RemonterDescendre
 

Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyLun 18 Fév - 17:10

Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne

Slavenko & Nina


23 février; 19h38



Deux jours et demi que j'ai quitté l'appartement après que Nina soit à peine revenue. Déjà auparavant elle était absente durant presque quatre jours, et avant ça, cinq jours où nous n'avons fait que nous croiser. Au total plus de dix jours à ne pas être réellement avec elle - seulement parfois en pointillés. Quand je pense à elle, j'oscille entre colère et tristesse, remords et rancoeur, et tout un tas d'émotions furieuses et qui ne sont pas de tout repos. Je déteste ressentir ces choses et je tente soigneusement d'éviter le tout en les enfermant bien au fond de mes tripes. Résultat je suis sur les nerfs, agressif pour un rien, la rage au fond du regard, d'autant plus qu'on me cantonne à des tâches qui ne me permettent pas du tout de lâcher la bride à la violence qui me ronge. J'aurais aimé allé sur le terrain, mais avec ma blessure récente, pas question. Quand nous ne sommes pas en sous effectif - et les hommes sont revenus de Banja Luka - la hiérarchie est stricte là-dessus. Ça me gonfle, je suis pas en sucre. Le Bronx était bien plus rude pour ça. Parfois ça me manque.

Résultat des courses, je finis par péter un plomb au taf sur une connerie, la gestion d'une mission où un nouveau a déconné et où le ton monte rapidement quand je lui passe un savon.  Je m'impose physiquement et ça finit en échauffourée où une nouvelle fois Damir  s'interpose en tant que lieutenant. Une nouvelle fois, je l'envoie joliment chié et je me retrouve à nouveau avec une sanction (sans doute méritée) : mise à pied et amende. Il parait qu'on apprend de ses erreurs, moi pas. Je suis du genre entêté. Borné.

Fâché, je me tire du QG et je rentre à pied à l'appartement. Il est milieu d'après-midi, je suis sur de ne pas tomber sur Nina, ce que j'appréhende et espère depuis trois jours. J'ai raison, l'appart est désert mais il reste des traces de sa présence : le chat. En voilà un qu'elle n'abandonnerait pas.

Je prends une douche et je vais dans la chambre plongée dans la pénombre. Brusquement, alors que je fais tout pour bien contrôler mes putains d'émotions de merde (le mec qui a inventé ça devrait être pendu. Ah c’est la nature, pendez là aussi bordel, elle mérite bien ses hectolitres de mazout déversés, salope. bref, je m'égare) , donc alors que je fais tout pour me contrôler - mâchoire serrée, épaules noueuses - , la vue des draps froissés me fait perdre ma superbe. Nina a surement dormi là et je n'imagine que trop bien son corps lové dans les draps. Ma gorge se noue dangereusement tandis que je contourne le lit. Je suis seul et  je me permets de prendre l'oreiller - son oreiller - pour le humer. Son odeur qui s'accroche au tissu remue ce maelstrom de sentiments, ravivant la force de mon amour pour elle alors que j'avais tenté de l'ensevelir sous la colère. Je me retrouve à me coucher à sa place, le coussin serré contre moi, dans une posture pathétique par son coté enfantin et douloureux. Dieu merci, y a pas de témoin parce que même moi je me rends compte à quel point je suis ridicule. Ma fierté en prend un coup.

Je n'ai que très peu dormi ces jours ici et je m'endors comme une souche, le sommeil me tombant dessus sans que je le réalise. Je fais des rêves teintés de Nina, comment est-ce qu'il pourrait en être autrement ici, envahi par son odeur ?   Je m'éveille en sursaut, le cœur battant la chamade parce que j'ai brusquement peur que Nina déboule. Un coup d’œil à l'heure me dit qu'on est en fin d'après-midi. Je me lève et m'habille rapidement, enfilant mon seul jean, un tee-shirt et un pull. Je crois que j'ai eu un déclic parce que je sais à présent où aller.

Je n'ai toujours pas de voiture depuis l'accident, et j'emprunte les transports en communs pour gagner le centre ville. Je m'arrête en chemin, passe un coup de fil, change de ligne de bus, la clope au bec même dans les rames, tout le monde s'en fout de toute façon.

Arrivé devant le bâtiment de Come with me, je lève la tête, scrutant les bureaux dont je connais la configuration. Mon cœur bat plus fort, mais pas totalement d'amour si vous voulez savoir plutôt d'une sévère trouille. J'ai l'impression d'être un gars au bord du précipice. Il va sauter mais sans savoir si on lui bien accroché l'élastique au pied, celui là même qui va le remonter en vie avec une décharge d'adrénaline. Bon... quelle autre option est-ce que j'ai ? Qu'elle m'appelle ? Soyons lucide, c'est mort. La lumière du bureau de Nina est allumée, même à cette heure-ci et j'ai un soupir - je ne jurerais pas qu'il est de soulagement. Étouffant les relents d'ego qui luttent encore, je prends mon courage à deux mains pour entrer dans le bâtiment et me rendre à l'étage de l'Agence. Pitié, faites que je tombe pas sur Dimitri, vu comme je suis tendu, ça pourrais vite partir en vrille. Putain tu gardes ton calme Drazavic, un point c'est tout ! Arrête de te comporter comme - bah j'trouve pas de comparaison valable.

La secrétaire est partie à cette heure ci - l'horloge affiche ses 19h38 et je vais donc toquer moi même à la porte du bureau de Nina. Je crois que je suis un peu pâle, c'est le stress. En tout cas, j'ai quand même pensé à amener un bouquet de fleurs comme un gros beauf. Parce que c'est ce que je suis pas vrai, à être ici en espérant recoller les morceaux d'une relation qui ne cesse de partir en couilles. C'est de l'acharnement thérapeutique diraient certains, mais ceux là je les emmerdes royalement. Je vais déjà essayer de passer le jugement de Nina, ce sera déjà pas mal. Mon amour-propre rangé dans ma poche, je toque une seconde fois en attendant qu'elle me dise d'entrer ou qu'elle vienne m'ouvrir, j'imagine bien qu'elle s'attend pas à me voir ici comme un con avec mes fleurs. Respire Drazavic, RES-PI-RE.



_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyLun 18 Fév - 18:05

Durant des mois, je suis parvenue à me maintenir à flots, à garder -difficilement c'est vrai- la tête hors de l'eau, j'ai égoïstement trouvé des bouées auxquelles me raccrocher, et j'ai abusé d'elles pour ne pas me noyer. Passée la dernière overdose, la dernière cure de desintox, je n'ai plus rechuté. Certains diront que c'est faux, parce que la kétamine est une béquille à laquelle je n'ai jamais renoncé, mais j'ai décidé il y a longtemps qu'après avoir tant de fois frôlé la mort, après avoir toujours été si apte à renoncer à la vie, c'était un palliatif que je pouvais accepter. Je ne peux pas guérir tous mes maux. Même dans les moments difficiles, même lorsque j'étais en train de sombrer, je m'efforçais de trouver des exutoires sains à ma douleur. Je me suis acharnée au boulot, enchaînant les heures impossibles, les dîners d'affaires, les conversations même humiliantes pour tenter de nous faire connaître. Je me suis réfugiée dans le sport, aussi, je me suis rendue à la salle tous les jours, j'allais courir tous les matins, sans me soucier des courbatures ou de mes muscles qui criaient pour un peu de repos parce que j'avais besoin de ne surtout, surtout jamais me retrouver seule à ne rien faire. Même sobre, je ne me suis jamais fait confiance pour le rester.

J'ai réalisé des choses dont je me pensais tout bonnement incapable, à commencer par le fait de monter ma propre boîte, d'être mon propre boss, et de réussir à en faire un business florissant sans avoir besoin de tricher ou de mentir pour ça. Je suis devenue propriétaire d'un appartement à NY, reconnue par mes pairs pour les missions de hacking touchy, respectée par les filles qui bossaient pour moi et même par les clients. Si on élude le côté illégal de l'histoire, j'avais une vie rangée, malgré le profond mal-être qui me bouffait de l'intérieur (à tel point que personne n'aurait été réellement surpris que je finisse un beau matin par me jeter sous un train) je continuais à avancer. Il aura suffit qu'il déboule dans ma vie à nouveau pour que je replonge, tête la première, dans mes travers, mes vieux démons m'accueillant à bras ouverts.

Agenouillée au sol devant le trou béant laissé par la latte de plancher que j'ai ôtée, je récupère le coffre en métal qui renferme quelques milliers d'euros que je laissais là en cas d'urgence. J'ai de l'argent ailleurs, bien-sûr, notamment à la banque même si ça paraît dingue pour quelqu'un comme moi. Mais là j'ai besoin de cash, et j'en ai besoin maintenant. Les coups contre la porte me font violemment sursauter et je tends instinctivement le bras pour récupérer le flingue que j'ai laissé sur mon bureau. Le coffre éventré au sol est encore empli de liasses de billets que je ne prends même pas la peine de dissimuler, s'il s'agit réellement du type auquel je pense, le pognon est de toute façon pour lui. Mais pourquoi diable prendrait-il la peine de toquer à la porte ? Par désir de faire une entrée théâtrale, peut-être ?

Titubant à cause de ma cheville blessée -j'ai une faiblesse du côté gauche, saleté d'entorse jamais soignée- j'approche prudemment de la porte, le flingue d'abord collé contre ma cuisse. Entrez. Je lance, le fait de parler me rappelant l'hématome douloureux qui orne ma mâchoire ainsi que ma lèvre fendue. Ainsi je peux tendre le bras pour pointer mon arme directement sur la personne qui entre, sans trop me soucier de l'effrayer s'il ne s'agit que d'un client. L'agence est fermée à cette heure bordel et j'ai pas rendez-vous.

Mais la porte s'ouvre sur Slavenko, bouquet de fleurs à la main et j'écarquille les yeux, laissant retomber mon bras armé le long de mon flanc. La scène est d'un surréalisme ridicule, presque tragique et je recule d'un pas. Le soupir de soulagement qui m'échappe, l'apaisement qui détend mes traits ne doivent pas vraiment l'aider à oublier le pansement qui orne mon arcade sourcilière, les bleus qui abîment ma peau et encore moins l'arme que je pointais sur lui. Je me laisse tomber au sol dans un couinement plaintif, m'adossant au bureau, ramenant mes jambes contre ma poitrine. Un hoquet douloureux me soulève le cœur tandis que je réprime un sanglot, et les émotions trop violentes qui l'accompagnent. Il n'aurait pas pu arriver à un pire moment, et j'aurais tout donné pour qu'il ne me voit pas comme ça, maintenant. C'est la déception, et la douleur de le décevoir d'ailleurs, qui me font me ramasser sur moi-même, bien plus que la peur.


_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyLun 18 Fév - 22:22
Ça fait deux heures que je ressasse ce que je vais dire, que je passe en boucle ce qu'elle risque de me dire aussi. Vais-je me prendre un sarcasme bien senti à la vue des fleurs, je m'y suis préparé. Je ne fais clairement pas le fier, plus maintenant, quand je pousse la porte après un "entrez" bref d'autant que je me sens un brin ridicule avec mon bouquet de roses rouges.

Et là c'est le choc. Je reste comme un con sur place, face à une Nina amochée qui me braque avec un flingue et très franchement, c'est tellement loin de tout ce que j'avais imaginé que je reste comme deux ronds de flancs, les mots coincés dans la gorge. Y a un truc qui freeze dans mon cerveau jusqu'à ce que Nina recule, s'appuyant contre le bureau. Son sanglot réprimé me bouleverse à un point que je ne saurais décrire. Je bondis vers elle, le bouquet atterrissant sur le bureau alors que je prends Nina par une épaule et que je relève son menton de ma main libre. Je constate les dégâts, bleus, lèvres fendues et une rage d'une intensité féroce m'explose à la gueule, couleur rouge vif qui obscurcit mon jugement. Quoiqu'il en soit, il n'est nul question de déception mais bien de défoncer la gueule de celui qui a fait ça. Ce qui se traduit par une exclamation enragée "Jebote, qui t'as fait ça ?" à plus de deux ans d'intervalle, je dois avoir pourtant le même ton que ce fameux jour à la laverie.


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 5:21

Il se jette sur moi et le contact de son corps contre le mien est une douloureuse décharge électrique. Ça n'a rien à avoir avec le désir, mais avec les vibrations qui secouent mes nerfs chaque fois que sa peau touche la mienne. Slavenko relève mon visage vers le sien pour me forcer à croiser son regard, et je lis la rage au fond de ses yeux, ce désir de vengeance que je ne comprends pas et ne pensais pas y trouver. L'ironie de la situation ne m'échappe pas, pas plus que les similitudes avec les événements de la laverie. Après tout l'histoire reste la même, c'est moi qui me met en danger parce que je dois de l'argent à la mauvaise personne. Mais à l'époque il faisait tout pour me raccrocher à lui. Aujourd'hui il semblerait qu'il fasse tout pour que je rentre à New-York. Il est encore parti, sans se soucier de moi, m'abandonnant une nouvelle fois sans que je sache pourquoi... Mais ses motifs étaient tout aussi obscurs quand il a disparu quatorze mois. Quelle hypocrisie de prétendre qu'il s'inquiète de mon sort à présent. J'ai envie, de façon très puérile, de lui répondre que c'est lui qui m'a fait ça, indirectement du moins, puisqu'il s'acharne à détruire tout instinct de survie chez moi. Je souffle, détournant le regard : C'est pas ce que tu crois...

Je sais bien qu'il ne se contetera pas de si peu mais je n'ai pas envie de lui expliquer, parce qu'il aurait du être là, et que ça n'aurait jamais du arriver. Malgré toute ma colère c'est surtout à moi que j'en veux, bien plus qu'à lui, de ne pas être capable de réfléchir dès qu'il me blesse, de vouloir mourir chaque fois qu'il me rejette. Qu'il s'en aille ou me laisse partir en Italie, le résultat est le même, il n'a plus envie de me retenir, plus la force de me garder près de lui peut-être, et moi je ne peux pas me battre pour nous quand je me demande encore s'il reste quelque chose à sauver. Je me suis pas fait tabasser. Je me suis battue, aux arènes. Il va crier que je suis folle et il aura parfaitement raison, parce que je n'espérais pas en sortir indemne. Bien-sûr ça n'explique pas le flingue, encore moins le cash au sol mais il n'a pas encore posé ces questions là alors je n'y réponds pas. Je tourne la tête, hausse les épaules. C'est rien... Physiquement, je m'en remettrais rapidement. Psychologiquement, je suis en train de perdre pied. Je ne m'attends pas à ce qu'il comprenne, je ne m'attends même pas à ce qu'il compatisse, l'empathie n'a jamais été son fort.


_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 9:59
La réponse me remplit d'incompréhension teintée de désarroi et il me faut un moment pour encaisser. Rien à faire, les pièces du puzzle ne s'emboitent pas, le flingue, le cash... Elle se détourne de moi, regard, posture, ce haussement d'épaules et je me retrouve bête, perdant pied dans ce que j'avais rodé dans ma tête, ce que j'étais censé faire ou dire. Mais si je sais une chose c'est que je ne supporte pas de la voir avec ces bleus. Alors je ne m'éloigne pas, je la laisse seulement détourner la tête, mes doigts glissant sur sa peau de velours, mon corps si proche qu'il touche le sien appuyé contre le bureau.

De plus la peur que je lis - cette attitude de chat sauvage - n'a rien à voir avec le fait d'avoir combattu dans l'arène. Je proteste doucement "Hé, hé, attends...je crois rien là...C'est quoi ce pognon ? Ce flingue ?" Derrière moi, une voix soudaine. "Le pognon est pour moi, le flingue, j'espère pas que vous alliez faire cette connerie. Alors tu le pousses douuuuucement loin de vous" Je fais demi-tour lentement pour voir le canon braqué sur nous. Je reste entre Nina et le flingue, d'instinct. Je vois le type ciller, visiblement, il me reconnait et ça l'a fait hésiter. Hé oui mon gars, t'es en train de t'attaquer à un Tigrovi là...


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 10:18


Je suis certaine de ce qu'il s'est imaginé, que je suis allée me shooter dans une ruelle et que je me suis fait tabasser par un dealer impayé. C'est mal me connaître parce qu'aujourd'hui, si je veux acheter de l'héroïne, j'y vais avec le pognon, et vu la somme qu'il y a dans le coffre, j'aurais eu de quoi m'acheter de sacrées doses. Si je voulais me foutre en l'air, je ne me raterais pas cette fois. Non, là j'imagine que je voulais forcer le Destin, voir si j'étais capable de m'en sortir ou non, ne serait-ce que savoir si j'étais censée m'en tirer. Je suis retombée dans les mêmes schémas infiniment tragiques que ceux qui ont suivi son départ, essayant de me blesser pour attirer son attention. Il connaissait du monde dans le Bronx, il l'aurait forcément su s'il m'arrivait quelque chose, si on me faisait du mal, il serait venu me chercher. J'en étais tellement persuadée à l'époque que c'en était pathétique. Il n'est jamais venu, et aujourd'hui pourtant j'ai refait la même erreur stupide, avec le même stupide raisonnement. Il a des yeux partout, à Sarajevo, il le saura forcément. Je me fais l'effet d'une ado qui part en vrille pour tenter désespérément d'attirer l'attention de ses parents. Surprise : ça n'a pas fonctionné.

Je ne suis vraiment pas décidée à répondre à ses questions mais j'imagine que je ne vais pas avoir le choix parce qu'on a un invité de dernière minute. Je ne sursaute pas cette fois tant je m'y attendais, et je relève la tête pour croiser le regard de Jakov, que je reconnais parfaitement malgré les circonstances de notre rencontre. Je fronce les sourcils, maîtrise mes tremblements. C'est mon fric espèce d'enflure. Il inspire, tente visiblement lui aussi de se maîtriser, parce qu'il est bien moins sûr de lui maintenant qu'il a reconnu Slavenko (oui, moi aussi j'ai bien vu son regard changer). D'ailleurs, il s'adresse directement au slave, en serbe, bien-sûr, sauf que maintenant je comprends. Écoute, j'ai pas envie de coller une balle entre les yeux de ta copine, alors dis-lui de gentiment me filer mon fric, et sans faire d'histoires. Elle a voulu jouer, elle a perdu. J'écarquille les yeux et me redresse. La partie était truquée ! Il penche la tête sur le côté, me regarde enfin à nouveau. T'es en train de me traiter de menteur ? Oh les slaves et leur égo à deux balles !




_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 10:50
La situation surréaliste m'a fait reprendre pied. L'arme pointée sur moi ce n'est pas nouveau, c'est même une situation tellement connue que je la maitrise bien , bien mieux que devoir m'expliquer avec Nina. Le mot copine me met encore plus en rage, dans cette rage froide qui m'arrache un sourire ironique au milieu d'une attitude stoïque qui n'annonce de rien de bon pour qui me connait. Alors déjà on va replacer les choses dans le contexte histoire qu'il prenne la mesure de sa connerie "C'est ma femme."

Je fais mine de hausser les épaules, mais je me suis légèrement déplacé pour être devant Nina "ton fric est là, tu peux le prendre." Mon corps se détend et j'ai même un léger sourire, un haussement de sourcil, pour dire que tout va bien, c'est que du fric après tout. Il fait un geste et je continue toujours sans bouger, sur un ton conciliant. "Après tu peux aussi te barrer sans le prendre, ce serait p'tre plus raisonnable. C'est toi qui voit." Plus raisonnable que de s'attaquer à un Tigrovi, plus raisonnable que me foutre vraiment en rogne. Mais non, les hommes sont ce qu'ils sont, les slaves pires encore. Il se penche, semblant se relâcher pour prendre l'argent au sol et c’est le moment où je bondis. Trop tôt, il s'y attendait encore. Le coup de feu part, me frappant au vol alors que je tombe sur lui lourdement dans un pugilat sanglant qui termine au sol dans des cris et des insultes.



_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 11:15


Je me tends sous la colère qui gronde dans mon ventre, parce que j'étais peut-être loin d'être sobre, mais même shootée jusqu'aux yeux je parviens encore à compter les cartes, que voulez-vous, c'est dans mon ADN je crois. La partie de poker était truquée dans les grandes largeurs et les choses sont d'ailleurs légèrement parties en couilles que j'ai osé protester. Je fronce les sourcils, surprise que Slavenko me défende comme étant sa femme alors que nous ne sommes plus mariés mais qu'il était surtout prêt à me laisser me tirer je crois bien. J'aurais pu rentrer à New-York quand il est parti, je suis sûre qu'il en est conscient. Je me mords la langue au sang pour ne pas protester quand il lui dit de prendre l'argent alors que bordel, y en a pour 15000 balles et j'ai pas du tout envie d'en faire cadeau à ce connard !

Le reste de la scène se passe si vite que je n'y comprends rien, et mon corps réagit avant mon cerveau quand je hurle : SLAVO ! Au coup de feu qui part. Ils s'entraînent au sol mutuellement mais Jakov se redresse, profitant de la blessure du slave pour le cogner. Je ne réfléchis pas, bondissant sur mon arme restée au sol, et je tends le bras pour tirer deux balles qui atteignent le mafieux en pleine poitrine. Je me lève tout à fait, l'achève d'une balle dans la tête, et me jette sur Slavenko. Je n'ai pas vu de suite où la balle l'avait touché, mais le sang qui inonde son pull au niveau du ventre est bien visible à présent. J'ai un hoquet d'effroi, et si je blêmis dangereusement l'adrénaline prends le dessus. Je retire mon haut, me retrouvant en soutif mais là tout de suite on s'en branle complètement, et presse le vêtement contre son ventre pour faire pression. Slavo ? Parle-moi, ça va aller, ça va aller parle-moi. Tremblante, je tâtonne de ma main ensanglantée pour récupérer mon téléphone dans la poche de mon jean. Je galère, vraiment, à trouver le numéro de Camenko dans mon répertoire, et il me semble qu'il met un temps infini à répondre. Slavo s'est... Il s'est fait tirer dessus... Non... A l'agence... Oui... Je peux appeler les pompiers...? Évidemment, la réponse est négative, et son frère m'assure qu'ils arrivent. Mes joues sont baignées de larmes sans que je sache quand je me suis mise à pleurer et je me penche pour poser mon front sur celui du slave.



_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 11:32
Les trente premières secondes, ça ne fait pas mal. Il y a le choc et la brulure mais l'adrénaline vous empêche de sentir quoique ce soit. Et puis brusquement, l'influx nerveux arrive et avec la réaction du corps. Je réalise l'impact d'un poing sur ma mâchoire, les autres coups de feu tandis que l'homme essayait de se dégager de mon poids et Nina qui crie. Tout ça se passe assez loin de ma conscience alors que je lutte pour ne pas m'évanouir. C'est le rush de douleur quand Nina presse ses mains contre mon ventre qui me réveille brutalement dans une plainte douloureuse. Une sueur froide macule soudainement mon front, et le visage blême, je presse moi-même le linge contre ma blessure tandis que Nina téléphone. Je presse fort, je sais bien que ma survie en dépend, comme ne pas tomber dans les pommes, pas m'endormir. Je lutte avec acharnement.

Les larmes de Nina ne m'aide pas du tout, je m'étouffe dans la position allongée, la respiration sifflante. Je souffle "aide-moi à me redresser" Je râle, je jure "putain ça fait mal..." Une blessure pareille peut mettre du temps à vous tuer mais ça se fait dans la douleur. Entre quatre et seize heures d'agonie si personne ne fait rien. Ça peut être moins bien sur si le choc est trop important, si vous vous videz de votre sang. Le bouquet de fleurs est tombé par terre, les pétales rouges écrasées dont comme des tâches de sang, c'est assez drôle. J'esquisse un sourire halluciné, les pupilles dilatées par le choc "C'est con... je t'avais amené des fleurs"




_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 11:42


C'est fou comme le drame remet les choses en perspective, comme la colère pourtant violente, le ressentiment laissent aisément leur place quand tout s'écroule. Je l'ai déjà vu blessé, mais ça n'a jamais été rien de similaire, de si violent, de si sanglant surtout. Je suis horrifiée à la vue du sang qui se répand au sol, qui macule mes mains, mon ventre nu parce que je me suis à demi couchée sur lui, inconsciente que je suis. Je me redresse dans un sursaut, terrifiée à l'idée de lui faire mal, lui offrant mes épaules auxquelles s'accrocher pour se redresser. Je peux le haïr, vouloir le fuir, m'éloigner de lui, imaginer retourner à New-York parfois, mais il ne peut pas mourir, je ne peux pas vivre dans un monde où il n'existe pas, quelque part.

C'est quand il parle que je me souviens des roses, je baisse les yeux sur le bouquet, un nouveau sanglot me soulevant la poitrine mais je le réprime, il n'a pas besoin de ça maintenant, je le sais. J'ai la vue brouillée par les larmes, le corps qui tremble violemment mais je ne perds pas de vue la seule chose qui compte : l'empêcher de s'endormir. Elles sont très belles... Je souffle d'une voix enrouée. Je suis tétanisée de trouille, je pose une main sur sa joue, l'autre sur son bras pour m'assurer qu'il presse le vêtement suffisamment fort sur la plaie. Je n'ai de cesse de guetter les bruits, quand est-ce qu'ils vont arriver ? J'aurais du appeler les pompiers, je devrais l'emmener à l'hôpital ! Il va crever ici et ce sera ma faute ! Je voudrais lui dire un millier de choses, que je suis désolée, que ce n'est pas grave, que je lui pardonne, que je l'aime à en crever, et que d'ailleurs je l'aime tellement que je meurs s'il me laisse. Mais les seuls mots qui passent la barrière de mes lèvres sont : Slavenko ? Slavenko est-ce que tu veux m'épouser ?



_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 12:07
Je souris parce qu'elle dit que les fleurs sont belles et ça me fait plaisir que ça lui fasse plaisir. Tout comme le fait qu'elle soit là. Elle m'a beaucoup trop manqué et à présent, elle est là. C'est merveilleux, elle est merveilleuse. Vous avez vu comme elle est belle, comme sa perfection irradie la pièce ? Très loin, je sens que j'ai un problème, j'ai froid et je commence à ne rien ressentir que ce froid. Je déglutis péniblement, cherche le contact chaud de Nina, sa peau de nacre est rouge de mon sang et moi, je trouve ça joli. Mais qu'est-ce qu'elle est belle Nina ! Je le balbutie "ti si divna" Sa demande a beau être surréaliste, je la trouve parfaite, relâchant le tee-shirt, je me hisse vers elle pour chercher sa bouche en répondant dans un murmure essoufflé "toujours" Je ne crois pas atteindre jamais ses lèvres, je perds conscience en m'effondrant au sol.

C'est un autre choc qui m'éveille, le cœur qui s'accélère d'adrénaline, l'aiguille plantée dans le bras et la douleur à nouveau qui me fait gronder bas en auto-défense rageuse d'un animal acculé et blessé, bien inutile. On me charge sur une civière légère, ça parle en serbe, en anglais autour de moi mais je suis hype, au delà des mots. C'est flou, je cherche pourtant Nina du regard. Je voudrais pouvoir dire quelque chose mais je n'y arrive pas.




_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 13:50


Nos mains libres se trouvent et si la mienne tremble, la sienne est gelée. Je serre ses doigts plus fort dans les miens, et je sais à cet instant précis que je n'ai jamais eu si peur de ma vie. Je sais ce que c'est, pourtant, que d'être terrifiée, de craindre pour sa vie, tout comme je sais qu'il y a des supplices pire que la mort. Mais là c'est lui qui s'essouffle dans mes bras et ça me broie le cœur si fort que je ne suis plus certaine qu'il batte encore. Sa main relâche la mienne, et il pâlit un peu plus fort encore avant de fermer les yeux. Non, non, non ! Slavenko ! Slavenko regarde-moi ! J't'en prie, j't'en prie regarde-moi ! Mais il ne m'entend déjà plus, et ses yeux ne s'ouvrent pas.

Soudain le temps se suspend, et dans mon dos les Tigrovi envahissent l'espace sans que je les entende, ma tête est pleine de ce sifflement aigu qui résonne dans mes oreilles, faisant le silence tout autour de moi. Je suis accrochée au slave et on me soulève par les épaules pour m'éloigner de lui, ce qui me fait crier de rage. En désespoir de cause, je m'accroche à Camenko dont le visage surgit brusquement dans mon champ de vision, et qui malgré l'inquiétude qui obscurcit son regard parvient à garder son sang-froid. Je vois bien que je les gêne, tous, alors je supplie, tout bas : S'il te plaît, laisse-moi rester avec lui... S'il te plaît... Je ne sais pas si c'est parce qu'il sait à quel point je peux être butée, ou si ma détresse le touche réellement, mais il hoche la tête et je suis autorisée à rester.

Quelques heures plus tard, qui me semblent infiniment longues, Slavenko est installé dans une chambre qui ressemble à s'y méprendre à une chambre d'hôpital, si ce n'est que la blancheur des murs n'est plus immaculée, et qu'il y fait trop sombre. Les Tigrovi sont équipés, les morts et les blessés font partie du jeu ici. Assise sur une chaise à côté de son lit, je réalise avec douleur à quel point c'est difficile que les rôles soient inversés. Dans le Bronx, il m'avait veillée ainsi. J'ai les yeux rouges, gonflés d'avoir trop pleuré, je suis dangereusement pâle aussi, et je ressasse des idées terriblement noires. Il a failli mourir. Il a failli mourir et je ne suis plus sa femme, je ne porte plus son nom, aux yeux du monde nous ne sommes rien l'un pour l'autre. Et s'il ne se réveillait jamais ?



_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 15:20
Durant le voyage, je sombre à nouveau mais ce n'est pas un problème, j'ai compris que les Tigrovi étaient là, Cam et Nina aussi, je ne crains plus rien. Tout est pris en charge - je suis pris en charge - et c'est reposant d'avoir confiance.

Quand je me réveille, il fait nuit. La douleur est présent, mais sourde, atténuée par la morphine et les soins que j'ai reçu. En bougeant mon bras, je m'aperçois que je suis relié à des appareils aux bruits réguliers et lénifiants. J'ai un soupir léger, grognement pour trouver une position différente. J'aperçois une forme près de moi et je sais aussitôt de qui il s'agit. Je passe ma langue sur mes lèvres trop sèches avant de l'appeler - rompant avec le silence relatif de la pièce "Nina..." Paradoxalement, même si je suis d'une nature tenace, un survivant, un résilient, je n'ai jamais eu de peur de la mort - à vivre sous les bombes, on s'y attend - mais l'idée de la laisser, de ne plus être avec elle est insupportable. Je m'en suis rendu compte avant même de me prendre la balle, c'est bien pour ça que malgré mon amour-propre mal placé, je suis allée à son bureau avec ce bouquet de fleurs. J'ai réalisé que je ne voulais pas qu'elle s'en aille, qu'on soit à nouveau séparé, que j'étais ridicule de me braquer quand l'important était d'être avec elle.






_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 15:34


Avant de nous laisser, le médecin m'a dit qu'il se réveillerait, mais je n'ai jamais pu réellement faire confiance aux médecins, et mon angoisse est trop irrationnelle pour s'étouffer si facilement. Je ne crois pas avoir sombré dans l'hystérie, pourtant, alors que ça n'aurait pas été si surprenant de ma part. Dès que Camenko a accepté de me laisser traîner dans leurs pattes, je me suis tue, renfermant en moi toute la colère et la peur qui grondaient si férocement, tout pour ne pas qu'on me demande de partir. Je n'aurais pas pu le quitter des yeux. Je suis restée, contre l'avis du Doc' d'ailleurs, même quand il l'a recousu, quand ma présence n'était « pas nécessaire ». Ils ne comprennent pas, je ne pouvais pas m'en aller, ne serait-ce que pour rester derrière la porte à attendre. Maintenant encore, j'ai les yeux rivés sur lui, et la vision qui s'offre à moi me déchire de l'intérieur. Il semble si fragile, soudain, branché à ces machines qui me sont pourtant familières, avec ce teint trop pâle qui ne lui ressemble pas. C'est un roc, Slavenko, solide, enragé aussi, je l'ai vu avancer même blessé, se relever en souriant même couvert de sang. Le voir endormi sur ce lit me fend le cœur d'une façon que je ne saurais décrire.

Mon palpitant s'emballe dès qu'il cligne des paupières, et instinctivement je me penche vers lui, ma chaise est de toute façon collée à son lit. Je tends mon bras encore taché de sang vers lui, je n'ai pas voulu aller me doucher, on m'a seulement prêté un tee-shirt 8 fois trop grand et filé de quoi me nettoyer un peu, sans grand succès parce que le sang a séché. Du bout des doigts, j'effleure l'angle de sa mâchoire, me force à esquisser un sourire. Je suis là mon amour, ne bouge pas... Ma gorge est trop nouée pour que ma voix soit autrement qu'étranglée, et je retire ma main lorsqu'elle se met à trembler. Je ne lui demande pas comment il se sent, la réponse me semble assez évidente vu les circonstances, on va éviter les questions idiotes. Ils se sont bien occupés de toi, la cicatrice ne se verra presque pas... En comparaison de certaines autres qu'il peut avoir, s'entend. J'essaie de faire la discussion pour ne pas laisser le silence s'installer, pour tenter de dissimuler la détresse qui m'agite aussi.


_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 16:11
En tant que patient, je suis loin des considérations qui ont touché les autres. J'ai toujours trouvé qu'il était plus facile au fond d'être celui qui est blessé - ou mort, c'est encore plus vrai ! - parce que ce sont les autres qui s'agitent, s'inquiètent, doivent agir. Moi, je n'ai qu'à attendre - ok je ne suis pas patient, mais là je suis tellement dans le coaltar que ça me va bien ! Un rire silencieux m'agite qui finit en grognement, ça fait mal. "il parait que c'est sexy les cicatrices..."

Peu à peu, je commence à reprendre mes esprits et la conscience de ce qui se passe, de l'angoisse dans la voix de Nina aussi malgré ses efforts pour le cacher. Ce n'est pas ce qui s'est passé dans son bureau qui m'agite, mais comment on en est arrivé là et je me sens responsable de tout. Mon visage se fait grave tandis que je tends la main libre de tubes vers elle pour essayer de prendre la sienne, à l'aveuglette. "srce...srce, je te demande pardon." J'étais venu pour ça dans son bureau, avec ce bouquet de fleurs et ça me semble important de le dire maintenant. Ce n'est pas que je sois blessé qui est important, on s'en fout de ça, je guérirais, mais c'est qu'elle sache que je l'aime "J'veux pas que tu t'en ailles Nina." Je m'agite dans le pieu parce qu'au bout de phrases je suis essoufflé et que ça m'agace, j'ai un million de choses à lui dire.




_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 16:57

Sa réflexion a le mérite de me tirer un sourire et je hoche la tête, mon regard sur lui s'adoucissant malgré l'inquiétude. Sur toi tout est très sexy, tu es très sexy. Il ne veut pas que je lui dise qu'il est beau, mais je ne crois pas que le terme sexy lui déplaise, il ne m'aurait pas tendu la perche autrement. Ce n'est de toute façon pas si important qu'on le croit. Il me plaît, physiquement, plus que n'importe qui au monde. Mais je sais aussi que cette attraction charnelle irrésistible est renforcée par la​ passion qui nous lie et me consume un peu plus jour après jour. Cette passion qui fait que je reviens, envers et contre tout, qu'il a pu partir plus d'un an sans que jamais je me détourne de lui.

Il tend la main vers moi et je la prends aussitôt dans la mienne, serrant ses doigts dans les miens comme j'ai pu le faire un peu plus tôt, en essayant vainement de le maintenir éveillé. Je fronce les sourcils, sans comprendre pourquoi il s'excuse avant qu'il ne me demande de ne pas partir. Je secoue la tête d'un geste empressé. Je ne vais nulle part moja duša, je suis là, je reste avec toi... Toujours Slavenko. Je me voûte pour atteindre sa joue, sur laquelle je pose un baiser hésitant mais tendre malgré tout. Si tu savais comme je m'en veux de t'avoir mis en danger... N'oublions pas quand même que c'est à cause de mes conneries qu'il a failli crever. Il peut partir plusieurs jours en mission sans qu'il ne lui arrive rien et en quelques secondes à mes côtés, il se fait tirer dessus. La culpabilité me ronge comme de l'acide, à me rendre malade. Je suis tellement désolée... Comme si c'était suffisant de l'être... ​​


_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 17:37
Je suis rassuré qu'elle ne parte pas, même si je ne suis pas sur qu'elle me pardonne. Une partie de moi fond de bonheur à ce qu'elle soit près de moi, à me tenir la main et l'autre rechigne à utiliser ma blessure pour qu'on se réconcilie. Je veux son amour, pas sa pitié. Je grogne "je suis sérieux srce... pardonne-moi, s'il te plait, pardonne-moi." Son baiser me calme - un peu mais j'ai toujours cette inquiétude qui me ronge.

Je ne comprends pas pourquoi elle dit m'avoir mis en danger avant que de réaliser que oui d'une certaine façon elle n'a pas tort. Mais je sais aussi que tous ses excès ont été causé parce que je n'étais pas là pour veiller sur elle et je m'en veux énormément. Et puis, je ne réfléchis pas quand il s'agit de Nina, je suis bien plus imprudent et ça n'est pas sa faute, c'est seulement l'expression de mes sentiments. Perdre une bataille pour les Tigrovi, ce n'est pas grave, il y en aura d'autres, mais je ne veux pas perdre quand il y a un enjeu pour Nina sinon j'aurais laissé ce type filer avec l'argent au lieu de lui sauter dessus ! Je deviens stupide quand je veux plaire à Nina. "Mais non zlato, t'y es pour rien...j'aurais du lui laisser l'argent, j'aurais du être là avant..." Je m'embrouille dans mes mots je crois, j'ai chaud et ma bouche est pâteuse. Je crève de soif. Les écrans de monitoring s'affolent brusquement alors que ma vision devient floue. Ma température vient d'augmenter en flèche et je dépasse joyeusement les quarante degrés. Le Doc déboule dans la pièce et à nouveau je sombre dans la semi-conscience le temps qu'on me charge d'une piqûre d'antibio à assommer un éléphant.




_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 17:55
​​

​Je répète avec empressement parce que je ne supporte pas de le voir s'affoler. Je te pardonne mon amour, tout va bien, je suis là. Je ne crois pas être objective, je ne suis même pas sûre de réfléchir vraiment en lui répondant, mais l'objectivité est-elle vraiment nécessaire compte tenu des circonstances ? J'ai failli le perdre, j'aurais pu ne plus jamais le revoir, ne plus jamais le toucher, ne plus jamais entendre le son de sa voix. Et je peux vous assurer que ça remet en perspective toute la rancœur que j'ai pu ressentir à son égard. De la même façon que sa disparition de ma vie avait brusquement effacé ​toutes blessures qu'il avait pu me faire, ne laissant que le manque. Je caresse tout doucement le dos de sa main en secouant la tête. Chhht, j'ai rien mon ange... Mais je ne peux pas finir ma phrase parce que les machines s'emballent et mon cœur s'affole brusquement.

Je m'écarte de son lit pour laisser faire le médecin mais l'affolement se lit sur mon visage blême. Lorsque les bips se calment enfin, Slavenko dort profondément et étant donné que je suis toujours pleine de sang, le Doc' m'assure que je peux aller prendre une douche, rentrer chez moi me changer, qu'il ne se réveillera pas avant plusieurs heures. Mais je suis incapable de m'éloigner, je me contente de hocher la tête, laissant entendre que c'est ce que je vais faire, alors que je n'en ai pas l'intention. Je ne peux pas quitter cette pièce, pas encore, pas maintenant. Et si son cœur s'arrête de battre alors que je ne suis pas là ? Et s'il se réveille, me cherche et ne trouve personne à son chevet ? J'ai loupé trop d'occasions de prendre soin de lui durant ces quatorze mois de séparation, je ne m'éloignerais de lui pour rien au monde, pas avant d'être certaine qu'il est tiré d'affaire. Et à l'heure actuelle, je ne suis sûre de rien. Il pourrait faire une infection, la fièvre n'en est-elle pas le signe d'ailleurs ? J'attends que le Doc' quitte la pièce pour m'installer de nouveau, mais cette fois sur le lit, à côté de lui, du côté où il n'est pas blessé. Je ne le colle pas, me ratatinant sur moi-même pour ne pas le gêner. Seulement j'ai besoin d'être physiquement près de lui pour ne pas imploser. Du bout des doigts, je caresse la lisière de son visage, en redessine les contours avec lenteur, jusqu'à tomber de fatigue à mon tour, somnolant à demi à côté de lui.


_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 19:33
L'infection était prévisible, la fièvre aussi. Après le choc de la balle, les dégats qu'elle cause par elle-même c'est la seconde cause de mort par balle, et c'est particulièrement vrai pour les blessures au ventre. Mais je suis pris en charge et comme Nina l'a dit, cette pièce est aussi bien équipée qu'un hôpital. Le plus amusant c'est que le Doc est un vrai Doc urgentiste, c'est juste qu'il a perdu le droit d'exercer après quelques soucis avec la justice. Assommé par la morphine et les antibiotiques, je dors, c'est à peu près la seule méthode pour se rétablir après tout.

Tandis que je dors, mon frère et mon père se pointent. Je ne me réveille pas, pionçant comme une souche. C'est Camenko qui réveille Nina, assez doucement tandis que mon père s'approche de mon lit. Cam souffle tout bas d'un ton à la fois désapprobateur, anxieux et compatissant, oui il est doué mon frère, bien plus que moi pour s'exprimer "tu es toujours là, tu aurais du prendre une douche et aller te reposer..." Mais à présent que Nina est réveillé, mon père lui coupe la parole sans s'en soucier. "J'aimerais bien savoir ce qui s'est passé "




_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 19:45
​​

Je serais absolument incapable de m'endormir profondément ici et maintenant, et heureusement d'ailleurs que je ne fais que somnoler. Ainsi je peux entendre la porte s'ouvrir et je suis moins surprise de voir débarquer Camenko et son père. Je m'attendais à la visite de Jelenko, peut-être à celle de Mirko également, et je savais aussi pertinemment que j'aurais à rendre des comptes quoiqu'il advienne. Après tout non seulement ça s'est passé hors mission, mais en plus dans les locaux de mon agence, difficile de prétendre que je ne suis pas liée à sa blessure. Pour être tout à fait honnête, je crois que j'aurais lâchement préféré devoir expliquer les choses à Camenko, et qu'il se charge de transmettre les informations aux autres Drazavic. ​En plus de ne pas m'être sympathiques -quel joli euphémisme- ils me foutent la trouille.

Je me redresse dans le lit, secouant légèrement la tête, sans avoir le temps d'assurer à Cam que je vais bien et que j'irais me doucher plus tard. L'hématome qui orne ma mâchoire, entre autres, montre bien que j'ai eu des emmerdes, peut-être que je pourrais faire croire que le type qui a cogné Slavenko m'a frappée mais j'en doute fort. Dieu que j'aurais voulu pouvoir accorder mes violons avec le slave, trouver une histoire à raconter qui tienne la route sans m'attirer un peu plus encore les foudres de la famille Drazavic. J'élude soigneusement la rave, de même que la partie de poker pour l'instant et tente d'expliquer platement. Un type est venu me réclamer de l'argent, que je ne lui devais pas. Slavenko a voulu s'interposer. Le visage de Jelenko se ferme un peu plus encore si c'était possible, mais son expression reste indéchiffrable, pour moi en tout cas. Je crois malgré tout déceler la colère dans son regard, même si sa posture n'en laisse rien paraître. De l'argent pour quoi ? Qui c'était ? Il se tourne vers son fils cette fois, qui a vu le cadavre après tout, et j'imagine qu'ils se sont renseignés pour savoir s'ils avaient du souci à se faire ou non. Dieu merci, Camenko vient à mon secours une nouvelle fois. Elle est épuisée, visiblement blessée aussi. Peut-être qu'elle devrait rentrer se reposer. Je me crispe soudainement, parce que je n'ai aucune envie de quitter cette chambre, mais Jelenko use l'argument à son avantage. Il a raison, rentre chez toi. Slavenko aussi doit se reposer. Et à la façon dont il le dit, je devine une invitation à ne pas revenir.


_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMar 19 Fév - 20:39
Le regard de mon père est ombrageux comme le mien peut l'être quand je suis en colère, seulement il y a une dureté chez elle bien différente de la mienne. Si je lui ressemble, j'ai en moi l'émotivité de ma mère pour compenser l'inflexibilité toute Drazavic. "Camenko tu la ramènes chez elle. Nina, il faudra qu'on parle quand vous serez reposée. Je passerais chez vous demain." Qu'on ne s'y trompe pas, le ton est militaire et ce sont bien des ordres qu'il formule clairement dans un anglais parfait si ce n'est l'accent. Pourtant, malgré ces paroles qui paraissent dures, Jelenko me regarde encore une fois, remonte mon drap, l'inquiétude dans les yeux. Je sais très bien qu'à sa façon rude, il aime ses fils, je ne crois pas que Nina ait jamais compris le fonctionnement de notre drôle de famille.

Camenko prend en charge Nina mais sans la rudesse de Jelenko ça va sans dire. Il tente de l’entraîner avec tact "Allez viens, avec ce que lui a collé le Doc, je t'assure qu'il ne va pas se réveiller avant un moment. Je t'appellerais dès qu'il ouvre les yeux, d'accord ? Tu sais qu'il ne serait pas d'accord que tu ne fasses pas attention à toi. Tu as été blessée ?"



_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMer 20 Fév - 4:02

Je n'ai jamais tant regretté la décision du divorce qu'à cet instant précis. Jelenko me renvoie chez moi comme une indésirable et je sais qu'il n'est rien que je puisse y faire. Je ne suis pas sur mon territoire, Slavenko n'est clairement pas en état de parlementer en ma faveur (et je ne suis pas sûre qu'il le ferait) et je ne peux pas déclencher un esclandre maintenant. Les Drazavic ont suffisamment de griefs contre moi sans que je leur donne une raison supplémentaire de me haïr. Je me sens démunie, terriblement impuissante mais la culpabilité de voir Slavenko blessé par ma faute me tourmente trop pour que j'ose protester. Sans doute ont-ils raison, je ne lui fais aucun bien, peut-être même que ma présence est nocive pour lui. Jelenko quitte la chambre et je descends du lit, les muscles tendus, la mâchoire crispée pour contrôler les tremblements de mon corps qui cherche à relâcher la pression. Malgré toutes les précautions de Camenko, je lui réponds sur un ton froid. Parce que tu crois qu'il serait d'accord pour qu'on m'interdise de rester près de lui ? Il me demande si j'ai été blessée et je fronce les sourcils. Ne fais pas comme si ça t'importait. Il se rembrunit et se tait, et je me détourne de lui une fois mes affaires ramassées pour approcher du slave endormi. Je me penche, embrasse doucement son front en fermant les yeux, la gorge nouée. On quitte la chambre et Camenko me dépose à l'appartement.

Je me colle sous une douche glacée pour réveiller mes muscles endoloris, puis brûlante parce que je meurs de froid. La trouille me serre le ventre, et les scénarios les plus tragiques tournoient dans mon esprit. J'ai peur qu'il succombe à ses blessures, et ce sera de ma faute. J'ai peur qu'il y survive, mais qu'ils ne le laissent jamais me revoir. On ne m'appellera pas quand il ouvrira les yeux, non, on profitera de mon absence pour lui rappeler qu'il est mieux sans moi et qu'il doit me laisser partir. Cette fois ce n'est pas lui qui disparaîtra, après tout je suis sur leur terrain, mais on me renverra gentiment à New-York, peut-être même une balle entre les yeux si je ne me montre pas coopérative. Je ne le reverrais jamais. La pensée s'infiltre de plus en plus solidement dans mon crâne, à me filer la nausée. Après la douche je suis malade toute la nuit, angoisse et crise de manque se mélangeant pour me faire tour à tour vomir et trembler de froid dans notre lit. Je n'ai plus de kétamine sous la main, elle est restée au bureau et je n'ose pas sortir pour aller m'en procurer.


_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMer 20 Fév - 9:35
Je grimpe en flèche dans les degrés et ça dure toute la nuit. Dieu merci, j'ai une constitution solide et avec les soins patient du Doc', la température finit par baisser au matin. Quand j'ouvre les yeux, je n'ai aucune idée de l'heure et j'ai l'impression d'avoir la gueule de bois. Je demande aussitôt Nina mais elle n'est pas là, on me dit juste qu'elle est rentrée dormir et que je dois me reposer moi aussi.

Dans la matinée, juste avant mon réveil, Jelenko se rend à l'appartement, cristallisant sans le savoir l'angoisse de Nina. Il a les clefs mais il frappe avant, prévenant l'occupante des lieux de son arrivée. Camenko n'est pas là, il est resté au QG sur les ordres de Jelenko. Grand seigneur, Jelenko a apporté un sac de viennoiseries, il prend d'autorité la main sur la cuisine pour préparer du café. Il est là pour discuter à sa façon, droit au but. Cette histoire entre l'américaine et moi, son fils ainé le contrarie depuis le départ. Il pensait qu'elle était finie depuis mon retour à Sarajevo. Puis ces derniers jours, comme j'ai passé beaucoup de temps au QG, que j'ai dormi à nouveau là-bas, il a sans doute cru que cette fois c'était bel et bien fini. Le fait qu'on m'ait tiré dessus chez Nina a déclenché chez lui une colère sourde. Cette relation perturbe le bon fonctionnement de la machinerie bien huilée des Tigrovi. C'est pourquoi il demande "J'aimerais bien savoir à quoi vous jouez tous les deux. Vous n'êtes pas chez vous ici, pourquoi vous n'êtes pas rentrée aux États-Unis ?   Il n'y a pas vraiment d'animosité dans sa voix mais une froide constatation de chef d'état major qui tire ses plans après analyse de la situation. "Je sais que vous avez finalement divorcé, donc vous avez ce que vous étiez venue chercher. Votre agence est basée à NY, vous pouvez très bien fermer ici et aller ouvrir en Russie, votre associé est bien russe, ce ne serait pas une difficulté" Ce n'est pas une question, mon père a un très bon service de renseignement et ce n'est même pas une information sensible.


_________________
Nina Sykes
Nina SykesSTAFF
En ligne
Messages : 2148
Date de naissance (rp) : 05/08/1992
Localisation (rp) : Un loft récemment acquis avec Slavenko
Emploi (rp) : Propriétaire d'une agence d'escorts / cambrioleuse à ses heures perdues
Statut civil (rp) : Fiancée en reconstruction
Life : Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina 1559850485-sans-titre-1

Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue5/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (5/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue190/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (190/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMer 20 Fév - 11:39
​​

J'ai passé une nuit atroce et, n'arrivant de toute façon pas bien à dormir, je me suis levée très tôt. Jelenko a dit qu'il passerait, et je sais pertinemment qu'il le fera, sans doute tôt d'ailleurs, aussi je me prépare pour ne pas être prise au dépourvu. C'est-à-dire que je reprends une douche, et que je m'habille correctement. Mais surtout, je prends le soin de me maquiller suffisamment pour dissimuler au mieux l'hématome sur ma mâchoire. Je sais bien qu'il l'a vu hier soir, mais je ne tiens pas à avoir l'air si vulnérable ce matin. Mais au-delà de ça, je suis paranoïaque au point de penser qu'il envoie peut-être quelqu'un m'intimider ou m'assassiner... Alors je place un micro dans la pièce, je ne peux pas être hackeuse et me laisser avoir si facilement, et je sais que la conversation sera envoyée directement à Dimitri si je ne fais rien. Je ne laisserais pas Slavenko penser que je l'ai abandonné si son père me bute ! On toque très tôt à la porte de l'appartement, et j'inspire longuement avant d'aller ouvrir.

Jelenko entre, et se comporte exactement comme s'il était chez lui, prenant possession de la cuisine, envahissant l'espace de façon oppressante. Je ne m'attendais pas à la moindre compassion de sa part, mais je suis malgré tout heurtée par sa façon de me rentrer dedans sans préambule. J'accuse le coup quand il me rappelle que je ne suis pas chez moi ici, à Sarajevo, dans ce pays, encore moins chez les Tigrovi. Je ne suis pas chez moi près de Slavenko. Et la conversation prend exactement la tournure que je craignais.

Je suis blême quand le téléphone de Jelenko sonne, nous interrompant, et qu'il m'ordonne de le suivre au QG, où Slavenko demande après moi. Mes mains tremblent dangereusement durant le trajet, plus encore quand je rentre dans la chambre, et je ne suis vraiment pas sûre d'être capable d'affronter la situation. Je verrouille du mieux que je peux, essayant de me concentrer sur l'état de Slavenko quand j'ai juste envie de hurler.


_________________
I can't be alone with all that's on my mind. so say you'll stay with me tonight, 'cause there is so much wrong going on outside
Slavenko Drazavic
Slavenko DrazavicSTAFF
Messages : 2387
Date de naissance (rp) : 12/04/1978
Localisation (rp) : Le plus sur moyen de le trouver c'est d'aller au Pussynight.
Emploi (rp) : Tigrovi à temps complet (grade de sergent) Ce qui implique de se salir les mains.
Statut civil (rp) : fiancé à son ex-femme
Life : 1m91 | Tigrovi notoire | Serbe de Bosnie et fier de l'être | Caractériel et lunatique| Polyglotte | Pratique l'ironie, l'auto-dérision et le sarcasme.

L'unique amour de sa vie Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Meg-m-grid-uproxx


Feuille de personnage
Réputation:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue4/10Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (4/10)
Influence:
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Left_bar_bleue200/1000Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty_bar_bleue  (200/1000)
Objets:
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina EmptyMer 20 Fév - 12:02
Après une nuit difficile, je me sens mieux ce matin. La fièvre est tombée et si je suis lessivé, fatigué, c'est une fatigue plus saine. Le Doc change mon pansement et j'ai le droit de redresser mon lit, ce qui me soulage. Être complètement allongé est oppressant. J'ai demandé à nouveau après Nina et Camenko a promis de l'appeler dès que l'heure sera raisonnable. Je somnole à nouveau jusqu'à ce qu'on m'amène un petit déjeuner light vu que j'ai le droit de bouffer, c'est merveilleux. Je suis bien loin d'imaginer le drame qui se joue chez nous.

Quand la porte s'ouvre je suis en train de m'efforcer d'ingurgiter tout seul un yaourt, chaque mouvement demandant d'être prudent et une petite gestion de la douleur, mais ça va. Mon visage s'éclaire en voyant Nina même si elle est bien trop pâle. "srce !" Je repose maladroitement ma cuillère et j'attends qu'elle me rejoigne pour tendre la main vers elle. Je quémande un baiser, peu importe la présence de Camenko ou du Doc qui sont en train de sortir de la pièce pour nous laisser un peu d'intimité. "ça va moj andjeo, tu as pu te reposer un peu ? Je suis désolé de t'avoir causé de l'inquiétude." Je sais bien comment elle fonctionne, elle voit toujours tout en noir à se ronger les sangs. "tu vois ça va mieux ce matin..." Je ne vais pas courir un marathon ni même me lever du lit mais je me sens vivant, c'est pas mal non ?


_________________
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly
Tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne - Slavina Empty
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant