Contexte
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

Contexte

avatar
Le ChaosAdmin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 135
Statut : Le Chaos ne souffre de la compagnie que de l'être qu'il veut bien élire, serrer en son sein de ses serres acérées, et le broyer jusqu'à ce que de la poussière il puisse se nourrir.
Occupation : Il est ici comme il est ailleurs, dilapidant sa sylphe en un miasme noîratre pour amuser ses lecteurs, à moins bien sûr que ce ne soit lui qui se gausse des tourments de ces âmes
Profil Académie Waverly
Jeu 13 Sep - 20:07

Les passeurs font la loi dans les Balkans En Europe, les réfugiés représentent un business juteux pour les passeurs qui gagneraient chaque année plus de cinq milliards de dollars sur le dos des migrants.

E
n Bosnie-Herzégovine, comme dans le reste des Balkans, c'est entre les mains des passeurs que sont laissés les migrants et les réfugiés. Selon Europol, ces réseaux gagnent chaque année entre cinq et six milliards de dollars en Europe.

À Velika Kladuša, une ville au nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine, on estime que 50 à 100 personnes sont refoulées chaque jour après avoir tenté de franchir la frontière croate, explique Marc Pratllusa, responsable d'une ONG qui aide les migrants et les réfugiés de la ville. Le 1er août, un homme est revenu de la frontière avec de grandes zébrures rouges sur le dos, comme s’il avait été fouetté. Une semaine plus tard, une Iranienne est revenue avec des traces de coups et des égratignures sur tout le corps. Elle avait tenté de franchir la frontière slovène avec son fils, mais la police les a arrêtés, a confisqué leur argent et leur ordinateur portable.

Javeed, un réfugié.

« Ils m’ont frappé partout. De vrais animaux. J’ai 47 ans et mon fils était avec moi », raconte-t-elle. Les réfugiés n’ont pas d’autre choix que de se résigner à ces violences et essayer de passer, encore et encore.

Alors, les réseaux de passeurs emmènent les migrants avec l’espoir d’arriver en Croatie. Certains réussissent : en 2017, Frontex a dénombré 12 178 entrées illégales dans l’Union.

© heathers
© Le courrier des Balkans
avatar
Le ChaosAdmin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 135
Statut : Le Chaos ne souffre de la compagnie que de l'être qu'il veut bien élire, serrer en son sein de ses serres acérées, et le broyer jusqu'à ce que de la poussière il puisse se nourrir.
Occupation : Il est ici comme il est ailleurs, dilapidant sa sylphe en un miasme noîratre pour amuser ses lecteurs, à moins bien sûr que ce ne soit lui qui se gausse des tourments de ces âmes
Profil Académie Waverly
Jeu 13 Sep - 21:53

Politique, argent et corruptionQuoi de mieux que la politique pour gagner beaucoup d’argent ? En Bosnie-Herzégovine, personne ne connaît la fortune réelle des élus et des dirigeants, acquise grâce à la corruption et placée dans des paradis fiscaux. Et la justice n’a jamais enquêté sérieusement.

L
a politique est l'activité la plus lucratique de la Bosnie-Herzégovine, c'est par elle que l'on arrive aux affaires, à l'argent ainsi qu'au pouvoir sous toutes ses formes. Souvent, les personnalités politiques au pouvoir sont également d'influents chefs d'entreprise. La fortune des trois hommes politiques les plus influents du pays est proportionnelle à leur pouvoir. Et ces fortunes seraient suffisantes pour remettre en état toutes les routes du pays.

On suppose que certaines entreprises publiques qui ont été privatisées et prétendument rachetées par des investisseurs étrangers, sont en réalité aux mains de personnalités politiques locales. Beaucoup de ces fonds se trouvent dans des paradis fiscaux, et les campagnes sont financées par les chefs d'entreprises, en échange de services rendus.


Le pouvoir judiciaire est sous le contrôle absolu de la politique et il ferme les yeux sur la corruption. Au cours des dix dernières années, les médias ont publié tellement de documents et de preuves que l’on pourrait croire que nos politiciens sont des professionnels du secteur. Mais les preuves qui permettraient de condamner ces hommes finissent toujours par se volatiliser.

© heathers
© Le courrier des Balkans
avatar
Le ChaosAdmin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 135
Statut : Le Chaos ne souffre de la compagnie que de l'être qu'il veut bien élire, serrer en son sein de ses serres acérées, et le broyer jusqu'à ce que de la poussière il puisse se nourrir.
Occupation : Il est ici comme il est ailleurs, dilapidant sa sylphe en un miasme noîratre pour amuser ses lecteurs, à moins bien sûr que ce ne soit lui qui se gausse des tourments de ces âmes
Profil Académie Waverly
Jeu 13 Sep - 22:03

Les Balkans barbaresQuand ils parlent de trafic d’armes dans les Balkans, les médias évoquent la mentalité « arriérée » des peuples vivant dans ce « baril de poudre ». Pourtant, ces scandales impliquent  les grandes puissances qui se servent de la région comme d’un terrain de jeu.

U
n exemple est celui du trafic d’armes balkaniques vers la Syrie. Plus que la mentalité des Balkaniques, c’est l’interférence des forces occidentales qui a joué un rôle important. En effet, le Royaume-Uni a omis d’informer la Bosnie-Herzégovine des activités douteuses et du trafic d’armes qui sévissait sur son sol. Londres se doutait bien que 30 millions de munitions fabriquées en Bosnie-Herzégovine pouvaient tomber dans de « mauvaises mains » via divers canaux douteux, et elle n’a rien fait pour avertir Sarajevo avant que les colis ne partent pour l’Arabie Saoudite et le Yémen.

Pour ne rien arranger, ces munitions bosniennes ont aussi été utilisées dans certains des attentats commis sur le sol européen. Et alors que les pays occidentaux font pression sur Sarajevo pour mettre fin aux trafics qui transitent par son territoire, ils considèrent que dans ce cas précis « ils n’étaient pas obligés de partager les informations qu’ils possédaient ».


Il est facile de mettre en cause les Balkans dans les trafics d’armes qui se dirigent du sud-est de l’Europe vers la Syrie ou l’UE, mais force est de constater que les États membres laissent agir sciemment certains réseaux criminels au détriment de la sécurité de leurs propres citoyens. En fin de compte, peut-être que ce baril de poudre balkanique ne serait pas tant montré du doigt s’il n’existait pas de doubles standards...

© heathers
© Le courrier des Balkans
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly