J'informe ceux à qui j'ai vendu du rêve que je n'ai toujours pas reçu vos thunes. || Leg
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

J'informe ceux à qui j'ai vendu du rêve que je n'ai toujours pas reçu vos thunes. || Leg

avatar
Ophelia EisensteinSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Statut : Célibataire
Occupation : Pétasse
Localisation : Surtout dans Centar
Détails : 1m99 (avec ses talons) | La taille toujours outrageusement ceintrée par un corset | Maquillée et fringuée avec une classe surrannée. | Un langage aussi tranchant que le regard. | Accent russe très prononcé.
Profil Académie Waverly
Dim 23 Sep - 20:54
L’intelligence d’Ophelia n’avait d’égale que son habileté à se faire passer pour une grosse conne.

Elle faisait mine de tailler son visage à coup de pinceau alors qu’il l’était, on le savait, parfait en toutes circonstances quand la demoiselle qui la guettait depuis tout à l’heure daigna enfin onduler son cul difficilement moulé dans un vase de soie hyaline en dehors des commodités. Ophelia guetta du coin de l’œil le regard qu’elle lui jeta dans le miroir, papillonna pour en chasser le reflet, des fois que mademoiselle se doute de quelque chose, s’éconduise et fasse scandale. Une fois la porte refermée dans un froissement ouaté, Ophelia se redressa et échappa de sa pochette un minuscule dispositif de caméra qu’elle incrusta parmi les pierres tout à fait fausses qui composaient la rivière dévalant les vallons de sa clavicule et faisant oublier par la même occasion son absence de poitrine.
La vidéo du vlog serait recouverte d’un filtre rose tout à fait charmant – c’était du cinéma d’auteur si A Serbian Film avait eu un peu plus de classe, ah, ah !
Quelle horreur.

S’estimant satisfaite, Ophelia racommoda sa peau diaphane d’une touche de maquillage – elle avait rapidement appris que les tatouages faisaient mauvais genre dans la haute société serbe – et se faufila de nouveau dans la grande salle de réception aménagée pour l’occasion d’une quelconque affaire politique destinée à peu d’autre chose qu’à attirer les journalistes sur le fric que l’on pouvait dépenser en champagnes et en putes quand au bas de l’immeuble le peuple crevait la dalle.
Ophelia fit mine de s’en foutre superbement, les courbes taillées d’un corps chargé d’artifices répondant à celles de sa coiffure sculpturale, et chercha de vue le politicien-ministre-bite-sur-pattes-en costard qu’elle avait perdu et autour duquel elle tournait comme un papillon attiré par la lumière depuis plusieurs semaines. Sa contemplation déconnecta visiblement son cerveau de ses longues jambes tant et si bien qu’elle heurta de son épaule celle d’une autre silhouette auprès de laquelle elle s’excusa platement dans un Bosnien parfait.

_________________
Tu n'as que trop d'eau , pauvre Ophélie, et je retiens mes larmes. Et pourtant nous sommes ainsi faits, la nature suit son cours quoi qu'en dise la pudeur. Quand ces pleurs auront coulé, ce qui est femme en moi sera satisfait.

avatar
Legence EllroyPussycat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Statut : Célibataire
Occupation : Trafiquant, soi-disant promoteur immobilier
Localisation : A l'hôtel ou ailleurs lorsqu'il veut bien
Détails : 1m86, un port de tête d'empereur, un regard de chat, toujours bien sapé, accompagné d'un grand Noir qu'il appelle Rotschild.

Profil Académie Waverly
Lun 24 Sep - 1:19
Pussy n'avait pas franchement l'habitude qu'on soit plus grand que lui, autant le dire tout de suite ; et pas à ce point-là. Oh il y avait bien des hommes ridiculement grands – Slavenko, Rauera, ou le norvégien, là ! – mais ils étaient peu...
C'était encore moins courant que ça soit une femme qui soit plus grande que lui. Il tourna la tête lors du choc, s'écartant tout en avançant galamment une main au cas où la dame, on ne sait pas, trébuche. Au vu de leur différence de taille précédemment évoquée, il était heureux qu'elle ne se soit pas emmêlé dans ses talons parce qu'il n'aurait certainement pas rattrapé une grande gigue pareille d'un bras aussi facilement qu'une nana de taille normale.

« Oh, désolé. »

Il fit un sourire ; pas que son éducation – sa QUOI ?! – lui ait appris à s'excuser, mais Legence était un animal social qui avait vite capté comment ça marchait si on voulait être écouté.
Et il adorait ça !

« Je ne parle pas... », il se tut en se rendant compte qu'il ne savait même pas quelle langue elle parlait. Il eut un rire, et précisa dans les quelques mots du coin qu'il avait appris avec une adaptabilité remarquable pour un ressortissant des USA qu'il était américain.
avatar
Ophelia EisensteinSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Statut : Célibataire
Occupation : Pétasse
Localisation : Surtout dans Centar
Détails : 1m99 (avec ses talons) | La taille toujours outrageusement ceintrée par un corset | Maquillée et fringuée avec une classe surrannée. | Un langage aussi tranchant que le regard. | Accent russe très prononcé.
Profil Académie Waverly
Lun 24 Sep - 7:53
Redressée sur ses échasses qui magnifiaient sa taille d’une bonne douzaine de centimètres de plus déjà qu’elle n’était pas exactement petite – qui l’était réellement dans un pays d’Europe de l’Est, je vous le demande – Ophelia prit le temps de détailler le bel oiseau contre lequel elle avait failli se manger la face. Un oiseau d’autant plus beau qu’il était poli, ou du moins qu’il connaissait bien les coutumes, tout cela orné d’un anglais qui lui conférait un exotisme charmant – tout était exotique pour Ophelia dès que ça sortait de son ordinaire, cela va de soi. Elle lui rendit un sourire si lisse qu’on l’eut cru fait de cire pailletée rose, reprit contenance en attrapant au vol une coupe d’un champagne dont la quantité présente dans le verre valait probablement la rivière diamantine qu’elle portait autour du cou.

« J’avais remarqué. » ricana-t-elle d’une voix métallique lorsqu’il déclina ses origines en passant à l’anglais avec l’habitude de ceux qui sont en contact avec internet, l’acte faisant ressortir son propre accent russe assez prononcé qui roulait les R. « C’est risqué d’être un Américain ici alors que la Guerre Froide n’est pas si loin. »

Elle éclata d’un rire froufroutant, se trouvant extrêmement drôle.

« Je ne vous avais jamais vu ici, vous êtes… ? »

_________________
Tu n'as que trop d'eau , pauvre Ophélie, et je retiens mes larmes. Et pourtant nous sommes ainsi faits, la nature suit son cours quoi qu'en dise la pudeur. Quand ces pleurs auront coulé, ce qui est femme en moi sera satisfait.

avatar
Legence EllroyPussycat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Statut : Célibataire
Occupation : Trafiquant, soi-disant promoteur immobilier
Localisation : A l'hôtel ou ailleurs lorsqu'il veut bien
Détails : 1m86, un port de tête d'empereur, un regard de chat, toujours bien sapé, accompagné d'un grand Noir qu'il appelle Rotschild.

Profil Académie Waverly
Ven 28 Sep - 19:10
Okay, se dit Pussycat avec un calme de type habitué à risquer sa vie ; cette femme était étrange et pas seulement parce qu'elle était terriblement grande ; la seule autre qu'il eut connue capable de se façonner une expression aussi efficacement, elle était vieille, botoxée & parfaitement cruelle. Une vraie mégère.
Il inclina légèrement le buste, un rire léger répondant à celui qui paraissait très peu naturelle de la grande gigue.


« Mon accent est redoutablement mauvais, je le crains. Je suis meilleur en espagnol. »


Les langues n'étaient toutefois pas son fort, ce qui n'était pas très grave au demeurant ; quand on voulait gagner de l'argent on parlait une langue universelle, c'était presque comme être bourré !


« Je suis un homme de risques » conclut-il avec un sourire canaille pénible & charmant. « Legence Ellroy, et enchanté de faire votre connaissance. Comment on vous appelle ? »
avatar
Ophelia EisensteinSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Statut : Célibataire
Occupation : Pétasse
Localisation : Surtout dans Centar
Détails : 1m99 (avec ses talons) | La taille toujours outrageusement ceintrée par un corset | Maquillée et fringuée avec une classe surrannée. | Un langage aussi tranchant que le regard. | Accent russe très prononcé.
Profil Académie Waverly
Dim 30 Sep - 14:33

« Comme c’est exotique. » remarqua Ophelia avec la politesse de ceux qui n’en ont rien à carrer mais n’en donnent pas l’impression, enregistrant toutefois l’information avec une exceptionnelle habileté pour la ressortir plus tard si jamais elle en ressent le besoin.

Dans le doute, quand on ne sait pas qui on a en face de soi, il vaut mieux jauger dans tous les cas. Une fois qu’elle eut donné l’impression de connaître les us et coutumes de ce pays, profitant du fait que cet homme, par de petits détails de son comportement, ne semblait pas se trouver dans ce cas, elle papillonna des yeux pour accueillir sa réponse comme si elle devait la mâcher pour se nourrir. Son vis à vis l’intéressa aussitôt par sa forme volontaire d’énigme ; il devait y avoir énormément de choses cachées, réduites, compactées et compressées entre elles, derrière cette silhouette élancée, d’une finesse sculpturale.
Un homme de risques, hein.

« De même. » répondit-elle. « On m’appelle Mademoiselle. » pépia-t-elle dans un nouveau rire. « Je suis une silhouette parmi tant d’autres et je ne peux me vanter d’être aussi connue que la plupart de toutes les convives présentes ce soir. C’est un avantage : on peut faire des sottises sans que l’on puisse vous retrouver ensuite. »

Elle porta son verre à la charmante pulpe de ses lèvres qui le pincèrent dans une technique toute rodée pour ne pas le tâcher de rouge à lèvres – il y a difficilement pire marque d’amateurisme.

« Monsieur Ellroy est ici pour affaires, j’imagine ? » poursuivit-elle méthodiquement.

_________________
Tu n'as que trop d'eau , pauvre Ophélie, et je retiens mes larmes. Et pourtant nous sommes ainsi faits, la nature suit son cours quoi qu'en dise la pudeur. Quand ces pleurs auront coulé, ce qui est femme en moi sera satisfait.

avatar
Legence EllroyPussycat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Statut : Célibataire
Occupation : Trafiquant, soi-disant promoteur immobilier
Localisation : A l'hôtel ou ailleurs lorsqu'il veut bien
Détails : 1m86, un port de tête d'empereur, un regard de chat, toujours bien sapé, accompagné d'un grand Noir qu'il appelle Rotschild.

Profil Académie Waverly
Dim 7 Oct - 15:04
« Surtout si vous ne donnez pas votre nom », fit remarquer Legence sans pour autant mal prendre la légère rebuffade de la donzelle. Si elle voulait rester incognito ça n'était pas lui qui allait la forcer à quoi que ce soit. Pussycat était suffisamment territorial pour attendre de connaître les us & coutumes d'un endroit avant de tenter de faire régner sa loi.


Et il ne le ferait probablement pas, préférant nager en eaux troubles, à peu près bien s'entendre avec tout le monde et arnaquer ce même tout le monde, mais discrètement. Il sourit :


« Exactement ! Je suis promoteur immobilier. »


C''était une de ses multiples casquettes, plus exactement, mais elle lui allait bien pour le moment.


« Et vous ? Pour faire des bêtises comme vous dites ? »
avatar
Ophelia EisensteinSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Statut : Célibataire
Occupation : Pétasse
Localisation : Surtout dans Centar
Détails : 1m99 (avec ses talons) | La taille toujours outrageusement ceintrée par un corset | Maquillée et fringuée avec une classe surrannée. | Un langage aussi tranchant que le regard. | Accent russe très prononcé.
Profil Académie Waverly
Dim 14 Oct - 18:32
« Précisément. »

Elle comprit qu’en ne le donnant pas, de sorte qu’il remarque cet état de fait, elle avait ainsi attisé une forme de curiosité toute masculine – c’est à dire feinte, qui consistait à cirer l’égo des femmes à la pierre lisse de son regard, pour ensuite oublier les donzelles concernées les talons à peine tournés alors qu’elles croyaient déjà à quelque chose. C’était tout dramatique, exactement ce qu’Ophélia appréciait. Son petit coeur en serait ébréché mélancoliquement quelques temps – au moins dix minutes – avant qu’elle ne parte à la chasse d’un autre gibier.

Pour l’instant, elle avait trouvé celui qui la distrairait en cette soirée pour l’instant dénuée du moindre intérêt.

« Voyez-vous cela. Et comment le cours se porte-t-il actuellement ? » feignit-elle de se s’enquérir.

Mal ; tout le monde le savait. Le seul domaine économique qui se portait bien dans ce foutu pays, c’était le tourisme.
Elle répondit à la question d’Ellroy par un rire évoquant un groupe de flûtes de cristal s’entrechoquant délicatement pour porter un toast.

« Zut, suis-je si prévisible ? » demanda-t-elle sans attendre de réponse, avant, passant au côté du promoteur, lisser le tissu de son bras qui n’en avait pas besoin. « Vous viendrez bien en faire avec moi sur la piste de danse, hm ? »


_________________
Tu n'as que trop d'eau , pauvre Ophélie, et je retiens mes larmes. Et pourtant nous sommes ainsi faits, la nature suit son cours quoi qu'en dise la pudeur. Quand ces pleurs auront coulé, ce qui est femme en moi sera satisfait.

avatar
Legence EllroyPussycat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Statut : Célibataire
Occupation : Trafiquant, soi-disant promoteur immobilier
Localisation : A l'hôtel ou ailleurs lorsqu'il veut bien
Détails : 1m86, un port de tête d'empereur, un regard de chat, toujours bien sapé, accompagné d'un grand Noir qu'il appelle Rotschild.

Profil Académie Waverly
Lun 22 Oct - 11:39
Comme il n'avait pas encore lancé le moindre projet, trop occupé à se faire à la ville et sa population – sans même parler de la langue, qu'il apprenait pourtant le plus rapidement possible ; c'était malheureusement très lent pour un cerveau adulte, et il n'était pas naturellement patient loin s'en fallait... Il eut un sourire creux :
« Comme tout le reste dans ce pays. »
Et il n'allait pas encombrer la jolie tête de l'inconnue avec des détails trop privés, il ne fallait pas déconner non plus. Il eut un rire amusé à la réponse de la grande perche, qui se mit ensuite en tête de danser avec lui, malgré le fait qu'elle le dépasse d'une bonne tête. Peut-être pas tout à fait une femme, se dit Leg, avec un souvenir amusé à Wyatt qui aurait trouvé ça atroce / incroyable / horrible et il en passait.
« Mais avec plaisir, je vous suis. »
avatar
Ophelia EisensteinSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Statut : Célibataire
Occupation : Pétasse
Localisation : Surtout dans Centar
Détails : 1m99 (avec ses talons) | La taille toujours outrageusement ceintrée par un corset | Maquillée et fringuée avec une classe surrannée. | Un langage aussi tranchant que le regard. | Accent russe très prononcé.
Profil Académie Waverly
Mar 23 Oct - 19:13
Piètre danseuse malgré le fait qu’elle appréciait cette activité, Ophelia se sépara bien vite de Legence pour limiter les dégâts. La soirée la traversait comme elle traversait elle-même la soirée : avec indifférence. C’était une de ces soirées simples dans le sens où elle en connaissait le schéma : un luxe à vomir dans lequel se pâmaient des membres d’une noblesse qui noyait le déni de la déchéance les attendant sur le pas de la porte dans l’alcool, le temps de quelques heures de joie. Ophelia n’avait pas ce souci-là : elle ne valait pas grand-chose et serpentait entre les membres de son univers pour mieux les critiquer, puisqu’elle savait que de toute façon, elle ne marquerait la mémoire de personne.

Ainsi, le fait qu’elle amadoue un beau mâle qui avait rapidement compris que le devant était aussi intéressant que le derrière ne la dérangeait pas. Elle se fit troncher avec force et robustesse dans le creux mal éclairé d’un des couloirs du lieu somptueux, et était en train, une clope au bec de repositionner sa chair en trop dans ses sous-vêtements sans la moindre grâce quand la silhouette du promoteur traversa son champ de vision.
Elle abandonna l’idée de ranger sa queue et s’adossa simplement contre le mur en rabattant sa robe sur ses hanches dans l’idée d’une certaine décence.

« C’est vilain de fréquenter les coulisses Monsieur Ellroy. » souffla-t-elle à travers sa fumée.

_________________
Tu n'as que trop d'eau , pauvre Ophélie, et je retiens mes larmes. Et pourtant nous sommes ainsi faits, la nature suit son cours quoi qu'en dise la pudeur. Quand ces pleurs auront coulé, ce qui est femme en moi sera satisfait.

avatar
Legence EllroyPussycat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Statut : Célibataire
Occupation : Trafiquant, soi-disant promoteur immobilier
Localisation : A l'hôtel ou ailleurs lorsqu'il veut bien
Détails : 1m86, un port de tête d'empereur, un regard de chat, toujours bien sapé, accompagné d'un grand Noir qu'il appelle Rotschild.

Profil Académie Waverly
Jeu 1 Nov - 12:28
Legence était bien parti pour fouiner ; on ne pouvait décemment pas compter sur Pussycat pour se tenir tranquille même dans un pays dont il ne parlait pas la langue et truffé de mafieux. Bien sûr qu'il cherchait des infos croustillantes à se foutre sous la dent, et bien sûr qu'il ne s'arrêterait qu'une fois tout le monde tenu par les couilles tellement il serait au fait de tous les vilains secrets de l'endroit …
Bref, Legence faisait du Legence.
Il perçut un mouvement du coin de l'oeil, et s'approcha d'Ophelia qui masquait sa virilité sous les pans de sa robe. Il eut un sourire à son reproche à peine déguisé :


« Vous auriez une cigarette pour moi ? »


Il eut un mouvement englobant l'endroit, qui désignait plus particulièrement les recoins d'où sortaient les bruits d'une soirée réussie.


« Je cherche à m'intégrer, mais je dois dire que la langue est un foutu obstacle. Je crains d'avoir un accent affreux... et je me demande vraiment s'ils n'ont pas quelques lettres en plus pour parvenir à des mots aussi étranges. »


Il sourit, baissa le regard vers la robe de la journaliste :


« Il vous a laissé un peu de hm... sperme ici », fit-il remarquer factuellement.
avatar
Ophelia EisensteinSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Statut : Célibataire
Occupation : Pétasse
Localisation : Surtout dans Centar
Détails : 1m99 (avec ses talons) | La taille toujours outrageusement ceintrée par un corset | Maquillée et fringuée avec une classe surrannée. | Un langage aussi tranchant que le regard. | Accent russe très prononcé.
Profil Académie Waverly
Ven 2 Nov - 13:02
Elle aurait en temps normal répondu quelque chose du genre « J’en ai, mais pour vous peut-être pas. » mais l’orgasme, comme chez beaucoup de monde, la rendait un peu plus encline à la tendresse et à la solidarité. Elle présenta alors son paquet entier au promoteur, répondant donc pas exactement à sa proposition qui n’en demandait qu’une, et lui alluma même le bout du bâton de tabac d’un mouvement de poignet sur son zippo. Repue, elle appuya alors son dos maigre contre le mur, plantant ses omoplates dans la surface irrégulière témoignant d’un caractère authentique et suranné.

« Vous n’avez pourtant pas l’air de quelqu’un qui a des difficultés à s’intégrer, avec l’aplomb dont vous faites preuve. »

Prise d’une vague de froid traditionnelle avec l’extase, elle resserra autour de ses épaules un châle de soie qui sembla donner le change mais qui bien évidemment ne la réchauffait pas suffisamment.

« La langue n’est jamais un obstacle. Il suffit de savoir s’en servir. »

Elle porta sa clope à ses lèvres, baissa les yeux sur sa robe à la remarque du promoteur.

« Je crois que c’est le mien. » commenta-t-elle distraitement, récoltant la goutte blanche pour la porter à ses lèvres. « Bon dites-moi, qu’est-ce que vous cherchez, au juste ? »

_________________
Tu n'as que trop d'eau , pauvre Ophélie, et je retiens mes larmes. Et pourtant nous sommes ainsi faits, la nature suit son cours quoi qu'en dise la pudeur. Quand ces pleurs auront coulé, ce qui est femme en moi sera satisfait.

avatar
Legence EllroyPussycat
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Statut : Célibataire
Occupation : Trafiquant, soi-disant promoteur immobilier
Localisation : A l'hôtel ou ailleurs lorsqu'il veut bien
Détails : 1m86, un port de tête d'empereur, un regard de chat, toujours bien sapé, accompagné d'un grand Noir qu'il appelle Rotschild.

Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 17:51
« Merci », marmonna Pussycat en réponse au geste de la journaliste qui lui allumait une cigarette dans un geste tellement las qu'il décida de garder son paquet ; ça pouvait s'avérer dangereux et aboutir à un vol pur et simple.

Il inspira en faisant une démonstration inconsciente de ses capacités à fumer sans les mains en frimant un peu, un vrai mec de Vegas toujours prêt à avoir l'air d'un flambeur. Par contre ses manières paraissaient impatienter la gonzesse dont il ne connaissait toujours pas le nom... et dont si elle lui confiait un prénom féminin, il n'aurait toujours pas la vraie identité, tout à fait comme il l'avait pressenti.
Il sourit :

« Je suis débrouillard, c'est vrai. »

C'était un bel euphémisme ; Pussycat partageait la réputation des chats de toujours retomber sur ses pattes, même si c'était en écrasant d'autres personnes au passage. Il souffla :

« Comme tout le monde, je cherche à faire du fric. Je voudrais savoir qui est intéressant à connaître, vous savez, pour les affaires, tout ça... Je suis sûr que vous le savez. Mais pas certain que vous allez me filer un coup de main », sourit-il.
avatar
Ophelia EisensteinSTAFF
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Statut : Célibataire
Occupation : Pétasse
Localisation : Surtout dans Centar
Détails : 1m99 (avec ses talons) | La taille toujours outrageusement ceintrée par un corset | Maquillée et fringuée avec une classe surrannée. | Un langage aussi tranchant que le regard. | Accent russe très prononcé.
Profil Académie Waverly
Jeu 8 Nov - 18:14

Du coin de l’œil Ophelia captura sans en donner l’air les détails de la personnalité de son côte à côte qui faisaient lui quelqu'un d'unique, afin de pouvoir le décrire à quelqu'un si on venait à lui poser exactement le même genre de question qu’il était en train de lui poser. Calant sa clope entre son annulaire et son auriculaire, elle récupéra avec le reste de ses doigts ses gants de velours noirs.

-Ça dépend de quel type de coup de main vous parlez ; celui où je dois rester ainsi ou celui où je peux remettre mes gants ?

Elle n’attendit pas sa réponse et remit ses gants avec habitude, les faisant remonter jusqu’à ses coudes où ils étaient bloqués par le volume de muscles et de chair inhérent aux hommes que les femmes trop fines n’ont point. Reprenant sa cigarette, elle la cendra dans un vase posé sur une colonne d’appoint au design proprement obsolète.


-Un certain Malachenko est en ville actuellement, si vous arrivez à passer sa troupe de gardes du corps pour l’atteindre, contredit-elle avec cette même nonchalance.

Elle était journaliste, évidemment qu'elle connaissait du monde.

-Tout dépend du type d’affaires que vous cherchez à mener. Chacun a sa spécialité ici, et faire affaire avec l’un peut vous mettre dans le collimateur de l’autre. Il faut faire son marché correctement dirons-nous.

Elle lança un regard appuyé comme un signal à une jeune femme, qui avait tenté avec une couche improbable de maquillage et une robe qui ne lui allait pas du tout au teint de paraître mois vieille, et qui se dirigeait par le couloir dans l’optique d’aller aux chiottes ou de le faire croire.

-Si vous teniez à jouer à qui en dira le moins vous avez probablement gagné, mais si vous ne m'en dites pas davantage, je ne pourrai pas vous aider.

_________________
Tu n'as que trop d'eau , pauvre Ophélie, et je retiens mes larmes. Et pourtant nous sommes ainsi faits, la nature suit son cours quoi qu'en dise la pudeur. Quand ces pleurs auront coulé, ce qui est femme en moi sera satisfait.

Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly