Bimbadabim bimbadaboum ; ils sont cools / Sabrina
RemonterDescendre
 

Bimbadabim bimbadaboum ; ils sont cools / Sabrina
Mar 26 Fév - 9:21
Invité
Anonymous
Invité
Je suis sorti de la faculté en retard à cause d'un prof inintéressant mais peu pressé, et Grigor va m'agonir de reproches parce que je ne suis pas arrivé à l'heure pour le bureau de tabac ; l'objectif est donc présentement de cavaler dans les rues le plus rapidement possible, déposer des cours à un des absents de mon TD qui a eu la grâce de me paraître sympathique – je regrette cette décision –, passer chez moi attraper mon chien, et manger en faisant tout ça.
J'ai chopé à la fac un sandwich au poulet tikka massala, un truc hérétique je pense dans certaines régions du monde et je le mâche distraitement tout en marchant le plus rapidement possible.
La porte d'entrée de l'immeuble de mon pote de TD reste obstinément fermée.
L'enfoiré il s'est fait passer pour malade et il est sorti.
Ou bien, me souffle mon esprit russe résolument dramatique : il est vraiment mort. J'ai évidemment oublié mon portable, alors je fais quoi ?

Je sonne à absolument tous les noms.
Bien sûr que oui !
Je ferais un cambrioleur de génie puisque ça marche et me voici dans les couloirs, à frapper à la porte de mon soi-disant malade de collègue :

« Ouvreee putain Grigor va me tuer ! »
Re: Bimbadabim bimbadaboum ; ils sont cools / Sabrina
Dim 3 Mar - 12:30
Invité
Anonymous
Invité
Je déteste définitivement mes jours de pause. Fin de journée, la tête enfoncée dans l'oreiller, je ne demandais qu'à être tranquille mais le karma s'est présenté à ma porte avec tellement de motivation que je plonge mon visage plus fort dans ce carré blanc pour sécher les dernières traces restant de mon aversion de la nuit. Une pile de papiers aluminium vidés de leurs tablettes de chocolat trônant sur la table de chevet, et un verre avec un fin dépôt de vin posé au pied du lit, regarder Baby - la série italienne proposée sur Netflix - d'une seule traite cette nuit n'a pas chassé que je suis séparée de ma fille et que le jour ou cela changera n'est pas encore arrivé. Quatres heures ou cinq heures du matin ont finalement eu raison de mes nerfs qui se sont lâchés dans une énième crise. Le jour s'est levé sans moi et aurait pu se coucher de la même manière si quelqu'un ne tambourinait pas fermement à ma porte.

L'envie de l'envoyer chier est clairement présente, mais je finis par faire l'effort nécessaire pour me glisser vers le rebord du matelas et laisser mes lourdes jambes me porter une fois debout. Le karma il va voir de quelle humeur je ne suis absolument pas s'il souhaite jouer avec moi pendant encore longtemps... Ne prêtant aucune attention à la tenue dans laquelle j'ai dormi, ni à mes cheveux qui doivent plus que probablement définir des termes tels que la zizanie ou le capharnaüm, je défais l’entrebailleur puis tourne la clé dans la serrure. « Vous avez un sérieux problème pour ne pas laisser aux gens leur jour de repos », je lâche spontanément à sa face en soupirant. La porte ouverte juste ce qu'il faut pour que mon intérieur en désordre ne s'offre pas à la vue de l'inconnu que mes yeux - fatigués et à contre-jour - mettent des secondes à dévisager, je relâche mes épaules douloureuses. « A part ça, je ne sais pas qui est ce Grigor. Mais s'il peut vous la faire boucler, je suis preneuse. » Tiens prends ça, Karma. Et laisse moi tranquille...
Re: Bimbadabim bimbadaboum ; ils sont cools / Sabrina
Lun 11 Mar - 16:41
Invité
Anonymous
Invité
Tiens, c'est pas du tout le mec qui est en TD avec moi qui m'ouvre, et ça, c'est plutôt étrange puisque c'était bien lui que je cherchais. Je passe totalement outre, pressé par le temps et mon chien sur les talons, tendant un paquet de feuilles à la gonzesse, peu vêtue – hé, jolies gambettes... attend jolie poitrine même – et parfaitement ébouriffée. 

« Désolé je dois filer ces feuilles à Val, je ne sais pas où il est passé. Tu peux lui transmettre pour moi ? Grigor c'est mon boss et mon logeur, alors tu vois, j'ai intérêt à filer droit. »

Je lui adresse un sourire amusé, un rien charmeur – ben quoi ?! – mais mon chien me détourne de mon entreprise pour me faire pardonner en entrant dans la cuisine pour aller fouiller un sac en papier de fast-food abandonné.

« Sobaka ! Non ! Reviens ici ! Désolé je comprends pas d'habitude il est bien élevé... »

D'habitude j'le surveille un peu plus au lieu de matter les voisines de mes collègues de TD.
Re: Bimbadabim bimbadaboum ; ils sont cools / Sabrina
Contenu sponsorisé