession me fait du bien, parce qu'elle détourne mon attention de ce qui me vrille le cerveau depuis la veille. Je geins de frustration après ses fringues que je n'ai pas eu le temps de lui ôter, contre la chemise à laquelle se heurtent mes dents chaque fois que je voudrais mordre sa chair. Ma bouche se soustrait à la sienne parce que j'ai besoin de reprendre mon souffle entre deux mouvements qui le poussent loin en moi. Peu à peu mes muscles se détendent pour lui livrer le passage, mon corps se mettant au diapason du sien. Je n'ai pas besoin de me caresser pour que le plaisir grimpe plus fort, j'ai les nerfs saturés de sensations extrêmes, délicieuses, et le frottement de mon sexe contre sa peau suffit à m'embraser complètement. Je ne réclame pas, ce n'est pas nécessaire parce qu'il augmente lui même la cadence, me fait retomber plus fort sur sa queue jusqu'à ce qu'une décharge électrique me transperce le corps. Je jouis dans un cri, étouffé dans sa chemise, les muscles secoués de spasmes.

Un moment je reste ainsi, immobile et muette, sans chercher à reprendre mes esprits. Je savoure au contraire ces instants de paix, toujours trop courts, durant lesquels je cesse de penser à tout ce qui ne va pas. Mais la conscience finit touch par me revenir, et je me déprends doucement de lui pour me laisser tomber sur le canapé. Je passe une main sur ma nuque moite de sueur, inspire pour reprendre mon souffle, mon rythme cardiaque mettant du temps à s'apaiser.


_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Dim 9 Déc - 22:53
Quand le monde explose dans le plaisir, il ne reste que Nina. Elle est le centre du monde, toujours, mais l'orgasme le met toujours puissamment en exergue. Je ne peux plus me passer d'elle, je suis accro à sa peau, son odeur, ce rythme qui nous lie. Elle s'éloigne et je ne le veux pas. D'instinct, je suis son mouvement, renversant les rôles. Le poids de mon corps vient s'écraser sur le sien, je me fous bien qu'elle ait trop chaud, que je sois aussi en nage. Ma main vient épouser son cou, dans un tendre geste possessif. Je cherche son regard du mien, noyé des lambeaux de plaisir qui persistent. J'ordonne "regarde-moi, regarde moi, Nina." J'attends d'avoir accroché les puits sombres "Je t'aime, je te veux toujours." je ne peux pas dire mieux que ça et même si elle ne me croit pas, je lui dis parce qu'un jour mes mots perceront la carapace qu'elle s'est forgée et qui la tient éloignée de moi.

Je la relâche et je me laisse glisser sur le canapé. Débraillé, je pose ma tête sur ses cuisses, le visage tourné vers son ventre chaud. Je sens nos odeurs et ça m'apaise; ça fait refluer la peur. Je pose une main sur son flanc, me laisse aller contre elle, mes défenses abattues. Je pulse d'amour pur, puissant, que je suis prêt à accepter même s'il me rend vulnérable et à nu. Je caresse sa peau, la respire, ronronne des mots d'amour tout contre, un gêné qu'elle les comprenne mieux sans doute. Je devrais parler hongrois ! "Ti si moja ljubav. za mene, ti si moj anđeo. Pusti me da te volim. Dozvolite da vas zaštiti. Dozvoli da se brinem o tebi. volim te. Uvek sam te volela. "




_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 8:04

Il ne me laisse pas le temps de reprendre mon souffle que déjà il revient vers moi, et je me liquéfie de bien-être à son contact. C'est assez dingue mais il semblerait que sa tendresse post-sexe apaise mieux mes angoisses que toutes les endorphines du monde. Il m'appelle et je lève sur lui un regard encore noir, trouble, dans lequel il peut lire sans doute toutes les émotions et les tourments qui m'agitent. Il a tort s'il pense que ses mots ne m'atteignent pas... Souvent je pense qu'il ne m'aime plus de la même façon, qu'il ne me désire plus comme avant, mais je sais au fond de moi qu'il m'aime encore. Il ne serait pas là autrement, il ne m'aurait pas demandé de venir m'installer avec lui à Sarajevo. Je glisse mes mains sur sa mâchoire, le bout de mes doigts dans ses cheveux. Moi aussi je t'aime. Et je n'ai jamais cessé de le vouloir, il est le seul que je veuille, depuis le premier jour. J'aurais pu refaire ma vie en son absence, avec Rauera sans doute... Je n'en ai jamais été capable. Il n'y a toujours eu que lui, son souvenir est incrusté dans ma chair à jamais.

Je fonds littéralement quand il s'allonge pour poser sa tête sur mes jambes. Je glisse mes doigts dans ses cheveux, me voûte sur lui pour embrasser sa tempe. Je le tiens contre moi, ma main libre caressant son dos par-dessus la chemise froissée. J'ai suivi mes cours de langue avec une régularité sans failles, et pourtant je suis presque surprise de comprendre tout ce qu'il me dit. C'est un tel effort pour moi, et je commençais à désespérer que le travail finisse par payer. Ne me manque qu'un seul mot et je souffle tout bas, la gorge nouée de ce trop-plein d'émotions : Zaštiti, qu'est-ce que ça veut dire...? Ma prononciation est quant à elle bien meilleure, mon accent me trahit bien-sûr mais je bute beaucoup moins sur les mots qu'autrefois. Je passe mes doigts sur sa joue, dessine tout doucement les contours de son visage sans le quitter des yeux. Tu as dit... Tu as dit que je pouvais tout avoir de toi... Je veux tout, Slavenko... Je veux faire partie de ta vie pour de bon, je veux que tu puisses te reposer sur moi comme tu n'as pas pu le faire autrefois... Je ne veux pas faire partie de ta famille, je veux être ta famille... Pas sa seule famille, notez la nuance s'il vous plaît, je ne lui demande pas de renier qui que ce soit !


_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 9:17
L'assurance qu'elle m'aime, ses mains sur mes cheveux et ma peau, câlines dissipent les résidus d'angoisse. J'ai peur souvent de mes propres réactions, ces impulsions de colère et d'orgueil mal placé qui pourraient me faire faire une grosse connerie comme sauter dans un avion pour rentrer à Sarajevo. Je le regretterais amèrement mais c'est le genre de choses dont je suis capable dans un accès de colère aveugle. C'est pour ça que j'ai besoin de contrôle, que je m'impose des gardes-fous qui lui font penser que je suis froid. C'est tout l'inverse. C'est juste pour ne pas partir en vrille.

Je souris de son accent si mignon, surpris qu'elle ne me demande qu'un seul mot. Quand je dis qu'elle parle trop bien à présent. Non elle comprend trop bien, elle n'ose pas encore se lancer à parler. "Protéger. Ça veut dire protéger..." Je laisse un temps s'écouler, assimilant ses mots, ses phrases, ses requêtes. Elle m'a toujours demandé ça, mais je ne sais visiblement pas comment faire, ni précisément en quoi ça consiste. Simplement parce qu'on m'a appris l'inverse - ne compter que sur moi - et que je n'ai jamais eu d'exemple sous les yeux. Le seul couple "stable" que je connaisse a été mes parents avant la guerre et je n'en garde que très peu de souvenirs. En plus c'était un couple traditionnel de chez nous, d'aucune dirait machiste ou patriarcal... Avant Nina j'ai vécu en caserne militaire, au sein d'un gang, en taule...qu'entre mecs quand on y pense, où les seules femmes présentes étaient celles pour satisfaire des besoins sexuels, ni plus ni moins.

"je veux bien srce, mais il faut que tu m'apprennes. Apprends-moi s'il te plait, parce que je ferais tout pour que tu restes et que tu sois heureuse. Qu'on soit heureux. " Pour la première fois je m'inclus, parce que j'ai au moins compris ça, que ça ne peut pas marcher si l'un se sacrifie. Quand à sa dernière phrase, elle m'inquiète parce que je ne la comprends pas comme elle. Moi je pense qu'elle exclue ma famille, mon père, mon frère et c'est douloureux comme choix. "Je ne comprends pas la différence. Tu veux...?" Je lève les yeux vers elle parce que je veux comprendre, et surtout, surtout je ne veux pas la perdre.




_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 9:33

Je hoche la tête en prenant le temps de comprendre le sens de sa phrase, il dit qu'il veut que je le laisse me protéger, mais je crois que c'est lui qui ne s'autorise pas à le faire. J'effleure ses lèvres de mon index, murmure : J'ai toujours besoin de toi pour me protéger... Ou plutôt, aujourd'hui, pour veiller sur moi. Je crois que je me mets quand même moins en danger que lorsque nous nous sommes connus. Je n'ai plus de dettes, je ne prends plus d'héroïne et rien que ces deux aspects-là changent tout à ma vie. Quant à notre vie ensemble, il est lui-même bien plus en sécurité ici qu'à New-York, je m'en suis rapidement rendue compte malgré toutes mes réticences. J'étais liquéfiée de trouille à l'idée qu'ils bossent avec les Tigrovi, non pas parce que j'avais peur qu'il devienne un monstre contrairement à ce qu'il croit, mais parce que je crains pour sa vie. J'ai appris qu'ici il a des alliés partout, qu'il est craint et protégé comme il n'aurait jamais pu l'être aux États-Unis. Ce qui signifie par extension, du moins si je suis acceptée un jour, que je serais protégée moi aussi.

C'est déjà rassurant aujourd'hui qu'il soit capable de me le dire lorsqu'il n'est pas sûrs de comprendre, et qu'il me demande d'expliciter au lieu de se braquer. On a toujours eu de gros soucis de communication, qui nous ont causé beaucoup de tort par le passé. Je cherche mes mots longtemps, moi-même je ne suis pas sûre de savoir expliquer ce que je ressens correctement. Durant ce long silence, mes doigts continuent d'arpenter sa peau, lentement, en caresses aériennes dont je ne me lasse pas. J'ai toujours... Cette impression de devoir comme me... Me greffer au reste de ta vie, d'être une pièce rapportée, secondaire... C'était déjà le cas à New-York, c'est encore le cas à Sarajevo... Je ne suis pas bien sûre que mes explications soient claires. Tu m'as toujours fait comprendre que c'était à moi de m'intégrer, de faire des efforts pour gagner ma place... Et je veux m'intégrer, vraiment, je ne veux pas être en marge de ta famille... Mais je ne veux pas avoir à gagner ma place près de toi... Je ne devrais pas avoir à me battre pour qu'on sache que je suis ta femme, qu'on forme une famille à nous deux... J'ai constamment la sensation d'être une intruse, de ne pas être légitime à tes côtés...



_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 10:01
La protéger, veiller sur elle, c'est mon job. Sans ça, je me sens inutile, sans but. Ces quatorze mois sans elle, je n'avais pas peur de mourir parce que je n'aurais manqué à personne. C'était à la fois confortable mais aussi triste, déprimant et j'ai mesuré le gouffre qu'il y a entre vivre et survivre. Si je suis très bon pour survivre - je suis un enfant de la guerre, un résilient, un soldat - je ne suis pas très doué pour vivre vraiment. Seule Nina me fait sentir vivant, me fait ressentir le vrai bonheur. Ce n'est pas constant, plutôt comme des lumières intermittentes - en général parce que je les éteins, effrayé - mais je sais que ça existe, je le ressens et malgré ma peur de la dépendance, celle que ça me fasse chuter, j'ai toujours envie de plus.

"Mais tu es ma femme Nina, je ne te vois pas autrement, je t'ai jamais eu autrement, c'est pour ça que j'ai du mal à accepter ta décision de divorcer. Tu es ma femme, celle que j'aime, et dont je veux partager la vie, tu comprends ? Et même si on divorce, tu resteras ma femme, à mes yeux en tout cas. Je ne peux pas te voir autrement, srce moje. Quant à ma famille, tu en demandes beaucoup à des types pour qui la femme doit rester à la maison ! Ça aurait été différent avant... Si ma mère avait été là. Qu'est-ce que je peux faire pour que tu te sentes ... intégrée ? Je suis sur que mon frère va t'aimer, mon oncle est un con, compte pas dessus et mon père il s'en fout, il s'y est fait déjà, j'en suis sur. La seule chose qui compte c'est que je continue à bien faire mon taf. Sois patiente mon ange, ils t'accepteront, laisse leur le temps de te connaitre. Je ne peux pas te promettre une grand famille aimante comme dans les feuilletons américains parce qu'on est pas comme ça, même entre nous. Mais toi et moi, c'est différent pas vrai ? On peut faire des sapins de Noël ensemble et partir en vacances, et avoir une maison, et faire l'amour tous les jours. Je peux être différent avec toi, pas seulement un Tigrovi. Est-ce que c'est ça que tu veux, que tu me demandes, que je dois faire ? " Je presse ma bouche sur la peau de son ventre avant de lever le nez pour la regarder. Je me hisse à demi, réclamant un baiser pour me rassurer, j'ai toujours tellement peur d'être à coté de la plaque. C'est pas exprès en plus alors si je le suis, faut pas qu'elle m'engueule, juste qu'elle m'explique. C'est ce que j'implore dans mon regard trop enfantin pour mon âge ! Mais en amour, je suis un gosse, c'est terrible.


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 10:18

C'est dingue, mais c'est toujours après l'amour qu'il parle le plus, quand il est repu, son corps libéré des tensions, quand je le tiens contre moi. Je ne leur demande pas de m'aimer, je m'en fiche bien qu'ils m'aiment. Je ne suis pas naïve à ce point-là, comme il le dit leur façon de s'aimer entre eux est déjà complètement bâtarde, alors m'aimer moi, une inconnue, une étrangère... Tu parles. Je voudrais juste... Avoir l'impression que j'ai le droit d'être là, que je mérite d'être là... Et le fait que tu sois déjà parti une fois, c'est comme si ça me rendait moins légitime encore. Comment pourraient-ils prendre notre histoire au sérieux quand il n'a eu aucun mal à me tourner le dos ?

Je me penche pour presser mes lèvres tendrement sur les siennes, prolonge quelques instants le baiser qui me donne du courage, et me redresse dans un soupir. Je ne sais pas l'expliquer, je n'ai pas de recette magique à te donner mon amour, je suis désolée... Je crois qu'il me manque la confiance, en toi mais en moi aussi... Je voudrais savoir comment faire... J'aimerais avoir l'assurance qu'on est ensemble, que s'il y a un choix à faire, une cause à défendre tu prendras mon parti, que tu ne me tourneras plus le dos... Je ne veux pas être en opposition avec ta famille, Slavo, même avec ton oncle, et ce serait plus facile si je ne me sentais pas en concurrence avec eux, tu comprends...? Je sais bien que c'est flou parce que ça n'a pas seulement à voir avec son comportement au quotidien, ça a aussi à voir avec le fait que bien qu'il dise le contraire, j'aurais toujours cette sensation qu'il les a choisis plutôt que moi, et j'ai la sensation qu'il nous a toujours opposés, depuis le premier jour.

Un nouveau silence s'installe, plus pesant cette fois avant que je n'avoue : Je ne veux pas divorcer... Mais je voudrais faire les choses bien pour nous, pour notre mariage, et je ne sais pas comment repartir à zéro autrement... Mes doigts glissent dans sa nuque et je répète ses mots : Il faut que tu me montres comment faire, j'ai besoin que tu m'apprennes comment faire...



_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 11:14
"Si, ça compte, qu'ils t'aiment, qu'ils t'acceptent, c'est pareil pour moi." Je fronce légèrement les sourcils dans cet air d'application enfantine à comprendre bien les choses, ces choses qui m'échappent et qui consistent principalement en l'analyse des sentiments, de mes sentiments et les siens. L'amour c'est faire partie du groupe, ne pas être rejeté, en ça je comprends qu'elle ait cru que je ne l'aimais plus en partant. C'est d'autant plus douloureux que je comprends que ce que j'ai fais l'a blessée, anéantie et surtout lui a fait croire que je ne l'aimais plus. C'est faux, je l'ai toujours aimée. Je ne sais pas comment l'exprimer, je tâtonne difficilement en cherchant mes mots "ce n'est pas ce que je voulais. En partant. Je veux dire, je ne pensais pas à ça. Tu es légitime. Tu as le droit d'être à mes côtés et tu n'as pas à le mériter, ce n'est pas une question de mérite, srce, ça n'a rien à voir. C'est... je t'aime c'est tout ! Tu es mon amour, ma femme"

Son baiser aussi me donne du courage et on en a besoin tous les deux. On touche à des choses si sensibles que comme elle, j'ai peur de mal dire. "Mais je prends ton parti, srce. Contre Stan, Damir... je l'ai fait, non ?" Je m'adoucis, presse mon visage contre un coin de peau, son ventre doux, m'y enfonce avec un soupir, y frotte mon visage dans un geste câlin avant de reprendre la conversation. "Je n'avais pas l'impression de te mettre en concurrence avec eux. " Est-ce que je le fais sans m'en rendre compte, peut-être, je ne sais pas. Ça ne m'apparait pas évident. Ils sont ma famille, mon travail, ma vie. Et Nina, c'est ma vraie raison de vivre, et surtout d'être heureux.

Je me fige, espère, avant d'être déçu. La tension est perceptible, le sujet trop délicat. Je prends mon temps pour aller au bout de ma réflexion, ruminer les mots aussi pour mieux les agencer. "Je ne sais pas trop srce, je suis comme ça, je vais en avant. Tu sais... tu sais quand c'est la guerre, si tu penses à hier, tu meurs. Si tu penses à ce que tu avais avant, à ce que tu as perdu, tu l'idéalises, ça devient de plus en plus beau, même si c'était pas vrai, et du coup ce que tu as te parait de plus en plus gris en regard. Je ne regarde pas derrière. Parce qu'il y a ceux qui sont morts, ceux qu'on a perdu, les choses aussi pas que les gens, et ça ne sert à rien parce que ça ne reviendra pas, on ne peut pas revenir dans le passé. C'est..;c'est une illusion. Alors c'est devant qu'on regarde, à ce qu'il y aura après les bombes, et comment on peut faire en sorte que ce soit bien." Quand Ornella est partie si j'avais regardé en arrière je serais mort, quand mon père a été arrêté, quand ma mère m'a envoyé à NY, quand j'ai été en prison, à chaque fois si j'avais regardé en arrière, je me serais tiré une balle. On ne peut pas vivre en regardant par dessus son épaule.

J'ai un geste de la main, assez vague, qui traduit le fait que je n'ai pas non plus de mode d'emploi. "Je peux accepter qu'on recommence à zéro. On divorce, si tu veux, mais je ne te promets pas de ne pas te redemander en mariage un jour. Je n'étais pas prêt quand tu me l'as dit parce que je pensais que ça allait entre nous, mais pas pour toi, je l'avais pas vu. Tu aurais du me le dire avant, c'est tout." Je soupire en avouant "ça m'a blessé autant moi que parce que je t'aime, tu comprends ? Je pensais aussi aux réactions des autres, à leurs jugements, humm... mais j'ai réfléchi, j'ai encaissé le coup et si ça t'aide, c'est égal ce les autres pensent. Je veux que ça marche entre nous moj andjeo."

_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 11:38

Je me sens vulnérable d'avoir cette conversation dans cette position, nue sur le canapé alors qu'il est habillé et qu'il lève sur moi ce regard si tourmenté. Je voudrais qu'on bouge, qu'on aille dans le lit pour que je puisse me cacher sous les draps mais j'ai peur qu'on perde cet élan qui fait que par miracle, on est enfin capables de se parler sans se faire de mal. Alors je reste là, en regrettant pour la première fois mes cheveux longs qui avaient au moins le mérite de me dissimuler un peu dans ce genre de situations. Je sais que ce n'est pas ce que tu pensais... Mais c'est ce que moi j'ai pensé... Slavo tu ne te rends pas compte... Je soupire, cherche mes mots encore, je ne veux pas lui expliquer le mal qu'il m'a fait, j'ai tout dit dans ma lettre déjà, mais il y a une chose dont je n'ai pas parlé, je le réalise à présent. C'est très difficile à admettre pour moi, j'ai beaucoup de mal à en parler, et il le sait très bien. J'ai été abandonnée par ma mère, puis j'ai été abandonnée par toutes les familles chez lesquelles j'ai vécu... Je ne me sens légitime nulle part, je ne sais pas ce que c'est d'avoir une famille, d'avoir sa place quelque part, que ma présence ne soit pas sans cesse remise en question... C'est aussi ce dont je parle, quand je dis que je manque de confiance en moi. Il a connu la guerre, la survie, la peur et la faim, mais il était aimé, entouré, désiré. Je commençais tout juste à croire que j'y avais enfin droit quand il s'en est allé. Il ne réalise pas à quel point cette notion de famille est à la fois essentielle pour moi, et en même temps si floue !

Je dodeline de la tête. Tu l'as fait parce qu'il m'avait frappée... Et bien-sûr que je t'en suis reconnaissante... Mais disons que c'était un parti facile à prendre. Je veux dire... Dans des situations moins... évidentes, je n'arrive pas encore à me dire que je pourrais compter sur toi... C'est injuste pour lui, sans doute, mais il va me falloir un peu de temps pour regagner cette assurance, cette foi aveugle que j'avais en lui. Tu nous mets en concurrence quand tu sous-entend que notre vie à deux est incompatible avec ta vie avec eux. On en a déjà parlé par le passé, il ne peut pas tout cloisonner.

Je comprends ce qu'il veut dire, parce que depuis son départ j'ai totalement idéalisé la relation qu'on avait avant. En toute objectivité on se déchirait sans cesse, à tel point que c'était devenu dangereux par moments, c'était épuisant, merveilleux parfois mais le plus souvent douloureux... Mais comme il est parti, je n'ai fait que me blesser en me rappelant des bons moments, de ce que j'aimais dans cette relation-là, et aujourd'hui elle a une place fantasmée, limite fictive dans mon esprit ! Je suis désolée, je ne pouvais pas t'en parler... Parce que moi non plus, je ne me rendais pas compte que ça n'allait pas... Je me voilais la face, j'avais trop peur des conclusions que je pourrais en tirer. Moi aussi je t'aime, et je veux que ça marche, c'est la seule chose au monde que je veuille vraiment. Mais je ne sais pas quoi faire... Je comprends que ce soit compliqué, j'ai peur que ce soit plus difficile pour moi encore si tu leur dis qu'on divorce. J'esquisse un mince sourire. Je ne te demande pas de me promettre de ne pas me redemander en mariage, Slavenko... Je veux seulement qu'on reparte à zéro.

Je fronce les sourcils, hésite un instant. Je ne veux plus en parler... De ton départ, de ce qu'il s'est passé... Je crois que j'ai écrit tout ce que j'avais sur le cœur... Je ne dis pas que j'oublierais, ou que je veux faire comme si rien ne s'était passé... Mais il est temps de tourner la page, et je suis désolée, je sais que c'est moi qui nous en empêchait... J'avais besoin de temps...



_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 12:23
"Je suis désolé Nina, je n'avais pas vu ça de ton point de vue. Tu as raison dans ta lettre, je ne me rends pas compte, je n'y arrive pas vraiment." Je n'avais pas pensé à ça, son passé, ce qu'elle avait enduré dans son enfance. Pourtant elle me l'avait déjà expliqué mais on ne fonctionne tellement pas de la même façon que c'est très compliqué pour moi de me mettre à sa place. Je ne sais déjà pas analyser mes propres sentiments hormis la colère que c'est sincèrement difficile d'imaginer ceux des autres. Pourtant elle a tort, je n'ai pas été que aimé, j'ai aussi été rejeté, par ma mère. Mon départ à NY ne s'est pas fait dans la douceur même si je ne parle jamais de ça, j'en ai trop souffert pour ne pas l'occulter. Et puis on n'a pas du tout le même mode de fonctionnement, je cloisonne, je vais de l'avant, j'efface, je fais tout ce qu'il faut pour survivre à tout prix, pourquoi ? Je ne le sais pas moi-même, sans doute parce qu'on m'a inculqué que c'était la chose la plus importante.

"Des situations moins évidentes ?" je ne comprends pas lesquelles, je ne vois pas d'exemple, c'est ça qui est pernicieux ! "C'est surtout que je veux te protéger srce. Tu n'es pas comme les autres, les autres femmes de Tigrovi, je n'ai pas envie que tu sois comme elles. C'est vrai, je reconnais que j'ai un peu de mal à composer avec les deux, toi que j'aime comme tu es, parce que tu ne rentres pas dans le moule, et eux, qui ne comprennent que ce qu'ils connaissent. Je veux dire..." Je soupire, je repousse une mèche de cheveux en essayant de lui expliquer. "Il y a des choses que je ne pourrais jamais leur faire accepter, genre tiens que je suis bi, mais ils ne le savent pas, je ne le suis pas là-bas, tu comprends ? Et je ne veux pas.. que toi, tu te sentes obligée de mentir ou d'être différente. Oui bien sur, c'est toujours le problème de l'acceptation. J'ai envie qu'ils te voient comme moi je te vois et j'ai peur qu'ils n'en soient pas capables." Je connais le coté obtus de mes camarades slaves. L'ouverture d'esprit c'est pas leur fort, sauf Camenko qui a fait ses études à Londres.

"j'ai lu, et je ne dis pas que j'ai tout compris, mais je ne crois pas qu'on ne devrait plus jamais en parler, parce que si tu en as besoin un jour, tu peux le faire. Nina, je n'ai jamais voulu occulter mon départ, faire comme si je n'avais rien fait. Oui je veux qu'on aille de l'avant mais si des choses te blessent, à cause de ce que j'ai fait. Si des choses que je dis ou fais, font un sale écho, il faut que tu me le dises, tu sais bien que je ne devine rien tout seul." Non ça, je suis carrément crétin. Elle doit en prendre conscience sinon on est pas sorti du sable ! "Je ne sais pas quel est le bon choix srce, divorcer ou pas. Je n'en ai pas la moindre idée. Il n'y a peut-être juste pas de bon choix. J'ai envie que tu sois ma femme, mais fais comme tu as besoin mon ange, et on s'occupera des autres et du reste après. Je ne vais pas leur mentir, et même si tu t'appelles Sykes et moi Drazavic, on est quand même une équipe, pas vrai ?"

Je me redresse pour m'asseoir et prendre son visage entre mes mains pour accrocher son regard du mien, gravement. "Je t'aime zlato, je t'aime" Je viens chercher sa bouche dans un élan d'amour intense qui explose dans ma torse, mon cœur, mon bide avec cette force si douloureuse, si merveilleuse aussi.





_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 12:48

Je dodeline de la tête. Disons juste... Des situations dans lesquelles on ne me blesse pas physiquement, tu vois ? Je sais que son oncle, notamment, n'a pas besoin de lever la main sur moi pour me blesser, ou pour me mettre à l'écart. En tout cas par le passé il y arrivait très bien. Peut-être a-t-il changé depuis mais je n'y crois pas vraiment, après tout je ne l'ai pas encore revu. Je sais bien que tu ne peux pas tout leur dire, mais tu n'as pas besoin de le faire et moi non plus... Ils me verront comme tu me traites, Slavo... Et si tu me laisses à l'écart, comme ils laissent leurs femmes à l'écart, alors ils me verront comme elles. Et si lui s'en fiche royalement, c'est important pour moi de ne pas être assimilée à ces filles-là. Non pas que je n'ai pas de respect pour elle, mais je ne me fiche pas de l'opinion de ses camarades, et je ne veux pas qu'ils pensent que Slavenko me traite comme ils traitent leurs femmes. Je ne veux pas non plus que les putes pensent qu'il est dispo, oui je pense encore à Sonja par exemple !

Je tripote ses cheveux nerveusement, comme toujours un peu plus tendue dès lors qu'on aborde notre séparation. J'aimerais que plus rien n'y fasse écho... Mais ne soyons pas dupe, on sait bien que c'est impossible. Seul le temps m'aidera à accepter ce qu'il s'est passé, et je ne peux qu'espérer qu'avec le temps ce ne sera plus qu'un lointain souvenir, qu'il ne me hantera plus aussi régulièrement. Je te le dirais... Mais je ne veux pas passer ma vie à te reprocher ce qu'il s'est passé il y a un an et demi, on n'avancera jamais si je ne suis pas capable de tirer un trait, de te pardonner... Je ne peux pas lui laisser une seconde chance si je ne le fais pas pleinement, si je lui renvoie sans cesse ce choix à la figure.

Je recule contre le dossier du canapé tandis qu'il se redresse, et mon regard se noie d'amour en accrochant le sien. Sa bouche fond sur la mienne et je soupire, oppressée par l'affolement soudain de mon rythme cardiaque. I ja volim te... Je ne sais pas quoi faire. Je sens, au fond de moi, que j'ai besoin de ce divorce pour faire table rase du passé... Mais j'ai peur, parce que je suis infiniment jalouse, et que l'alliance à son doigt, le fait qu'on soit mariés avait un côté irrationnellement rassurant. Je pose mon front sur le sien et murmure la seule chose que je sais vouloir aujourd'hui : Ne rentre pas à Sarajevo sans moi, s'il te plaît...



_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 14:02
"je ne veux pas te laisser à l'écart scre, je t'ai dit que tu pouvais venir au QG quand tu veux. C'est autant chez toi que chez moi là-bas." Encore aujourd'hui le Pussynight est l'endroit où je suis le plus chez moi. Je n'arrive pas à considérer le nouvel appartement comme ma maison. Il est très bien, il est beau, fonctionnel et il y a Nina. Mais ce n'est pas un refuge ou un nid comme l'est le QG ou comme l'était mon ancien appartement, et c'est parce qu'il y avait trop de tension, trop de disputes, que je devais être sur mes gardes pour éviter les écueils de notre mariage à la dérive. J'ai besoin d'un endroit où je peux être moi-même sans crainte, pour baisser mes défenses. J'exprime quand même mon malaise jusqu'au bout parce qu'il est temps de vider les abcès. "seulement je ne veux pas que tu t'y sentes mal. Tu dis que je t'oblige à supporter les putes avec qui j'ai pu coucher, ça te blesse. Je n'ai pas envie de te blesser. Je ne sais pas quoi faire parce que ça n'a jamais été que pour ... heu...assouvir un besoin ? Et je vais demander à changer toutes les putes du QG, y a des régulières de mes potes."

Moi aussi j'aimerais tourner la page mais vu que je mets toujours les pieds dans le plat quand il faut pas, je préfère prévoir. "Humm peut-être pas toute ma vie mais trois mois c'était peut-être pas assez pour toi. Tu sais comme je suis impatient !" Je fonctionne en off/on, en explosions brusques qui s'apaisent aussitôt. Je suis rarement très rancunier (en général parce que soit j'élimine radicalement les sources de rancœur, soit je passe à autre chose) et puis Nina a le don de me faire rentrer les griffes et je ne peux pas être en colère contre elle très longtemps. Pas des mois en tout cas !

Sa bouche est chaude contre la mienne et réveille des envies de douceurs charnelles, de consolations physiques. J'expire de désir contre sa bouche, l'envie aux tripes. Je relâche son visage pour poser mes mains sur ses seins avec un grognement de contentement, leur poids dans mes paumes est excitant, satisfaisant. "je ne rentre pas sans toi, j'ai même pas fait changer mon billet." je malaxe doucement ses seins, les presse, en teste la texture, les chauffe. Je me déplace, me mets à califourchon sur elle en grondant gentiment "Enlève-moi ma chemise." Je lèche sa bouche, frotte les pointes dressées de ses tétons de mes pouces avant de demander parce qu'on est le matin, qu'elle a une vie en dehors de moi, qu'elle est venue ici pour ses affaires mais que je suis infiniment peu disposé à l'arracher à moi, en témoigne le fait de la coincer sous moi. "tu as des rendez-vous aujourd'hui ? "






_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 14:39
Je secoue la tête parce qu'il ne m'a pas comprise. Je ne te demande pas de les virer, je ne suis pas idiote, je sais très bien que tu ne peux pas faire ça... Je ne le lui demanderais pas même si elles n'étaient les régulières de personne ! Enfin mets-toi à ma place, je suis pas certaine que ça te plairait de savoir que je vois Arthur tous les jours... A moins que ça aussi, ça ait changé, peut-être qu'il n'est plus jaloux, peut-être qu'il se fiche de ce que j'ai pu faire avec d'autres, peut-être même que ça lui est égal si ces autres me désirent encore. Je sais bien qu'il ne voit pas ces filles-là volontairement, elles sont juste au QG, c'est tout et je ne peux rien y faire, lui non plus. C'est seulement difficile à accepter, c'est tout, notamment pour celle qui s'est un peu trop entichée de lui, je ne suis pas dupe. J'ai juste besoin de savoir que toi tu veux de moi là-bas, ça me suffit Slavo... Je serais triste si je savais qu'il ne peut pas considérer notre appartement comme sa maison. Quel est l'intérêt d'habiter ensemble, alors ? Dans un léger sourire j'ajoute, en référence à la fois où il est parti avec la pute accrochée à son bras : Et que tu ne les laisses plus te toucher.

Je suis quand même rassurée de savoir qu'il ne prendra finalement pas l'avion pour rentrer à Sarajevo plus tôt, et je suis consciente que c'est exactement ce qui allait arriver. Si je ne lui avais pas écrit, je crois qu'il ne serait pas venu ici du tout. Et si je n'avais pas discuté avec mon parrain du groupe de soutien, je crois que je ne lui aurais pas écrit, je ne l'aurais pas contacté. J'aurais probablement été trop défoncée pour ça de toute façon.

Je ferme les yeux quand il empaume mes seins, une vague de chaleur me traversant. Ma peau se hérisse sous son passage, mes seins se tendent sous la douce torture de ses doigts et je lève sur lui un regard brillant de désir. Je tends les bras, défait sans me hâter les boutons de sa chemise pour dévoiler sa peau marbrée de ces quelques cicatrices que j'ai apprises par cœur, bien que je ne connaisse pas encore la cause de chacune d'entre elles. Je passe mes mains chaudes sous sa chemise, glisse lentement sur son torse en remontant vers ses épaules. Doucement, je happe sa langue, l'aspire entre mes lèvres en faisant glisser le vêtement sur ses bras. Non, aujourd'hui je suis toute à toi... On est dimanche et j'ai réservé ma journée pour nous. Demain ce sera autre chose, mais j'ai une surprise pour lui ce soir, et demain soir également pour me faire pardonner parce qu'on ne se verra sans doute pas de toute la journée.


_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 15:04
"Non. Non ça ne me plairait pas. En plus il te mérite pas !" Mon air buté s'adoucit dans un demi sourire ironique, d'auto-dérision moqueuse à ma propre exclamation outrée. Non je ne supporterais pas ce jeune crétin qui la désire encore, je n'aime aucun des hommes qui l'approchent, je suis jaloux de Dimitri, d'Arhur, de ceux que je ne connais pas, Nina est trop désirable pour que je sois serein. Seulement j'ai mûri sur ce point - un peu en tout cas - je ne peux pas me permettre de la perdre en étant trop étouffant. Ma jalousie nous a détruit plus d'une fois. "Tu sais la semaine passée, je ne suis allé que deux fois au QG et je ne passe pas pour les filles zlato ! Tu me prends pour qui ? C'est toi qui hante mes désirs. Tu peux passer quand tu veux à l'improviste, je suis clean, srce." Nous n'avons pas la fidélité chevillée au corps à Sarajevo mais j'ai vite compris que c'était un pré-requis indispensable pour Nina et je m'y conforme d'autant plus que je n'aimerais pas qu'elle aille dans d'autres bras se consoler. Et puis sérieusement, je suis plus que comblé dans les bras de ma femme ! Il me faudrait une santé de fer pour aller voir ailleurs ! Même quand Sonja s'est pendue à mon bras pour m’entraîner régler un problème, je n'ai pas pensé à mal, je n'ai pas ressenti de désir pour elle. Mon désir et tout mon amour, sont pour Nina.

Je frémis brusquement torturé de désir simplement parce que ses doigts menus défont un bouton de ma chemise. Un arc électrique me parcours, réveillant ma queue dans un sursaut. Entre les plis épars de mon froc défait, de mon caleçon encore baissé, débraillé, le désir renaît, visible. Je dégage mon sexe pour le poser contre le ventre de Nina, en attente. C'est doux et chaud, j'aime la sensation, comme celle qu'elle provoque en effleurant mon torse. Je soupire de soulagement alors qu'elle enlève ma chemise en me disant qu'elle reste. "Tant mieux, j'ai besoin de toi avec moi" Je suis épuisé de la nuit blanche couplée au décalage horaire mais j'ai surtout envie de baiser. La fatigue et le besoin de me sentir vivant après les moment de désespoir ou d'angoisse sont de puissants moteurs sexuels chez moi. Sa langue qui caresse la mienne provoque une montée brutale à tel point que je n'en peux déjà plus de frustration au bout de trente secondes ? Je suis effaré par la puissance du désir qui monte dans mes reins. Je change de position rapidement, à genoux entre ses cuisses, la portant pour la poser sur les miennes. La voilà coincée entre le dossier du canapé et moi à genoux sur celui-ci, mes fesses sur mes talons. D'une poussée, je la pénètre dans un grognement soulagé et clairement, ça va pas durer des plombes vu comme j'ai envie ou alors va falloir qu'elle me maîtrise.


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 15:31
J'écarquille les yeux. Ah parce que s'il me méritait ça te dérangerait pas ?! Bien-sûr je plaisante, de toute façon je ne suis pas sûre qu'à ses yeux quelqu'un puisse me mériter réellement. Je suis soulagée malgré tout que la question ne se pose pas, parce qu'Arthur est à New-York et moi ici. Ce serait plus compliqué si on vivait dans la même ville, je crois que je ne pourrais pas le rayer de ma vie, il a été trop important à mes yeux, trop présent pour moi quand j'en avais besoin. D'ailleurs, ça me fait penser que je ne lui ai toujours pas dit que Rauera était à Sarajevo, tout comme il ne sait pas que j'ai couché avec le maori d'ailleurs ! Il faudra que je le lui dise avant qu'il l'apprenne autrement... Mais pas comme ça, pas maintenant. Je sais que t'es clean, mais elles... Elles, elles ne le savent pas. C'est vrai je ne pense pas au fait qu'il pourrait me tromper, j'ai vécu comme ça par le passé et ça m'a bouffée, je ne peux pas passer mes journées à me demander ce qu'il fait, j'ai besoin d'avoir confiance en lui. Mais je ne supporte pas l'idée qu'une autre (ou un autre !) puisse le vouloir, le désirer, le toucher. Je tends le cou pour caresser son nez du mien, une moue boudeuse aux lèvres. Ti si moja duša, elles doivent savoir que tu es à moi...

Il se libère du carcan de son pantalon et je me crispe au simple contact de sa queue contre, dure contre mon ventre brûlant. Je glisse une main entre nous pour l'envelopper, sans le masturber encore, j'ai seulement besoin de le toucher, de le sentir sous mes doigts, de le sentir gonfler contre ma paume. Avant qu'il ne s'éloigne je le serre entre mes doigts et souffle : Je suis là si tu as besoin de moi Slavo, même si j'avais eu des rendez-vous. J'aurais tout annulé. C'est toi qui compte, moja dusa, seulement toi. Ce serait idiot, parce que je suis venue jusqu'à New-York pour une raison, mais ça n'a pas d'importance, il passe avant tout le reste, avant tout le monde. Je me laisse porter, manipuler comme une poupée de chiffon quand il bouge pour m'empaler sur lui. Un arc électrique me parcourt et je mords sa bouche dans un couinement de plaisir brut. Naïve que je suis, je ne me doute pas un seul instant que je suis censée le ralentir, et je le tire au contraire plus fort vers moi en gémissant. Putain Slavenko. Je suis encore mouillée de notre précédente étreinte et sa prise de possession brutale, à laquelle je ne m'attendais pas, m'a fait partir trop vite dans les tours. Je plante mes doigts dans son dos, roule de hanches pour venir chercher sa queue encore, fébrile.


_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 16:11
Un sourire plisse mon regard alors que fais mine de gronder "Personne te mérite." Moi encore moins que les autres sans doute, mais j'aime bien être son exception. "Je suis à toi, seulement à toi. Tout le monde le sait srce moje." Je l'ai présentée, et Sonja pour ne parler que d'elle sait très bien que Nina est de retour dans ma vie. J'ai brutalement déserté le réconfort de ses cuisses, du jour au lendemain!

Je ronronne de plaisir parce qu'elle me fait passer en premier, me certifiant que le reste n'a pas d'importance et c'est une chose rare, unique que je sois en tête de liste pour quelqu'un. Il n'y a jamais eu que Nina pour me donner de l'importance. Même mon père a deux fils finalement et surtout ce n'est pas son genre de verser dans le sentimentalisme. Mais toutes ces considérations sont balayées par le besoin urgent qui s'est emparé de moi et la douceur ferme de sa main.

Je plonge en elle d'autorité, me retrouve logé au fond de son ventre, butant jusqu'à la garde dans un grondement sourd. Mon corps se voûte vers elle, et j'agrippe le dossier du canapé pour pouvoir me tracter vers elle, aidant mes coups de reins à être plus profonds, plus secs. Je me laisse aller au désir exigeant qui me tenaille, ma prise de possession est brutale parce que j'aime ça, la sensation de l'écarteler, de ne pas lui laisser de répit. Ses reins sont bloqués contre le dossier et elle ne peut pas reculer sous mes assauts. Mon torse écrase ses seins, ma bouche tombe parfois au hasard sur la sienne, morsure divine tandis que la brûlure de ses ongles dans mon dos m'excite encore plus, me donne cette envie de la mâter, de la soumettre. Le rythme s'intensifie très rapidement jusqu'à la jouissance qui se fait dans un flash de conscience incandescent. Je balbutie des grossièretés en serbe, époustouflé et abruti de plaisir. Je suis trop groggy pour réfléchir. Je reste au fond de son ventre en poussant mon bassin en avant pour ne pas glisser tout de suite hors d'elle. Ma main se pose, possessive sur son flanc pour la maintenir sous moi. Je l'écrase presque, dominateur, mon corps bien plus large que le sien la couvrant. J'adore cette sensation. Je gronde, la voix cassée et rauque, comme un tigre qui feule "moja, moja zena"

_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 17:24
Son assertion sur son appartenance me rassérène sur le moment, mais je sais que j'aurais quand même besoin de m'assurer qu'il n'est pas le seul à en être conscient. Il faut que je retourne au QG, on ne m'y a pas vue assez souvent pour m'accorder de l'importance là-bas, je le sais. Ce n'est pas suffisant que les gens le sachent, parce que je sais que les putes s'en fichent royalement, d'autant plus qu'il a récemment ôté son alliance et que ça ne doit certainement pas jouer en ma faveur !

Il n'y a que quand il me prend, quand nos corps s'unissent, que j'ai la certitude qu'on est l'un à l'autre et que personne au monde ne saurait changer ça. Je griffe son dos volontairement, dans ce désir inédit de le marquer comme mien, je ne ressentais pas ce besoin avant. Mon corps se tend vers le sien autant que la position me le permet, et ses coups de boutoir m'arrachent des cris que je ne cherche pas à retenir. Les yeux clos, à bout de souffle, j'implore pour la délivrance quand il jouit avant moi, ne me laissant pas le temps de le rejoindre. Je serais sans doute troublée qu'il m'appelle ma femme si je n'étais pas à ce point tenaillée par le désir. Je m'accroche à ses épaules, mords sa bouche dans un geignement plaintif. Non encore, encore, je te veux encore ! Il ne peut pas me laisser comme ça, il ne va pas me laisser comme ça !


_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 18:07
Je couine sous sa morsure, sourit de la sentir geignante, suppliante, excitée. Je glisse ma main entre nous en faisant attention de rester en elle. Je bascule le poids de mon corps en avant, sur elle, encore en elle. Je donne de tous petits coups de reins avec mon érection déclinante, tout en la caressant pour achever de la mener au plaisir. Je ne la laisse jamais pantelante si je peux faire autrement et si je ne fais pas toujours attention à ce qu'on soit synchro, dans la folie de mon désir, je fais toutefois attention à ce qu'elle ait aussi son plaisir - je tiens à faire remarquer que je ne fais ça qu'avec elle - en quoi elle est vraiment différente à mes yeux !

Je viens chercher sa bouche quand elle jouit, comme pour boire son plaisir, mieux le sentir encore alors que je suis encore entre ses cuisses. Je finis par glisser et m'écarter, la laissant respirer après cette débauche de sexe. La sueur me coule dans le dos, mais je me sens infiniment bien. A croire qu'il faut que je touche le fond pour ensuite être capable d'une telle félicité. C'est grave. "Tu m'as tué, srce. Je suis rincé, je crois qu'il faut que je dorme un peu. Tu viens avec moi ou tu prépares le petit déjeuner pendant que je dors deux heures ? Deux promis, après je suis tout à toi."


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 18:22
J'exulte dans un feulement, la tête renversée en arrière, les yeux clos, le corps arc-bouté sur le canapé, mes ongles enfoncés dans la chair de son dos. Les spasmes du plaisir me secouent, font trembler mes membres et je ne rouvre pas les yeux tout de suite. Je me laisse d'abord bercer par les décharges de plaisir qui ondoient sous ma chair en vagues brûlantes, délicieuses. Il sait bien que tout est trop sérieux, trop grave entre nous, surtout la passion charnelle qui nous lie, il ne pourrait pas me laisser sur ma faim, ce serait cruel, absolument pas un jeu. Pas dans ces circonstances-là en tout cas. Je souris, rouvre les yeux en tournant la tête vers lui quand il me parle. Non, repose-toi mon amour, je vais en profiter pour bosser un peu et ouais, nous préparer le petit-déj. Je me penche pour lui voler un baiser, et je me lève du canapé.

Je n'ai pas beaucoup dormi cette nuit, mais je n'arriverais pas à m'endormir maintenant alors autant mettre ce temps à profit. Je file dans la salle de bain pour une douche très rapide, et je m'habille avant de rejoindre Slavenko dans la chambre. Ne mets pas de réveil, d'accord ? Je te réveillerais... Je papillonne des cils, lui promettant un réveil délicieux mais en réalité ce n'est qu'une ruse pour lui permettre de dormir plus longtemps s'il est fatigué. Je l'embrasse une dernière fois et je le laisse tranquille pour filer dans le salon, où je sors mon PC pour taffer un peu. Je ne lui en ai pas parlé, je ne sais pas pourquoi, je crois que l'occasion ne s'est juste pas présenté... Mais je fais de la sécurité informatique pour une boîte en ce moment, et ça m'occupe pas mal.

Je bosse une petite heure, et quand je pense qu'il dort je me décide à sortir pour descendre acheter des viennoiseries à la boulangerie française. C'est plus pour moi que pour lui, je sais bien... J'achète du pain aussi, et je remonte m'atteler à préparer un petit-déj' Las Vegas. Je fais du café frais, je coupe des fruits, lui prépare des toasts avec du vrai bon pain, je fais des œufs brouillés et du bacon aussi... De quoi l'appâter, je pense bien.


_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 21:07
Je prends une douche avant d'aller me coucher, après la nuit que j'ai passé à errer, j'en ai bien besoin. Il ne me reste qu'une tenue de propre alors je fourre mes fringues dans la machine à laver de Nina pour faire une lessive tandis que je dors. J'aime bien le ronron de la machine, c'est reposant. Je m'endors comme une masse, fatigué et assez détendu pour ne pas lutter. La discussion et le sexe m'ont fait du bien, je peux me permettre de me relâcher, l'angoisse au loin pour le moment puisqu'on veut continuer ensemble et que ça marche. Tout n'est pas résolu mais c'est déjà important de savoir qu'on veut tous les deux construire quelque chose ensemble. Etre une famille.

Je n'ai pas mis mon réveil mais Nina a misé juste, l'odeur de la nourriture me réveille. Je m'étire dans le lit, restant écroulé un moment avant de daigner bouger. Je baille, roule sur le ventre et replie le coussin sous moi quelques secondes avant de me décider à me lever. C'est donc à poil que je me promène dans l'appartement, comme souvent en fait. Vivre en caserne a depuis longtemps tué toute pudeur. Je vais dans la cuisine "hé zlato, ça sent bon. Tu devais pas me réveiller, combien de temps j'ai dormi ?" Je savais quand elle m'a dit de ne pas mettre mon réveil qu'elle allait triché mais je n'ai pas cherché à batailler. Je passe derrière Nina pour me coller à son dos et venir voler un bout de bacon brûlant qui me crame la gueule.


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
Messages : 1581
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life :

Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
40/1000  (40/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 21:21
Si l'odeur ne l'avait pas tiré du lit, j'aurais été me glisser sous les draps pour le réveiller avec un câlin... Et pas forcément un câlin crapuleux, bande de pervers ! Mais il se lève pour me rejoindre et mon regard s'illumine à le voir. Moi aussi je me sens bien mieux, je crois qu'il était temps qu'on crève l'abcès, et malheureusement c'est comme ça qu'on fonctionne... Il faut toujours que ça pète pour qu'on parvienne à se dire ce qui ne va pas, et qu'on reparte sur de bonnes bases. Jusqu'au jour où ça ne repart pas, mais c'est une autre histoire.

Un sourire angélique, faussement innocent étire mes lèvres et je hausse les épaules. Je ne sais pas, je n'ai pas regardé l'heure... Tu avais besoin de dormir et moi j'avais plein de choses à faire alors... Un soupir de bien-être me soulève la poitrine quand il se glisse dans mon dos et je cherche sa main pour la poser sur mon ventre. Je bascule la tête en arrière, tend la joue pour qu'il m'embrasse. J'espère que tu as faim, j'ai fait à manger pour tout un régiment. La table est déjà joliment dressée, en tout cas aussi joliment que possible, et il ne me reste plus qu'à servir le café chaud dans des tasses. Je me sers un jus de fruits en prime et j'attends qu'il s'installe pour venir m'asseoir de travers sur ses genoux. Ca te dit qu'on profite de n'avoir rien de prévu aujourd'hui pour aller au marché de Noël...?


_________________
Il faudrait réparer mais où trouver le courage, de refaire une santé à ce corps, cette cage. Il y a certains maux dont on ne guérit pas, qu'on guette sous la peau lorsqu'ils dorment là.
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 1782
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet. Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie


Feuille de personnage
Réputation:
3/10  (3/10)
Influence:
85/1000  (85/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Lun 10 Déc - 22:04
Je gobe mon bout de bacon, embrasse son cou, sa joue, sa bouche en me démanchant le cou. "humm tant mieux parce que oui j'ai une faim de loup." je m'assieds, me laisse servir comme un pacha avant d'attraper la taille de ma femme qui vient s'asseoir sur mes genoux. Ma femme. C'est plus facile si j'occulte le divorce. Peu importe les papiers, notre statut, elle sera toujours ma femme. Je la vois ainsi, je ne peux pas changer ma perception alors j'ai décidé que ce serait comme ça. "Plein de choses à faire ? Du genre préparer le petit déjeuner ? "

Je m'empare du café pour en boire une longue gorgée avant de m'attaquer à remplir une assiette pantagruélique. "C'est une bonne idée le marché de Noël, en plus le dimanche c'est le plus beau jour pour ça. J'envisage même qu'on refasse du patin à glace sans que je me casse une jambe ! " Je ramène mon assiette vers moi pour manger à bons coups de fourchette, j'ai dit que j'avais faim ? "On va à celui de Manhattan non ? C'est celui que je préfère. j'espère trouver un truc sympa pour Cam, et demain...demain je suppose que tu bosses alors j'arpenterais les rues pour trouver ton cadeau ! Non ne pose pas de question, femme trop curieuse, je te dirais rien. Muet. Comme. Une . Carpe. " avec une bouchée d’œufs brouillés entre les mots.




_________________
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant